Argent et consommation

Retrouver le chemin de l'épargne

Retrouver le chemin de l'épargne

Shutterstock.com Photographe : Shutterstock.com Auteur : Coup de Pouce

Argent et consommation

Retrouver le chemin de l'épargne

On est nombreux à vivre de chèque de paie en chèque de paie, à crédit et sans coussin financier en cas d’imprévus… une situation dangereuse. Comment retrouver le chemin de l’épargne?

Dans un autre coup de sonde, publié en avril dernier par la firme comptable Raymond Chabot, 4 % des Québécois jugent leur situation financière fragile. Chez les 18 à 44 ans, c'est encore pire. La moitié d'entre eux qualifient leurs finances d'assez ou de très fragiles. Qui plus est, le sondage indique que près de 4 Québécois sur 10 n'arrivent jamais à épargner. «Résultat: la plupart des Québécois n'ont pas l'esprit tranquille en ce qui concerne leurs finances personnelles», constate Éric Lebel, associé et syndic en redressement et insolvabilité chez Raymond Chabot.

Tout à crédit

La dégradation de nos finances personnelles, analysent les experts, s'explique par notre société de surconsommation et l'accès de plus en plus facile au crédit, stimulé par les bas taux d'intérêt. La formule «acheter maintenant et payer plus tard» n'a jamais autant été à la mode. Et les annonceurs font preuve de génie pour nous inventer de nouveaux besoins et nous faire croire que leurs produits sont abordables. Par exemple, une publicité récente d'un constructeur automobile claironnait que son dernier modèle ne coûte que 6$... par jour. Suffit d'apporter son lunch au travail pour se le payer!

«Aujourd'hui, on veut tout sans attendre, mais puisqu'on n'a pas les moyens de tout acheter, on utilise de plus en plus les plans de financement. Résultat: on n'achète plus une auto à 20 000$, on achète un paiement bimensuel de 250$ par mois. On perd de vue le coût réel de notre achat», analyse Frédéric Lachance, vice-président principal chez MNP, un syndic de faillite.

Les programmes de financement pour les autos, les électroménagers, les véhicules motorisés, les meubles de jardin et les piscines ne sont pas nouveaux. Ce qui l'est, ce sont les périodes d'amortissement qui s'allongent, dévoile une récente étude d'Option consommateurs. Ainsi, les paiements périodiques deviennent de plus en plus petits, ce qui donne l'impression aux consommateurs que le bien est moins cher.

«Mais les commerçants omettent de mentionner le montant payé en intérêts que les consommateurs devront débourser pendant toute la période de remboursement», rappelle Émilie Bernet-Pelletier, conseillère en éducation à la consommation à l'ACEF de l'Est de Montréal. Option consommateurs sonne l'alarme: le financement à long terme permet aux consommateurs de se payer des biens plus chers qu'ils ne l'auraient pu, ce qui mène à la surconsommation et au surendettement.

Où va l'épargne?

La principale victime de la surconsommation, c'est l'épargne. Selon un sondage de l'Association canadienne de la paie, 49% des Québécois ne mettent de côté que 5% ou moins de leur paie. Pourtant, les spécialistes de la planification financière recommandent un taux d'épargne-retraite d'au moins 10%. «Le problème, c'est que l'épargne n'a jamais été aussi peu "sexy", constate Frédéric Lachance. On préfère profiter d'un spa, qu'on paiera pendant 10 ans, plutôt que de contribuer à un compte d'épargne libre d'impôt (CELI).»

Conséquence: de plus en plus de gens ne possèdent plus de coussin financier - l'équivalent de trois à six mois de revenus - afin de parer aux imprévus. «Que feront-ils en cas de perte d'emploi, de maladie, de séparation ou d'une hausse des taux d'intérêt? » questionne Frédéric Lachance. Trop de gens comptent sur leur marge de crédit pour les dépanner. «Mais ce n'est pas la solution. On ne règle pas un problème financier en s'endettant davantage», soutient Lama Farran, coach en finances personnelles.

Pour retrouver le chemin de l'épargne, il n'existe pas de solution miracle. On doit élaborer un budget et se fixer des objectifs à court, moyen et long terme. «Sans plan de match, il sera plus difficile d'épargner. On n'entrevoit pas la finalité de l'épargne», dit Éric Lebel.

Ce qu'on a tendance à oublier, c'est que l'épargne apporte aussi son lot de bénéfices. Quand nos finances sont en santé, notre anxiété et notre stress diminuent. Notre vie de couple s'améliore. Et on peut se mettre à rêver de projets qu'on réalisera avec nos épargnes plutôt qu'en nous enfonçant davantage dans le rouge. Imaginez le bonheur de revenir d'un voyage dans le Sud avec des souvenirs plein la tête, mais sans aucune dette. Il est temps de remettre l'épargne au goût du jour!  

 

Commentaires

Partage X
Argent et consommation

Retrouver le chemin de l'épargne

Se connecter

S'inscrire