Couple

Ils s'aiment encore autant!

Ils s'aiment encore autant!

Istockphoto.com Photographe : Istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Couple

Ils s'aiment encore autant!

L'amour à travers les épreuves

«Bonjour. Mon mari s'appelle Denis. Je pourrais dire que je l'aime plus aujourd'hui que lorsque je l'ai épousé, il y a 23 ans. Nous avons vécu de grands bonheurs ensemble: l'arrivée de nos deux garçons, des voyages à deux et avec les enfants, des projets de maison... Bref, la vie de famille a été pour lui et pour moi très épanouissante.

 

Il y a trois ans, nous avons vécu une grande épreuve: j'ai eu un cancer et, au même moment, mon mari a perdu l'emploi qu'il occupait depuis 25 ans. Deux ans plus tôt, nous avions laissé nos familles pour nous établir en Ontario, car la compagnie pour laquelle travaillait mon mari avait déménagé là-bas. Un déracinement plutôt difficile. Lorsque mon mari a perdu son travail, nous sommes revenus vivre au Québec avec nos deux fils. Denis, qui n'avait plus d'emploi, et moi, avec le cancer... J'avais déjà subi deux chirurgies en Ontario, et j'avais aussi débuté les traitements là-bas. À chaque jour, mon mari me conduisait à l'hôpital où on devait souvent rester  six heures. Sans compter le trajet pour s'y rendre: deux heures, aller et retour. Il ne m'a pas lâchée tout le temps qu'ont duré les traitements, soit quatre semaines. De retour au Québec, les traitements se sont poursuivis pendant un an.

 

Mon mari a toujours été avec moi pendant tout le temps qu'ont duré ces derniers. Il était toujours sans emploi. Nous avons eu le soutien de nos familles et de nos amis, mais sans Denis à mes côtés, je ne sais pas si je serais passée au travers de ces épreuves. Sa présence, son soutien et son amour ont  été indéfectibles. Je n'ai jamais craint qu'il me laisse. Moi aussi, à ma manière, je lui apportais du réconfort dans l'épreuve qu'il vivait. Nous avons appris à vivre dans le moment présent et à profiter de chaque journée, en toute simplicité. Je ne peux pas dire que j'ai été malheureuse, au contraire. Nous sommes ensemble et, pour moi, c'est OK.

 

Aujourd'hui, les épreuves sont derrière nous. La semaine dernière, après avoir passé quelques tests, j'ai appris que ma santé était bonne. Je me suis trouvé un emploi et mon mari aussi. Nous avons une vie très simple, mais parsemée de plusieurs petites joies. Je suis donc très heureuse! Nos valeurs ont changé et nous savons que beaucoup de choses peuvent disparaître très rapidement, mais que notre amour, lui, est fort et immuable.»

Sylvie Thibault

Une relation forgée malgré la distance

«L'histoire a commencé il y a 18 ans. J'étais alors étudiante à Toulouse, en France. Un soir, je suis sortie aux Bains de minuit, une discothèque assez branchée. Alors que je déclinais les invitations à danser de la part des hommes qui rôdaient autour de moi, j'ai remarqué deux gars aux cheveux longs qui avaient fait leur apparition. Ils se démarquaient de la foule, car ils étaient vêtus de chandails de football, de shorts et d'espadrilles. J'ai tout de suite pensé qu'ils n'étaient pas du coin. L'un d'eux s'est approché de moi et on a échangé quelques mots. J'ai reconnu son accent québécois. Il m'a expliqué qu'il était à Toulouse pour une durée de six mois en tant qu'entraîneur semi-professionnel d'une équipe de football américaine. Comme je lui avais mentionné que je travaillais au McDonald's les fins de semaine, il venait me voir là-bas et m'emmenait boire un verre ou voir des matchs de football.

 

On s'est mis à se voir de plus en plus souvent - sans arrière-pensées de ma part - jusqu'à ce que je réalise qu'il ne me lâchait jamais du regard. Cela en était même un peu gênant, car je n'éprouvais pas encore de sentiments pour lui, mis à part de la sympathie. Mais, à force de le fréquenter, je suis tombée sous le charme. Tout a véritablement commencé quand on s'est enfin embrassés! On était amoureux fous l'un de l'autre et on ne se quittait plus. Malheureusement, le mois de juin est arrivé et mon amoureux a dû retourner chez lui, au Québec.

 

On a eu tellement de peine de devoir se quitter! On s'est écrit jusqu'en décembre, et il m'a demandé de venir passer les fêtes auprès de lui. Nos retrouvailles ont été un véritable feu d'artifice! Il m'a présenté à sa famille et à ses amis, et je suis tombée en amour avec le Québec. Pendant quatre ans et demi, on a fait tous les deux la navette entre Toulouse et Gatineau, avec les joies et les peines de se retrouver et de se quitter à chaque fois. Mais, quand j'ai obtenu mon diplôme, on a décidé d'un commun accord qu'il était temps que l'un de nous déménage chez l'autre. J'ai donc décidé d'immigrer au Canada. Mon homme n'a pas tardé à appeler mon père pour lui demander ma main et, le 22 juin 1995, on s'est mariés!»

V. Derny-Gauvreau

L'amour rend meilleur

«Bonjour, je m'appelle Valérie et j'ai 35 ans. J'ai fêté mes 10 ans de mariage le 24 octobre 2008 avec François, l'homme de ma vie. Comment vous raconter les évènements qui ont ponctué ma vie? Il y a ma vie avant François et ma vie après François.

 

Avant François, je me trouvais grosse, moche et stupide! Depuis François, je me sens belle et spéciale. Avant François, je croyais que l'amour et la vie de famille n'étaient pas pour moi. Étant stérile, je pensais qu'aucun homme ne voudrait de moi, car je n'étais pas capable de lui donner d'enfants. Je pensais que je n'aurais jamais de mari et, bien sûr, jamais de progéniture.Avec François, la vie de couple est devenue possible! Nous avons même créé notre famille: grâce à un don d'ovocytes et une fécondation in vitro, j'ai porté et donné naissance à Pierre et Léa, des jumeaux âgés de 5 ans aujourd'hui. Une montagne russe d'émotions! Avant François, j'étais peureuse. J'avais peur du monde et des autres. Après François, je suis devenue une aventurière. D'ailleurs cela fait trois ans que nous avons immigré de France pour nous installer au Québec. Une grande aventure! Mais le plus beau, c'est qu'après 10 ans de mariage, deux jumeaux de 5 ans  et une immigration réussie, mon amour pour lui est toujours aussi fort.

 

Voici d'ailleurs le poème qu'il m'a inspiré pour la Saint-Valentin: Mon âme, mon amour, mon amoureux, au son de ta voix, je retrouve la foi. Ton parfum, ton odeur réveille ma ferveur. Tes mains sur mes hanches, ma volonté flanche. Perdue dans tes yeux, je découvre les cieux. Un baiser de ta bouche et la grâce me touche. Ton corps dans mon corps, un accord parfait. Ton souffle sur ma peau, enfin le repos. Mon âme, mon amour, mon amoureux...»

Valérie Michel

Il me donnait de la gomme Juicy Fruit...

«On avait huit ans et on était dans la même classe en troisième année. Il me donnait de la gomme Juicy Fruit et toute la monnaie qu'il trouvait dans ses poches (il le fait encore aujourd'hui d'ailleurs!). Il faisait cela sans m'adresser la parole, sans même me regarder. Il déposait tout simplement son butin sur mon pupitre ou dans les poches de mon manteau. On habitait le même village. Il me prêtait sa bicyclette Mustang mauve. On échangeait à peine quelques mots. C'était l'ami de mon frère.

 

À 15 ans, on s'est revus à l'école secondaire. Puis, le 12 mars 1970, à la fin des classes, il m'a demandé de sortir avec lui. J'ai tout de suite dit oui. En fait, je le voyais dans ma soupe! On est ensemble depuis ce jour. On s'est mariés en 1979, il y a 30 ans, et on a deux beaux garçons.

 

Cette année, cela fera  39 ans qu'on est ensemble. Notre vie n'a pas toujours été facile, on a connu des hauts et des bas, mais l'essentiel est qu'on s'en soit toujours bien sortis. L'une des raisons est sans doute le fait que le dialogue a toujours été important pour nous. Dans les moments difficiles, on parle, on pleure parfois ensemble... On profite de chaque moment. Et on s'organise pour se retrouver souvent en tête à tête: c'est une priorité pour nous. Toutes les occasions sont bonnes pour faire une sortie au restaurant ou encore une escapade à Québec ou à Montréal.

 

Lorsqu'on avait 20 ans, on faisait de la moto. Il y a six ans, on a décidé de s'y remettre. On fait les plus beaux trips ensemble! On prévoit même se rendre un jour jusqu'aux États-Unis! On apprécie tout ce que la vie nous a donné et on se sent privilégiés. Tout ce bonheur! Et par-dessus tout, on souhaite que la vie nous en fasse encore voir de toutes les couleurs!»

Manon Legault

 

Vous pourrez lire l'histoire de nos grands gagnants, Chantale Arsenault et Benoît Mollez, dans l'édition de juin 2009 de Coup de pouce.

 

 

Commentaires

Partage X
Couple

Ils s'aiment encore autant!

Se connecter

S'inscrire