Psychologie

Repartir la journée du bon pied

Repartir la journée du bon pied

Istockphoto.com Photographe : Istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Psychologie

Repartir la journée du bon pied

Panne de voiture, enfants agités, chicane de couple: si on ne peut pas contrôler comment la journée commence, on peut au moins changer notre manière de la continuer! Quelques pistes pour retrouver le sourire après un faux départ.

Le matin où tout va mal
Le réveil n'a pas sonné. Le chemisier qu'on voulait mettre est taché. Pour faire exprès, il ne reste plus une seule goutte de lait pour notre café. Qu'à cela ne tienne, on le prendra en route. Mais comble de malheur, un policier nous colle une contravention pour excès de vitesse!

L'antidote Personne, même l'être le plus organisé et prévoyant, n'est à l'abri d'un matin truffé de petits pépins. Mais le premier réflexe, c'est quand même de s'impatienter, voire de s'enrager. Parfois, il faut juste dédramatiser. C'est ce que fait Emmanuelle, 36 ans, maman de deux garçons. «Quand le drame s'installe, que le bébé pleure et que le grand fait une crise, je suis tellement dépassée que je ne peux parfois rien faire d'autre qu'en rire! Pour ramener le tout à un niveau plus heureux, je fais jouer très fort la chanson préférée des garçons et on danse dans la cuisine! C'est un reset pour tout le monde, et danser, ça défoule!» Autre solution, à la portée de tous, c'est de prendre le temps de respirer. «La cohérence cardiaque, c'est l'art de contrôler notre rythme cardiaque par la respiration, explique David O'Hare, spécialiste de la cohérence cardiaque à l'Institut de médecine intégrée de Paris. Pendant une période de 15 jours, on fait 3 séances quotidiennes (matin, midi et soir) de 6 respirations par minute, pendant 5 minutes (technique du 3-6-5). Notre coeur battra alors en cohérence et s'ensuivra une série d'événements hormonaux, neuronaux et biochimiques qui diminueront le stress et nous aideront à mieux gérer nos émotions (vraiment!). Quand la pratique du 3-6-5 sera régulière, on pourra plus facilement y avoir recours en situation de stress.»

 

 

 

Le retard catastrophique
Notre routine du matin est réglée au quart de tour. Les lunchs et les vêtements des enfants sont prêts de la veille, mais... le train est en panne depuis 30 minutes. Malgré tous nos efforts, on va être en retard pour une réunion très importante. Pire, on va probablement la manquer!

L'antidote On se rappelle d'abord que les gens présents à la réunion ont probablement tous déjà vécu une situation similaire. On les avertit donc de notre retard, et ensuite «pourquoi ne pas mettre par écrit le point dont on aurait aimé parler à la réunion et l'acheminer par courriel?» propose la psychologue Lucie Mandeville. Une fois notre retard annoncé, on en profite pour respirer. «Pour les urgences ou les situations difficiles, on fait le 1-6-1, c'est-à-dire 1 fois 6 respirations par minute pendant 1 minute. Après une émotion vive ou avant une situation difficile, cette pause va, en aussi peu que 20 secondes, rétablir l'équilibre et la neutralité émotionnelle», selon David O'Hare.

La grosse chicane
On s'est querellée avec notre chum et on s'est quittés sur un claquement de porte. On a beau essayer de retrouver notre bonne humeur, on n'y arrive pas. On n'a plus le coeur à rien.

L'antidote «Les études montrent qu'il n'y a que quatre raisons d'être stressé: la perte de contrôle, l'imprévisibilité, la nouveauté et l'ego menacé ou la peur d'avoir une blessure d'orgueil, explique Pierrich Plusquellec, chercheur et codirecteur du Centre d'études sur le stress humain. Dans la situation qui nous préoccupe, la menace à l'ego est la principale source de stress. Pour trouver un certain réconfort, on peut, immédiatement après le conflit, appeler une amie pour lui donner notre version des faits. Ensuite, on reprend le contrôle de la situation en envoyant un texto ou un courriel à notre conjoint pour lui dire qu'on n'avait peut-être pas complètement raison et qu'on aimerait bien en reparler calmement en soirée.»

L'angoisse de l'attente
Le téléphone sonne. La secrétaire du médecin nous demande de passer en fin de journée, car celui-ci veut discuter avec nous des résultats de nos derniers tests. Désespérée, on se lance sur le Web à la recherche de tous les scénarios possibles. C'est sûr qu'on va passer la journée à se préparer au pire.

L'antidote Soyons franches: on ne risque pas de passer la journée du siècle! Cela dit, même si notre cerveau ne cesse de nous ramener au pire, «pour se calmer, il faut reprendre le contrôle sur certains aspects de la situation et planifier le futur, en se dotant d'un plan B», suggère Pierrich Plusquellec. On ne sait pas ce que l'avenir nous réserve, c'est vrai, mais parfois, faire un inventaire mental des ressources à notre disposition - notre famille, nos amis, nos bons voisins, des organismes, notre propre débrouillardise - peut calmer le jeu, car on se sait outillée. «On déjoue ainsi le stress en agissant sur ses causes», ajoute M. Plusquellec. Par ailleurs, à défaut de pouvoir accélérer la journée, «on planifie une activité où notre attention sera centrée sur autre chose, suggère la kinésiologue Karine Larose. La pratique du yoga ou de la méditation implique nécessairement une prise de conscience de notre respiration. On fait le vide dans notre esprit et on se concentre sur notre mantra. On le répète à voix haute s'il le faut pour nous aider à nous distraire. Sans supprimer notre souci principal, on atténue momentanément le stress qu'il nous occasionne.»

La comparaison qui tue
À la machine à café, on croise notre collègue, rayonnante, qui nous annonce qu'elle vient de compléter un «petit 5 km» de course pour commencer la journée! Ça fait des lunes qu'on n'a pas fait le moindre exercice et ce matin, on se trouvait bonne d'avoir simplement réussi à sortir du lit tellement on manque d'énergie!

L'antidote Se comparer aux autres est le moyen le plus sûr de démarrer la cassette de l'autocritique! «On a souvent des attentes démesurées envers nous-même, commente Lucie Mandeville. Pour reprendre le contrôle, on identifie deux choses essentielles qu'on aimerait accomplir dans la journée. Pas dix, mais deux qui nous rendraient vraiment fière et satisfaite.» Et on s'assure que ces choses essentielles partent vraiment de nous-même, de nos envies et de nos besoins, pas de ceux de nos collègues! Peut-être retire-t-elle de la course un bienfait immense qui ne nous interpelle pas, et c'est très bien ainsi. Si on a besoin d'aide pour déterminer ce dont on a réellement envie, on se lance dans une activité d'écriture automatique, suggère Manon Lavoie, coach en créativité: «On sort un cahier, un minuteur, un crayon et on écrit tout, vraiment tout ce qui nous passe par la tête, pendant 10 ou 20 minutes, rapidement, sans lever le crayon de la feuille pour prendre le temps de penser. On respire profondément. Qu'a-t-on envie de concrétiser? Et on pose ensuite un premier geste concret. Passer à l'action libère.»

La déprime facebook
En déjeunant, on fait un tour sur FB. Une amie vient d'afficher des photos de sa plus récente escapade à Bora Bora. Sa vie nous semble tellement plus glamour et réussie que la nôtre: elle est belle, riche, accomplie et splendide dans son bikini! On sait qu'on a plein de raisons d'être heureuse, mais, en ce moment précis, on a l'horrible impression d'avoir raté notre vie!

L'antidote Premier rappel: «Facebook est une mise en scène, un collage d'images et de mots soigneusement choisis», rappelle Lucie Mandeville. Quand on se sent moche ou que notre mise en plis est désastreuse, on n'en fait pas la promotion sur les réseaux sociaux. C'est la même chose pour notre amie! «Qui sait? Cette belle et mince amie vit peut-être un horrible divorce», rappelle-t-elle. Ce soir-là, pourquoi pas organiser un souper de filles, «où l'on pourra raconter nos malheurs et trouver un peu de réconfort? suggère Pierrich Plusquellec. On pourrait aussi faire du bénévolat, car côtoyer une réalité pire que la nôtre stimulera notre ego et nous fera apprécier davantage notre vie.»

Retrouver plus vite le sourire
La journée commence mal? Si on ne fait pas quelque chose pour retrouver un état d'esprit plus positif, notre stress risque d'affecter la qualité de nos relations, voire de ruiner notre santé. Mais comment renverser la vapeur quand rien ne va plus?

Karine Larose croit qu'adopter de saines habitudes de vie est l'une des meilleures assurances qui soit pour contrer la mauvaise humeur au quotidien. «L'exercice physique active la sécrétion d'endorphines, des hormones aux propriétés relaxantes qui favorisent un bien-être autant physique que mental.»

Si le sport n'est pas notre tasse de thé, d'autres options s'offrent à nous. «L'important, c'est de choisir une activité qui nous interpelle, indique Lucie Mandeville. Qu'est-ce qui nous remonte le moral, habituellement? Qu'est-ce qui nous ferait du bien maintenant?» demande-t-elle, en précisant que certaines personnes changeront toujours d'humeur plus vite que d'autres.

Pour aller plus loin

  • Centre d'études sur le stress humain
  • Respirelax, guide respiratoire (application gratuite sur Apple Store).
  • Cohérence cardiaque 365: guide de cohérence cardiaque jour après jour, par David O'Hare, Thierry Souccar Éditions, 2012, 102 p., 12,95$.
  • Nouveau guide Vivre plus, par Karine Larose, Trécarré, 2012. 288 p., 29,95$.
  • Soyez heureux sans effort, sans douleur, sans vous casser la tête, par Lucie Mandeville, Les Éditions de l'Homme, 2012, 232 p., 29,95$

 

Commentaires

Partage X
Psychologie

Repartir la journée du bon pied

Se connecter

S'inscrire