Psychologie

Où est passé le civisme ?

Billet de blogue par
Où est passé le civisme ?

  Photographe : Coup de Pouce

Psychologie

Où est passé le civisme ?

Billet de blogue par

Le civisme est une valeur qui se perd. Ou du moins qui n’était pas à mon arrêt d’autobus hier, vers le milieu de la journée, station Villa Maria, à Montréal. L’autobus 24, prévu à 12 h 35, ne se pointait pas. Une file de gens attendait en plein soleil, parmi eux plusieurs personnes âgées. Devant nous, pourtant, il y avait deux bus, et deux chauffeurs qui discutaient, détendus et manifestement de bien bonne humeur en ce beau dimanche. Une des personnes âgées dans la file, une dame, s’impatientait. Elle avait chaud, ne comprenait pas, était dans tous ses états. «Que se passe-t-il? demandait-elle. Pourquoi ces deux chauffeurs ne nous disent-ils pas ce qui se passe, pourquoi deux autobus sont là mais la 24 n’arrive pas?» J’ai décidé d’aller voir les deux chauffeurs et de leur demander de m’expliquer ce qui se passait. Je me suis vue accueillie par: «Vous avez été élue porte-parole de votre petit groupe? C’est ça, ma belle p’tite Madame? Mon bus est brisé, c’est tout. L’autre bus, c’est le prochain 24. Il ne peut pas partir plus tôt.» Je leur ai alors demandé pourquoi ils n’avertissaient pas les clients qui attendaient, afin que ceux-ci sachent qu’un bus va bientôt arriver, que ce n’est pas la faute des chauffeurs, et qu’ils puissent décider de rester ou de partir. Alors est arrivé le fameux: «C’est pas ma job», avec, en plus, un autre «ma p’tite madame» bien senti. Et la politesse, et l’empathie pour les gens qui attendent en plein soleil, ça n’existe pas? «C’est pas ma job.» Selon les règles de la STM peut-être que non, mais, selon les règles du civisme, oui, c’est votre job, Monsieur le chauffeur. Je regrette, c’est votre job d’être humain. Je me suis alors fait dire que, si je ne partais pas, des gros mots allaient sortir. Ah oui? Je leur ai dit que je trouvais leur réaction déplorable. Ils m’ont répondu de me plaindre à la STM et de partir avant que sortent les fameux gros mots que le chauffeur allait, disait-il, regretter. Je ne suis pas restée pour savoir ce que seraient ces gros mots regrettables. Mais je me suis rappelée une affiche vue récemment dans le métro, quelque chose sur le respect de la clientèle… Des fois, le civisme n’est juste pas au rendez-vous. À votre point de vue, mon histoire est-elle un incident isolé, ou le civisme se perd-il vraiment? Avez-vous d’autres exemples?

MISE À JOUR: vendredi le 30 août. J'ai reçu un téléphone ce matin de Marc Lauzon de la STM.  Il me dit que dans le cas présent, c'est la politique du "gros bon sens" qui s'applique et que le chauffeur à qui j'ai eu affaire aurait du être plus poli avec moi, et expliquer aux gens que son autobus était en panne et leur dire aussi quand le prochaine allait passer de manière à donner une alternative aux passagers. Le chauffeur en question a été convoqué par la direction et on l'a averti qu'il devait changer ses façons de faire.  Espérons que les autres chauffeurs prennent note!

Commentaires

Partage X
Psychologie

Où est passé le civisme ?

Se connecter

S'inscrire