Psychologie

45 façons de dire NON!

45 façons de dire NON!

Auteur : Coup de Pouce

Psychologie

45 façons de dire NON!

Pour s'en sortir avec le sourire: le «non» diplomatique

Au restaurant, on nous assigne une table près de la cuisine.

1. Ici, l'humour est souvent efficace. «C'est que... c'est justement pour sortir de la cuisine qu'on est venus ici ce soir!»

Notre oncle aime un peu trop l'accolade de minuit, le 31 décembre.

2. On va plus vite que lui. On dégaine une cordiale poignée de main tout en posant l'autre main sur son épaule, imposant ainsi une certaine distance. Il devrait comprendre.

C'est le temps des fêtes, on a le coeur sensible et tout le monde en profite pour cogner à notre porte et réclamer nos sous.

Notre budget ayant ses limites, il faut choisir à qui iront nos dons et dire non aux autres.

3. Si on hésite à encourager cette cause. «J'ai déjà pris un engagement auprès de deux causes sociales. Mon budget ne me permet malheureusement pas d'en ajouter une troisième.»

4. Si on est serrée financièrement. «J'admire votre action. À défaut de recevoir un chèque, j'espère que vous pouvez apprécier mon soutien moral.»

5. Si on ne sait pas si l'argent aide vraiment la cause. «Laissez-moi vos coordonnées. Je crois que je préférerais m'impliquer bénévolement.»

Une copine qui déménage veut nous refiler trois caisses de livres sous prétexte qu'on aime lire.

6. «Je suis désolée, mais en ce moment, j'ai davantage besoin d'espace que d'objets autour de moi.»

On utilise un service téléphonique et la réceptionniste ne cesse de nous mettre en attente en nous demandant de patienter.

7. À la troisième demande (il faut quand même être patiente), on lui dit calmement de nous rappeler lorsqu'elle sera libérée.

Une amie parade dans de nouveaux vêtements qui ne lui vont pas du tout. «Comment me trouves-tu?» demande-t-elle.

8. Si on est en boutique: «Je sais que tu aimes ce style. Veux-tu qu'on essaie de trouver quelque chose de similaire, mais qui mettrait mieux ta silhouette en valeur?»

9. Si l'achat est déjà fait: «Tu es radieuse, mais je préfère tout de même ta robe bleue, qui est faite pour toi.»

Cette semaine, on a dit non à notre ado pour les chaussures à 150 $, pour un second manteau d'hiver et pour rentrer après minuit le vendredi soir. Voilà qu'il demande maintenant s'il peut dormir chez sa blonde.

10. «N...» serait la réponse prévue, mais on a l'impression d'être devenue une machine à dire non. «Pour être capable de dire non dans la vie, il faut d'abord s'être fait dire non», affirme Monique Therrien, psychologue clinicienne spécialisée auprès des enfants et des adolescents. Les enfants doivent apprendre à essuyer un refus, sinon, ils risquent d'être incapables de surmonter les refus qui les attendent plus tard. Monique Therrien note toutefois qu'on devrait demander à notre ado un temps de réflexion. «Car le pire, une fois qu'on a dit non, c'est de changer d'idée!»  

Situations embêtantes et gros malaises: le non délicat

Une femme rencontrée au cours d'aquaforme a envie d'aller prendre un café. Nous, pas.

11. Chaque fois, on décline poliment, prétextant le manque de temps. Si elle persiste après trois ou quatre tentatives, on lance gentiment: «Tu sais, Ginette, j'ai des amies de longue date que je n'ai pas le temps de voir. J'apprécie énormément ton offre, mais je ne peux pas aller plus loin.» Il se peut qu'elle soit froide, dans les semaines qui suivent. On n'en meurt pas.

Une collègue pour qui la notion de germes n'existe pas veut emprunter notre baume à lèvres.

12. «Je couve une grippe et je m'en voudrais de te la refiler.»

13. Elle se dit vaccinée? Le spectre des feux sauvages (si on a assez de front, on peut parler d'herpès) suffit normalement à calmer les ardeurs des emprunteuses.

Notre partenaire nous propose une pratique sexuelle avec laquelle on n'est pas à l'aise.

14. «Pour ce genre de refus, "non" n'est pas une réponse assez longue», considère la sexologue et auteure Marie-Paul Ross. Loin de remettre en question le fait de refuser de se livrer à un acte avec lequel on est mal à l'aise, elle rappelle qu'un refus mal expliqué peut avoir des conséquences désastreuses sur le couple. «Il faut surtout communiquer son malaise et s'assurer que l'autre comprend exactement comment on se sent, car le refus sexuel incompris peut mener à la panne de désir et éloigner deux partenaires. À l'opposé, un refus clairement expliqué permet un rapprochement.»

Quand trop, c'est trop: le non catégorique

Notre soeur veut transformer notre grand sous-sol en entrepôt pour tout ce qui n'entre pas dans son condo.

15. Avec notre air le plus taquin: «Cette année, on s'est donné comme mot d'ordre qu'on doit sortir un article pour en faire entrer un nouveau. C'est inspirant, non?»

Notre chum nous lance: «Peux-tu t'occuper d'acheter les cadeaux pour toute la famille?»

16. «Mon amour, tu sais, j'aime autant les surprises que toi. J'aimerais beaucoup ne pas connaître le contenu de TOUS les paquets qui se trouvent sous le sapin. Voici donc ta liste... et la mienne!» On l'embrasse sensuellement. Ça passe toujours mieux...

«Tu ne peux pas me dire non, tu m'en dois une.»

17. C'est du chantage! On en doit une pour vrai? On est fine mouche! «C'est vrai, et ça me fera plaisir de t'aider, mais je me réserve le droit de choisir la date et l'heure.» Comme c'est presque bête, on y va avec une bonne dose de douceur dans la voix et un gentil sourire.

18. On n'a pas souvenir de lui en devoir une? «Rafraîchis-moi donc la mémoire...» Si la personne bafouille et ne se rappelle plus très bien de quoi il s'agit, sa stratégie vient de tomber à l'eau.

Une amie demande si on peut garder ses trois enfants. Ça ne nous adonne pas et, franchement, ça ne nous tente pas non plus.

19. On croit qu'on ne peut pas dire: «Désolée, je ne peux pas» sans devoir inventer un million de raisons? Mais oui, on peut! Notre réponse? «Désolée, je ne peux pas!»

Lancé frappé: le «non» qui va droit au but

Le téléphone sonne: c'est une firme de sondage.

20. «Puis-je prendre quelques minutes de votre temps? - Non, désolée.»

21. La personne est très gentille? On dit non gentiment. «Non, désolée.» (avec un sourire dans la voix)

22. «Y a-t-il un meilleur moment où on pourrait rappeler? - Non, désolée.» (avec le même sourire dans la voix) «Non, désolée...» Si notre interlocuteur insiste, la répétition de ces mots devrait venir à bout des meilleurs arguments.

Le téléphone sonne de nouveau: c'est une firme de télémarketing particulièrement tenace.

23. On sent que notre interlocuteur ne se contentera pas d'un banal «non»? Pas de scrupule: toutes les excuses sont bonnes pour s'en sortir!

Nos préférées:

• Mes parents ne sont pas là.
• Je suis la femme de ménage.
• Je viens de déclarer faillite.
• Je travaille pour votre concurrent.
• Désolée, c'est l'heure du bain!
• Je le reçois au bureau./Je le consulte à la bibliothèque.
• Pouvez-vous rappeler durant la journée?
• Je serai heureuse de contribuer à la fondation de l'Université quand j'aurai terminé de payer mes dettes étudiantes... dans 15 ans.

24. Ou encore, on utilise la technique vue dans un vieil épisode de Seinfeld: «Laissez-moi vos coordonnées, je vous rappelle à la maison.»

Une copine, organisatrice-en-chef qui décide tout, l'air de rien: «On va faire comme ça, si ça ne te dérange pas.»

25. On lui coupe le sifflet! «Euh... c'est que... oui, ça me dérange!» On profite de sa surprise pour expliquer pourquoi. Elle parle plus vite que nous? On guette sa respiration. Sans farce! Lorsqu'elle respire entre deux phrases, on plonge!

En réponse à... on rétorque

26. «Tu sais ce que je veux dire...» «Pour t'avouer la vérité... non, je ne sais pas!»

27. «Ça t'embête que je fume chez toi?» «Ça t'embête de fumer dehors?»

28. «Me prêterais-tu 10 $?» «Désolée, je ne traîne jamais d'argent comptant.»

29. «Comprends-tu?» «Non, explique-moi, ça m'aiderait.»
Après avoir dit oui: le non en marche arrière

On a dit oui... et on le regrette.

30. On peut s'en tirer avec franchise, en expliquant pourquoi on a d'abord accepté, puis pourquoi on a changé d'idée. «Tu sais, je croyais vraiment que je pourrais aller à deux partys dans la même soirée, mais ce ne sera pas agréable de courir entre deux fêtes, en plein hiver. On se voit après les vacances?»

Mi-oui, mi-non: on négocie

C'est le temps des voyages dans le Sud et du gardiennage du chien, du chat, des plantes et de la boîte aux lettres du voisin.

31. Avant de refuser catégoriquement, on se rappelle qu'un service en attire un autre. Si on est vraiment certaine de ne JAMAIS avoir besoin de cette personne pour quoi que ce soit, on prétexte une absence ou une allergie. (Quoi? Avez-vous vraiment cru tous ces gens qui se disent allergiques aux animaux?)

32. Si on est prête à lui donner un coup de main sans prendre toute sa maisonnée en charge: «Désolée, je suis souvent absente. C'est impossible pour moi de m'occuper du chien. Mais je peux passer une ou deux fois dans la semaine rentrer ton courrier et prendre tes messages, si tu veux.» «On n'entrave surtout pas nos propres plans, ce qui aurait pour effet d'augmenter notre frustration», rappelle Johanne Marcil, psychothérapeute... et propriétaire de trois chiens!

Notre soeur veut nous emprunter le dernier Ken Follett.

33. «Il me manque cinq bouquins dans ma bibliothèque et je ne sais plus qui les a. Aussitôt que je les aurai récupérés, il me fera plaisir de prêter de nouveau.»

Depuis des semaines, on fait attention à ce qu'on mange, et les résultats nous plaisent. Arrive grand-maman, avec son sucre à la crème, ses tartes et son fameux gâteau Forêt-Noire. Elle veut qu'on goûte à tout.

34. «Faites-moi de petites portions, une ou deux bouchées maximum. Depuis que je fais attention à mon alimentation, je ressens davantage mes excès. Si j'en mange trop, je ne me sentirai pas bien.»

Les enfants du voisinage vendent chocolat, brosse à dents et compagnie pour financer leurs sorties scolaires.

35. Difficile de dire non, surtout si les nôtres en vendront dans quelques années. On n'a pas le choix! Mais on n'oublie pas que le premier qui frappe à notre porte n'est que le premier. On demeure modérée dans nos encouragements et on évite d'acheter une caisse de chocolats aux amandes au premier venu!

Notre patronne nous assigne à une réunion alors qu'on est débordée.

36. On énumère rapidement ce qu'on a à faire aujourd'hui et on lui demande conseil. «Je dois accomplir x, y et z avant la fin de la journée. Afin d'assister à cette réunion, que suggères-tu de reporter à demain?» Pour chaque suggestion, on lui fait voir les conséquences sur notre travail.

Notre patronne insiste: elle croit qu'on peut tout faire aujourd'hui.

37. «Je le peux si je gère mon horaire à ma façon. Dans quel cas je ne pourrai pas assister à la réunion.»

Pendant les fêtes, on est reçue au potluck annuel d'une amie. Ça fait deux ans qu'on nous assigne l'assiette de fromages, qui nous coûte une fortune, alors qu'on voit une copine descendre de sa belle Audi sport avec sa salade de macaronis!

38. On prend les devants: «Cette année, je préfère cuisiner.» Et on propose notre salade de couscous.

Dire non à une autre invitation des fêtes

39. À une amie qui nous convie à une soirée. «Je sais que tu comptais sur ma présence et je regrette de te décevoir, mais j'ai besoin de repos. Est-ce qu'on pourrait se reprendre à une période qui nous conviendrait à toutes les deux?»

40. À nos amis du secondaire qui font un petit party la veille de Noël, dans notre village natal. «Désolée, chez nous, la tradition veut que Noël, c'est pour la famille seulement. Mais pourquoi on ne va pas glisser le matin du 26?»

41. À grand-maman, qui nous demande de l'accompagner à la messe de minuit. «Grand-maman, je sais que cette messe vous tient à coeur, mais je préfère ne pas veiller trop tard pour profiter pleinement du beau party de famille qui est prévu le 25.»

42. Au 5 à 7 avec les collègues. «Désolée, mais mon mois de décembre est déjà surchargé. Je ne peux pas ajouter d'événements à mon horaire.» Dire non à notre coiffeur

Trois façons de refuser poliment au coiffeur dont on craint l'élan soudain, ciseaux en main:

43. Avant le premier coup de ciseaux: «Je suis certaine de ton talent, mais je ne pense pas être prête à assumer le look que tu me proposes.»

44. Pendant la coupe: «Est-ce qu'on peut s'arrêter une minute? Je me sens inquiète et j'ai besoin de discuter de nouveau de la direction qu'on prend.»

45. Tout est terminé. Le coiffeur balade son miroir sur notre nuque avec fierté. On retient nos larmes. «Un salon qui se respecte va proposer à la cliente insatisfaite de reprendre sa coiffure, affirme Luc Bolla, styliste et coloriste, et pourra même lui offrir les services d'un coiffeur différent. Mais là, on repart à zéro avec un professionnel qui ne nous connaît pas et qui risque d'être nerveux pour des raisons évidentes! Personnellement, j'opte pour revenir au même coiffeur, en lui expliquant le plus précisément possible ce qu'on n'aime pas. C'est comme en amour: si on passe à travers la première chicane avec maturité notre "couple" connaîtra la longévité. Or, qui ne rêve pas d'être heureuse longtemps avec son coiffeur?»

Comment dire non... étape par étape

1. Savoir ce qu'on veut. Une invitation, une offre ou une demande nous est adressée? Il est plus facile de dire non si on comprend nos raisons: besoin de temps pour nous, contraintes financières, etc. Une fois l'ambivalence réglée, on passe à l'autre étape.

2. Communiquer notre décision. On commence par un simple: «Non, je suis désolée.» On garde en tête que c'est moins agressant quand on a un léger sourire dans la voix. On fait une pause de quelques secondes, le temps que l'autre prenne acte du refus.

3. Rester concise. Surtout, ne pas se perdre en longues explications! Si, par respect ou par affection, on désire s'expliquer, mieux vaut donner des raisons objectives et rester brève. Pas besoin, non plus, d'être agressive! On exprime clairement qu'on n'ira pas au pique-nique familial parce qu'on a fait un autre choix et qu'on ne peut pas accepter deux invitations la même journée. Point. On fait appel au fameux «je», sans impliquer notre interlocuteur.

4. Exprimer ce qu'on ressent. Dire qu'on regrette de rater le pique-nique ne peut pas nuire... à condition que ce soit vrai. Si on ne voulait rien savoir, on se tait pour éviter de choquer inutilement.

5. Offrir la chance à l'autre d'exprimer ce qu'il ressent. C'est une manière généreuse de clore la question, mais il faut être prête à entendre des frustrations et ne pas se laisser atteindre.

Commentaires

Partage X
Psychologie

45 façons de dire NON!

Se connecter

S'inscrire