Couple

«Tomber en amour»: une question d'hormones?

«Tomber en amour»: une question d'hormones?

Auteur : Coup de Pouce

Couple

«Tomber en amour»: une question d'hormones?

Ah! L'amour! C'est l'un des sujets les plus discutés. Psychologues, sociologues, ethnologues, sexologues et scientifiques l'étudient sous toutes ses coutures; les artistes s'en inspirent depuis toujours sans en épuiser la source et le commun des mortels en fait une quête quasi perpétuelle. Que se passe-t-il donc quand on tombe amoureux?

Jusqu'à maintenant les recherches permettent de penser que le hasard existe peu lorsque tous les ingrédients sont présents. Et qu'avant tout, ça se passe... dans la tête!

Une réaction chimique en chaîne
Dès la première rencontre, vous savez qu'il se passe quelque chose. Une impression familière, comme si vous l'aviez toujours connu(e). Vous vous retrouvez un peu en elle ou elle en vous. Cependant, si vous en êtes à vos débuts, vous ignorez peut-être qu'il s'agit de cela. Si vous êtes tous les deux disponibles et prêts à vous ouvrir à l'autre, vous venez de tomber amoureux et une série de réactions chimiques se produisent.

L'odorat capte les phéromones (ou phérormones) de l'autre, la phényléthylamine envahit vos cerveaux, la dopamine se met en action. C'est l'amour passion. Avec un peu d'oxytocine et d'endorphines, cet amour se transformera avec les années en amour attachement, à moins que vous ne soyez un drogué de la phényléthylamine. Voyons donc comment tout ça fonctionne.

Les phéromones
Les phéromones ou phérormones sont des molécules invisibles et volatiles produites par les glandes apocrines situées sous les aisselles, autour des mamelons et dans les aines. Inodores, les phéromones ne sont pas captées par la muqueuse olfactive mais par un second système de l'odorat, l'organe voméronasal.

On a longtemps pensé que cet organe, très actif chez les animaux, ne fonctionnait pas chez l'homme. Plusieurs études ont prouvé le contraire.

L'androsténol, un des composé de la sueur «fraîche» de l'homme et la copuline que l'on retrouve dans les sécrétions vaginales de la femme sont les principales phéromones sexuelles. Elles auraient de réels effets attractifs ou répulsifs entre deux personnes selon qu'elles sont compatibles ou pas.

L'odeur d'une personne, si elle nous est agréable, nous permet de nous sentir bien et en sécurité, ce qui favorise le rapprochement. Si l'odeur nous est désagréable, nous serons portés à nous éloigner. On ne tombe pas amoureux d'une personne que l'on ne peut pas «sentir». On retrouve sur le marché des parfums aux phéromones censés augmenter le pouvoir de séduction. Épargnez vos sous! Leur efficacité n'a jamais été démontrée chez l'être humain.

La phényléthylamine
Si vous êtes amateur de chocolat, vous connaissez déjà les effets de la phényléthylamine. Si vous venez de tomber amoureux, vous ne tarderez pas à les connaître.

La phényléthylamine ou PEA est une hormone de la classe des amphétamines que l'organisme produit naturellement. Lorsque vous devenez amoureux, vous produisez une grande quantité de phényléthylamine, ce qui entraîne des effets semblables à ceux causés par certaines drogues ou par des sports extrêmes, comme le bungee.

La PEA réduit l'appétit et provoque une certaine hyperactivité. On a observé que lorsque deux personnes sont amoureuses, la PEA atteint le même niveau. C'est la raison pour laquelle vous pouvez passer des nuits à parler et à faire l'amour.La dopamine
L'action de la PEA ne s'arrête pas là. Elle stimule le relâchement de la dopamine, un neurotransmetteur qui agit sur plusieurs processus physiques et psychologiques. La dopamine est entre autres intimement liée au système limbique, une zone du cerveau qui est le siège des émotions et des fonctions vitales comme la soif, la faim et la sexualité.

La dopamine permet de renforcer certains comportements qui nous apportent du plaisir et de la satisfaction. Lorsqu'un événement est plus heureux que ce que l'on espère, la dopamine émet un signal de bonheur dont les effets euphorisants nous poussent à répéter l'expérience. On voudrait être toujours ensemble, on se téléphone dix fois par jour, on voudrait que ça dure toujours.

Des effets temporaires
Selon les experts, cette période d'allégresse peut aller jusqu'à six ans. Peu à peu, l'organisme s'habitue à la phényléthylamine. Le sentiment d'allégresse s'atténue.

Pour les «accros» à la PEA, c'est souvent la fin du couple. Ils préféreront chercher de conquête en conquête les effets euphorisants de la phényléthylamine et la personne délaissée sera alors en manque: c'est le chagrin d'amour. Les autres peuvent heureusement compter sur d'autres hormones, l'oxytocine et les endorphines.

L'oxytocine
Sécrétée par la glande pituitaire, l'oxytocine est libérée dans le cerveau et dans le système reproductif chaque fois que nous touchons quelqu'un que nous aimons.

Les études avaient déjà démontré une augmentation de l'oxytocine pendant l'orgasme. Chez la femme, on la remarque particulièrement pendant l'accouchement et l'allaitement. On sait désormais qu'elle augmente aussi notre sensibilité au toucher et nous porte au rapprochement et aux étreintes. C'est une sorte de «colle hormonale» qui nous garde ensemble longtemps après l'épuisement de la phényléthylamine.

Cet effet est peut-être plus fort chez la femme à cause de son lien avec l'œstrogène, mais le toucher demeure, pour les deux partenaires, la meilleure façon de conserver le niveau d'oxytocine nécessaire pour faire durer le couple.

On pense même que l'oxytocine pourrait avoir un effet sur le vieillissement. Une étude a démontré que les personnes qui faisaient l'amour trois fois par semaine dans une relation stable paraissaient dix ans plus jeune que leur âge!

Après la passion, les endorphines
Lorsque l'organisme développe une tolérance à la phényléthylamine et ne procure plus les effets que l'on connaissait au début de la relation, le cerveau commence à produire d'autres hormones, les endorphines.

Après les effets excitants de la PEA, notre cerveau est envahi par des substances qui possèdent les mêmes propriétés que la morphine. Les endorphines apportent le calme, soulagent la douleur et réduisent l'anxiété. Le sentiment de bien-être qu'elles procurent se traduit par une relation affective très forte que l'on ne veut pas interrompre. Vous pouvez maintenant parler, manger et dormir en paix. C'est l'amour attachement, l'harmonie complète. Un bonheur tranquille qui peut durer des années, si on passe à travers le sevrage de phényléthylamine.

Bien sûr, on ne peut résumer la relation amoureuse à une simple formule chimique. Il est tout de même rassurant de savoir que le cerveau possède des ressources insoupçonnées qui s'adaptent aux différentes étapes de la vie amoureuse. Et que lorsque les effets de la phényléthylamine s'estompent, on peut, si l'on est patient, atteindre de nouveau le septième ciel.

Commentaires

Partage X
Couple

«Tomber en amour»: une question d'hormones?

Se connecter

S'inscrire