Couple

Couple: on a échangé nos tâches pendant 2 semaines

Couple: échangé nos tâches pendant 2 semaines

Thinkstock Photographe : Thinkstock Auteur : Coup de Pouce

Couple

Couple: on a échangé nos tâches pendant 2 semaines

«Ne serait-il pas intéressant d’échanger vos tâches respectives pour mieux comprendre la réalité de l’autre?» Mon argument n’a convaincu personne. Après avoir vainement tenté de persuader amies et collègues, j’ai finalement accepté (avec un peu de réticence et beaucoup de la part de mon conjoint) de jouer le jeu.

 

Avant de débuter l'expérience, il a fallu déterminer précisément les tâches habituelles de chacun, ce qu'on n'avait jamais vraiment fait. Premier constat: alors que j'étais convaincue d'en faire un peu plus que lui, je réalise que lui non plus ne se tourne pas les pouces. N'empêche, j'en fais quand même un tout petit peu plus. Mais ça ne me dérange pas vraiment. Ce qui me décourage parfois, c'est que lui l'ignore!

Deuxième constat: même si je bougonne parfois que c'est toujours moi qui me lève la nuit pour la petite dernière, j'appréhende de devoir sortir les matins froids pour aller déneiger l'entrée. Ce que lui redoute: se lever aussi souvent que je le fais la nuit. On est quittes.

 

L'expérience
Il nous a fallu quelques jours avant de nous ajuster à nos nouvelles responsabilités. La première nuit où mon chum a dû se lever (deux fois) pour remettre au lit notre petite insomniaque a été un peu éprouvante pour lui... et pour elle (elle voulait maman!). Le matin, l'air renfrogné de mon chum traduisait bien la rudesse de l'épreuve. Mais il a dû s'armer de courage, car il devait maintenant préparer le déjeuner, habiller les enfants en plus de gérer leur indiscipline (j'y ai mis un peu du mien quand même!) et de les conduire à la garderie. Moi? J'ai pris tout mon temps pour me préparer, presque rien pour entraver mon chemin jusqu'au boulot. Facile! Le soir, je suis allée chercher les enfants, puis j'ai attendu que mon amoureux revienne, car c'est lui qui était en charge du souper. Le repas, le bain des enfants et une brassée de lavage plus tard, mon chum a sérieusement remis en question notre arrangement.

 

Et moi aussi, qui jusque-là me demandais bien ce qu'il faisait habituellement pendant tout ce temps. Il s'est fait un plaisir de me le rappeler: il y avait la table du salon à finir de peindre, le chien à aller promener, l'entrée à déblayer et l'aquarium à nettoyer. Sans compter la rituelle bataille de coussins avec les enfants! J'ai aussi dû apprendre à manier les outils afin d'exécuter plusieurs petites finitions dans la maison (je me suis même tapé deux visites au Home Depot avec les enfants!). J'ai également dû me convaincre de l'importance qu'il fallait accorder à nos finances et me mettre à plusieurs reprises dans la peau d'un ninja pour satisfaire l'imaginaire des enfants. C'est aussi moi qui ai amené les enfants déjeuner au resto le samedi pendant que mon chum récupérait un peu de ses nuits écourtées. Moi aussi qui ai appelé le réparateur de souffleuses, acheté les toiles pour les fenêtres de la cuisine et rangé dans la remise tout ce qui traînait dehors.

Lui aussi en a eu pour son compte: les soins aux enfants, l'aspirateur, le lavage, les invitations pour l'anniversaire du plus vieux, la préparation de la plupart des repas, rester à la maison une journée à cause d'un enfant malade, commencer à prévoir les réceptions pour les fêtes, lire La Petite Souris des millions de fois à notre fille...

 

En conclusion...

On travaille fort tous les deux, telle a été notre première conclusion. On a vraiment réalisé l'ampleur des tâches de chacun. Bien sûr, ces deux semaines ont engendré quelques accrochages (moi: «Tu leur fais ça pour souper?», lui: «Tu n'as pas encore payé les comptes?»), mais, somme toute, elles ont été très bénéfiques pour notre couple. Je pense que mon chum n'en est pas encore revenu de tout le temps gobé par le lavage et le pliage des vêtements. Mais surtout, il comprend davantage mon air parfois absent ou mon impatience, causés par des nuits en dents de scie. Il a aussi compris que lire les messages de l'éducatrice était important s'il ne voulait pas que ses enfants manquent leur journée-jouet à la garderie. Et moi? Je réalise à quel point on est complémentaires (je suis nulle au marteau), mais aussi à quel point on manque souvent de considération pour ce que fait l'autre. Et si c'était un peu par inconscience, maintenant, on n'a plus d'excuses.

 

 

Commentaires

Partage X
Couple

Couple: on a échangé nos tâches pendant 2 semaines

Se connecter

S'inscrire