Psychologie

S’épanouir sans avoir d’enfant

S’épanouir sans avoir d’enfant

? Istockphoto.com Photographe : ? Istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Psychologie

S’épanouir sans avoir d’enfant

« La maternité, c'est une des potentialités de la femme, mais elle n'est pas une nécessité pour toutes les femmes », précise-t-elle. « Les enfants sont incompatibles avec plusieurs façons de vivre », ajoute Corinne Maier, essayiste et auteure de No Kid: 40 raisons de ne pas avoir d'enfant. « Si une femme désire parcourir le monde, mener une vie d'aventure, de fêtarde ou simplement faire carrière, peut-être vaut-il mieux pour elle de ne pas avoir d'enfant. »

Marilyne, 26 ans, trouve la question étrange. « Se demande-t-on si les hommes ont la possibilité de se réaliser sans être papa? À mon avis, ni le sexe ni le fait d'avoir des enfants ou non n'influencent l'aptitude à la réalisation de soi », commente-t-elle. De leur côté, les deux spécialistes sont unanimes: la maternité n'est pas un passage obligé pour vivre une vie pleinement satisfaisante. « Le problème, c'est que certaines personnes ont encore de la difficulté à croire qu'une femme puisse vraiment ne pas désirer avoir d'enfant », observe Isabelle Tilmant.

Avoir le choix

On a beau être au 21e siècle, la plupart des gens sont toujours surpris d'entendre une femme affirmer qu'elle ne souhaite pas donner la vie. « Tu as le temps de changer d'idée », se font dire les plus jeunes. « Tu n'as pas l'instinct maternel », se font dire les autres. Et si certaines femmes avaient tout simplement trouvé d'autres moyens de donner un sens à leur vie? « En France, une femme qui ne veut pas être mère est considérée comme étant une égoïste ou une vieille fille. L'enfant fait partie du "bonheur français". J'ai l'impression que c'est mieux accepté en Amérique du Nord », fait remarquer Corinne Maier.

Pourquoi les femmes qui ne veulent pas avoir d'enfant semblent être plus nombreuses aujourd'hui qu'il y a 50 ans? « C'est tout simplement qu'aujourd'hui, on a le choix. La plupart des femmes d'aujourd'hui font des études et ont des projets professionnels. Leur vie ne se limite plus à avoir des enfants. Décider d'avoir un enfant est devenue un choix à part entière, tout comme le lieu où l'on habite et la profession qu'on exerce », observe Isabelle Tilmant. « Il y a toujours eu des femmes qui ne voulaient pas être mères. Aujourd'hui, elles osent le dire, voilà tout », ajoute Corinne Maier.

Du temps pour soi

Marilyne fait partie de celles pour qui avoir un enfant n'est pas un but en soi. « Plus jeune, je voulais avoir deux enfants. Pour moi, ça allait de soi. Puis, au fil de mes années d'études, mon désir d'en avoir s'est amenuisé », raconte celle qui vient de terminer sa maîtrise. « Après avoir orienté ma vie sur mes études, je veux maintenant travailler et profiter de la vie. Je veux pouvoir partir où je veux et quand je veux, sans avoir à me préoccuper de quelqu'un d'autre », précise la jeune femme.

Il faut dire que si les joies d'être parent sont nombreuses, le fait de ne pas avoir d'enfant comporte aussi son lot d'avantages. « Les femmes qui n'ont pas d'enfant ont plus de temps à se consacrer. Elles ont moins de contraintes quotidiennes. Elles apprennent ainsi à mieux se connaître et savent ce qu'elles aiment. Les amis occupent aussi une place importante dans leur vie », explique Isabelle Tilmant.

Et les regrets?

À plusieurs reprises, les amies de Marilyne ont tenté de la convaincre qu'avoir des enfants était la plus belle chose au monde. Mais passe-t-on nécessairement à côté de quelque chose si on ne connaît pas la maternité? « Tout choix est un renoncement », note Corinne Maier. « Celles qui n'ont pas d'enfant regrettent la vie qu'elles auraient pu avoir et celles qui en ont regrettent la liberté qu'elles ont perdue. Finalement, on regrette toujours ce qu'on n'a pas! »

A-t-on le droit de ne pas avoir d'enfant sans se sentir coupable aux yeux des autres? « Évidemment! », affirme sans hésiter Isabelle Tilmant. « Pourquoi se sentir coupable? D'être égoïste? L'égoïsme ne dépend pas d'être parent ou non. De ne pas donner d'enfant à la nation? On n'en est plus là! De ne pas donner de petits-enfants à ses parents? C'est sûr que ça peut être un deuil à faire pour eux, mais ce n'est pas une raison suffisante pour donner la vie », dit-elle avec conviction.

La psychothérapeute aimerait bien qu'on cesse de croire qu'un choix est meilleur qu'un autre. « Être mère ou ne pas l'être offre des expériences de vie différentes. Il appartient à chacune de découvrir le style de vie auquel elle aspire », conclut-elle.

  

Suggestions de lectures

No kid: 40 raisons de ne pas avoir d'enfant, Corrine Maier, Éditions Michalon, 2007, 170 pages.

L'envers du landau, Lucie Joubert, Triptyque, 2010, 105 pages.

Épanouie avec ou sans enfant, Isabelle Tilmant et Anne Carrière, 2008, 425 pages.

Être femme sans être mère, Émilie Devienne, Laffont, 2007, 198 pages.

Pas d’enfant, dit-elle. Les refus de la maternité, Édith Vallée, Éditions Imago, 2005, 176 pages.

Commentaires

Partage X
Psychologie

S’épanouir sans avoir d’enfant

Se connecter

S'inscrire