Les secrets d’une centenaire branchée

Andr� Bazinet Photographe : Andr� Bazinet Auteur : Coup de Pouce

Si vous demandez à Mme Loiselle de vous révéler les secrets de sa jeunesse et de sa fougue, elle hésitera, puis rigolera de bon cœur. La dame admet avoir de bons gènes - son père et son frère sont décédés à 94 et 98 ans -, mais elle n'a ni fontaine de Jouvence ni révélations choc à nous faire. Seulement quelques grandes vérités: rester active, bien se nourrir et profiter de la vie. «Je prends un bon déjeuner tous les matins et je vois les choses du bon côté. Je ne m'énerve jamais pour rien.»

À cela, la Montréalaise ajoute qu'elle est curieuse et qu'elle s'intéresse à tout. Elle suit l'actualité de près et, surtout, elle sait tirer profit des avancées technologiques. Outre l'ordinateur de sa fille, qu'elle utilise sans crainte, et la tablette que son fils lui a offerte, elle possède un appareil photo numérique, qu'elle apporte à chacune de ses sorties, un cadre numérique et un sudoku électronique. La technologie agirait-elle sur la centenaire comme un élixir de jeunesse? «J'aime ça, et ça garde mon cerveau actif!»

Parlant de rester active, Aline Loiselle n'a jamais eu peur du travail. Elle a commencé dans les manufactures à 16 ans et depuis, elle n'a jamais arrêté. À la maison, on lui apporte toujours des robes à rapiécer et des pantalons à ajuster. «Le travail ne fait pas mourir, vous savez?» Propriétaire de sa maison jusqu'à 90 ans, la dame, veuve depuis plusieurs années déjà, ramassait les feuilles à l'automne et tondait régulièrement la pelouse. «Quand je suis déménagée chez ma fille, pas parce que j'avais besoin d'aide, mais parce que je voulais l'aider, elle, je lui ai dit: "Laisse-moi du gazon, j'amène ma tondeuse!"» Selon ses dires, les hommes du voisinage n'avaient jamais vu ça! On la croit.

Aline et la techno en rafale

Le premier appareil techno que vous avez eu?
Bien avant la télévision, il y a eu l'électricité! Vous savez, quand j'allais à l'école, à Upton, on faisait nos devoirs à la lampe. Le matin, il fallait laver les lobes qui étaient boucanés.

Et aujourd'hui, parmi tous les appareils que vous possédez, lequel préférez-vous?
Bien franchement, je les aime tous! Mais je dois dire qu'en vieillissant, sans la télévision, les journées seraient un peu plus plates.

Les beaux côtés de la technologie?
C'est pratique pour garder contact avec les gens qu'on connaît et qu'on aime. Ma fille, par exemple, parle avec des amis sur l'Internet. On se voit dans l'écran, pas besoin de se déplacer!

Et les mauvais côtés?
Il n'y en a pas. Mais moi, même avec la technologie, je prends mon temps. Y'a rien qui presse dans la vie.

Préférez-vous la vie avec ou sans technologie?
Avec, mais il faut savoir doser. Je fais mes choix. Le lave-vaisselle, par exemple, je ne l'utilise pas. J'aime bien laver la vaisselle. Je suis très chanceuse de tout voir ça avant de mourir. C'est pas tout le monde qui a cette chance. Les choses évoluent, c'est beau!

Les enfants passent-ils trop de temps devant un écran?
Ça oui, par exemple! Mais d'un autre côté, ils sont pas mal savants. Mes petites-filles, elles savent tout faire avec ça.

Les sites de rencontres, qu'en pensez-vous?
Ha! Ça, c'est pas toujours bon. Les gens se séparent beaucoup aujourd'hui, ils se séparent trop vite. C'est la mode. C'était bien différent dans mon temps.

Votre application préférée sur votre tablette?
Le puzzle. J'en fais un par jour. Il y a le sudoku, aussi. J'aime ça quand c'est difficile.

Quel conseil vous donneriez-vous à un aîné qui n'oserait pas utiliser l'ordinateur ou la tablette?
Je les encouragerais! Il faut essayer, il ne faut pas avoir peur. C'est pas dangereux!

Jamais trop tard pour apprendre

Contrairement à la croyance populaire voulant que les aînés aient peur de la technologie et qu'ils ne montrent que très peu d'intérêt pour elle, Karina Néron, technicienne en loisir au Réseau FADOQ, mentionne qu'Aline Loiselle n'est pas la seule. «Les cours d'informatique et d'initiation à la tablette et à la photographie numérique affichent toujours complet», précise-t-elle, ajoutant que leurs apprentis, dont l'âge moyen est de 64 ans, sont toujours très enthousiastes.

À lire aussi:
8 trucs de grands-mères pour vivre centenaires

Oui, la techno change nos vies!

 

Commentaires

Partage X
Psychologie

Les secrets d’une centenaire branchée

Se connecter

S'inscrire