Argent et consommation

Une liseuse sous le sapin

Kindle 3 Auteur : Coup de Pouce

Argent et consommation

Une liseuse sous le sapin

La liseuse est un appareil électronique portatif conçu spécifiquement pour la lecture de livres numériques et autres textes (journaux, magazines, documents PDF, etc.) en format électronique. Les modèles les plus populaires se comparent à un livre de poche, autant par leur format que par le rendu du texte à l'écran.

Les avantages

On rigole parfois en rappelant qu'un vrai livre ne manque jamais de pile avant la fin de l'histoire. Cela dit, la liseuse électronique présente tout de même plusieurs avantages sur sa contrepartie papier.

  • Capacité de stockage. Qui pourrait traîner 1 000 livres dans son sac à main? Le format numérique permet d'avoir avec soi autant de livres qu'on veut pour s'y référer en tout temps.
  • Format souple. On peut modifier à notre gré la taille du texte et la police de caractères: c'est précieux si on a la vue qui baisse ou des préférences qui diffèrent de celles de l'éditeur.
  • Accès facile et rapide. Si une copine nous parle de son coup de coeur, on peut le commander illico sur notre liseuse, sans se déplacer.
  • Essai gratuit. Il est généralement possible de lire quelques pages du premier chapitre d'un livre avant d'ouvrir notre portefeuille.
  • Prix. Les livres numériques coûtent de 50% à 75% moins cher que les versions papier. C'est un avantage qu'on doit toutefois prendre avec un grain de sel, vu le coût d'achat initial de l'appareil (plus de 100$) et l'éventualité de devoir le remplacer d'ici 2 ou 3 ans (bris possibles, attrait pour une nouvelle génération améliorée, perte de performance de la pile intégrée, etc.).

 

Et les tablettes?

Même si ce n'est pas sa vocation première, la tablette électronique de type iPad se prête, grâce à certaines applications téléchargeables et souvent gratuites, à la lecture de livres électroniques.

Les avantages

  • Appareil polyvalent utile dans plein d'autres contextes.
  • Permet la lecture de livres illustrés, de recueils de photos, de magazines, etc.
  • Écran rétro-éclairé permet de lire dans les endroits peu éclairés.

 

Les inconvénients

  • Prix élevé (plus de 500$ pour le iPad2, la tablette la plus populaire de l'heure).
  • Écran brillant difficilement lisible au soleil.
  • Écran tactile peu pratique quand on porte des gants.
  • Peu tentant de l'utiliser dans les transports publics: les gens se font déjà voler leur iPod dans le métro...

 

 

Essayer avant d'acheter

Les caractéristiques techniques ne disent pas tout: parfois, de petits détails dans l'ergonomie de l'appareil, la convivialité de l'interface ou la réactivité de l'écran feront une grande différence pour nous. Bref, avant d'acheter, mieux vaut visiter un magasin d'électronique pour manipuler et comparer plusieurs modèles de liseuses et de tablettes. On trouve aussi des kiosques Kobo dans les librairies Chapters et Indigo. Par contre, le Kindle doit être commandé sur le site d'Amazon.com: impossible de l'essayer en magasin au préalable. Évidemment, si on a une copine technophile qui a déjà adopté le livre électronique, c'est encore mieux: on lui emprunte sa liseuse quelques heures pour l'essayer.

Guide d'achat: les points à surveiller

1. L'affichage. La technologie d'affichage la plus répandue est l'encre électronique: avec la dernière génération, appelée E Ink Pearl, le texte s'affiche en 16 niveaux de gris sur un écran mat pour un rendu étonnamment semblable à celui de l'encre sur du papier. Comme l'écran n'est pas rétro-éclairé, il faut prévoir une lumière d'appoint pour lire; par contre, on voit très bien sous la lumière vive du soleil. Si on est une grande consommatrice de romans, on adorera. Des modèles à écran couleur ACL (rappelant celui des tablettes comme le iPad) commencent à faire leur apparition: leur bel écran est lumineux et éclatant dans la pénombre, mais les reflets du soleil nuisent à la lecture. On les considère si on veut pouvoir lire des magazines électroniques ou des livres illustrés, mal servis par un affichage monochrome.

2. La taille. Les plus petites liseuses ont un écran de 5 ou 6 pouces, et leur format se rapproche de celui d'un livre de poche: légères et discrètes, elles se glissent dans le sac à main ou une poche de manteau, pour nous suivre partout. Les plus grandes (écran de 7 pouces et plus) sont moins portables, mais on apprécie le grand écran pour lire le journal, une bande dessinée, un magazine.

3. La manipulation. Plusieurs liseuses ont un écran tactile qu'il suffit d'effleurer pour choisir un titre dans la bibliothèque et pour tourner les pages. D'autres ont des boutons, une molette ou un clavier, qu'on active pour accéder aux différentes fonctions. Cela semble moins intuitif au premier abord, mais d'après les commentaires des utilisateurs, on s'habitue vite. De plus, un appareil à boutons peut être utilisé avec des gants l'hiver, ou encore glissé dans un sac de type Ziploc pour le protéger lors d'une journée à la plage, ce qui n'est pas le cas d'un écran tactile, qui ne réagit pas sans le contact du doigt.

4. La connectivité. Certaines liseuses doivent être branchées à l'ordinateur via un câble USB pour qu'on puisse y transférer des titres. On préfère les modèles utilisant une connexion sans fil (Wi-fi ou 3G).

5. L'autonomie. On est constamment en train de recharger notre arsenal électronique? C'est en grande partie la faute des écrans ACL, qui drainent la pile. L'encre électronique présente un net avantage: on pourra utiliser notre liseuse entre deux semaines et deux mois (selon les modèles) sur une seule charge. On doit toutefois désactiver la connexion sans fil, qui peut réduire l'autonomie de la pile à quelques jours.

6. La mémoire. Le texte électronique prend très peu d'espace: on peut loger plus de 1 000 livres sur une mémoire de 2 gigaoctets. On craint tout de même d'être à l'étroit? On choisit un modèle muni d'une fente d'expansion accueillant des cartes mémoire qui augmenteront la capacité: sur une carte de 32 Go, on peut conserver jusqu'à 30 000 livres!

7. Les formats de texte. Les plus populaires sont ePub et PDF, tous deux supportés par la plupart des liseuses, sauf le Kindle du géant américain Amazon, qui n'offre toujours pas le format ePub et utilise plutôt un format propriétaire (AZW). Ça ne pose pas problème si on achète nos livres sur Amazon; c'est plus embêtant pour transférer sur notre liseuse des livres qu'on a déjà achetés ailleurs en format ePub.

8. Les options de lecture. La plupart des liseuses offrent les mêmes fonctionnalités de base: affichage d'une bibliothèque personnelle, consultation de la table des matières, marquage d'une page en signet, annotation du texte, ajustement de la taille des caractères, etc. Certaines intègrent un dictionnaire (habituellement en anglais), pour vérifier un mot en cours de lecture. Original, Kobo compile nos statistiques de lecture et nous permet de les consulter, graphiques à l'appui!

9. Achats intégrés. On apprécie d'avoir accès à une librairie virtuelle à même la liseuse: on peut télécharger des extraits de livres et les acheter sans passer par l'ordinateur. La procédure est beaucoup plus simple et rapide que lorsqu'on doit se brancher avec un câble USB pour les transférer.

10. Les fonctions supplémentaires. Certaines liseuses permettent de lire les fichiers audio et vidéo ou de fureter sur le Web, mais leurs capacités sont limitées. On ne base pas notre choix d'un appareil là-dessus. Si les fonctionnalités multimédia et Internet sont importantes pour nous, on considère une tablette, qui nous offrira plus de satisfaction.

Où bouquiner en français?

Plusieurs modèles de liseuses et de tablettes permettent de consulter et d'acheter des livres, journaux et magazines dans une librairie virtuelle, sans passer par l'ordinateur. Le hic: jusqu'à tout récemment, l'immense majorité des titres proposés étaient en anglais. Mais les choses bougent rapidement et, d'après les experts consultés, l'offre québécoise devrait être en place dès la fin de l'automne, autant chez Amazon que dans la librairie Kobo. Cela dit, on n'est pas limitée à la boutique de notre liseuse pour dénicher des livres en français. Voici d'autres sources auprès desquelles s'approvisionner (on devra visiter les sites avec notre ordinateur, télécharger les titres, puis les transférer sur notre liseuse).

  • L'Entrepôt du livre numérique. C'est notre meilleur point de départ. Le site répertorie les livres disponibles en français dans les librairies virtuelles d'ici et d'Europe, et nous y renvoie si on veut acheter.

  • Rue des libraires. Un site des librairies francophones indépendantes du Québec, mais aussi des Maritimes et de l'Ontario francophone où l'on peut commander plus de 200 000 livres en français.

  • Boutique Eden Livres. Développée par trois grands éditeurs de France (Flammarion, Gallimard et La Martinière Groupe), c'est notre point de départ pour dénicher des livres français.

 

Et bonne nouvelle: un projet pilote de prêt de livre numérique est en cours dans plusieurs bibliothèques publiques du Québec qui permettra d'emprunter des titres numériques pendant quelques semaines pour les lire sur notre liseuse. On prévoit que le système sera déployé dans l'ensemble du réseau des bibliothèques de la province au début 2012.

Merci à Clément Laberge, vice-président chez De Marque, une entreprise qui accompagne les éditeurs dans le domaine du numérique, et à Jean-François Chételat, responsable des services d'information et du développement à la Société de gestion de la Banque de titres de la langue française et éditeur chez RobertNeVeutPasLire.

 

À LIRE: iPad: ce qu'il faut savoir

Commentaires
Partage X
Argent et consommation

Une liseuse sous le sapin

Se connecter

S'inscrire