Argent et consommation

Noël: comment éviter que l’argent nuise aux relations familiales?

Thinkstock Auteur : Coup de Pouce Crédits : Thinkstock

Argent et consommation

Noël: comment éviter que l’argent nuise aux relations familiales?

Une question d'étiquettes

La partie se joue bien avant que chacun d'entre vous ait reçu son premier chèque de paie. «Les disparités de revenus viennent exacerber des ressentiments familiaux déjà bien présents», souligne la psychologue Martine Cinq-Mars.

Quelles relations entreteniez-vous enfant et adolescente avec vos frères et soeurs? Quelle valeur vos parents accordaient-ils à l'argent? Ces réponses déterminent la façon dont votre fratrie composera avec les disparités de revenus, une fois devenue adulte. Et la façon dont chacun se comportera en présence des autres.

«N'importe quelle situation de jalousie, qu'elle soit liée à l'argent ou à un autre facteur, prend racine dans la place que chacun occupait dans la famille», ajoute la psychologue. C'est la jalousie de celui qui ne se sentait pas reconnu et qui utilise sa fortune pour briller. Ou son manque d'argent pour appuyer son statut de victime. C'est connu, dès qu'une famille compte plusieurs enfants, on attribue un rôle à chacun: le comique, le sage, le tannant, etc. Et ces étiquettes ne décollent plus, même quand on est devenus adultes. Or, les fêtes ont le don de faire ressortir nos travers, constate Mme Cinq-Mars.

Briser le carcan

Que faire? On peut recourir aux trucs classiques: proposer un échange de cadeaux, offrir des cadeaux seulement aux enfants ou éliminer les présents. Ce sont toutes de bonnes solutions. Mais briser le carcan des conventions sociales serait encore mieux.

Première convention: «Qui a dit qu'il faut toujours donner un cadeau d'égale valeur à celui qu'on reçoit?» questionne Mme Cinq-Mars. Lorsque le dialogue est possible, ouvrir le jeu demeure la meilleure piste de solution. «Tes gros cadeaux me mettent mal à l'aise.» «Je fais ça pour vous gâter, pas pour vous mettre mal à l'aise.» Celle qui gagne plus doit apprendre à surmonter sa culpabilité et cesser de compenser avec des présents princiers. «Le plus riche n'est pas responsable du bonheur ou du malheur des autres membres de sa famille», insiste la psychologue. Quant à celle qui gagne moins, elle doit peut-être cesser de prêter de mauvaises intentions aux membres plus généreux de sa famille.

L'autre convention, celle qui cause le plus de dommages, c'est la sacro-sainte «magie de Noël». «On place des attentes énormes sur les fêtes, prévient Mme Cinq-Mars. Nous voudrions que tout soit parfait, même ce qui ne l'est pas les autres mois de l'année.» Des attentes plus réalistes nous feraient moins souffrir. «Acceptons que nos rapports avec notre famille sont ce qu'ils sont et qu'ils vont le demeurer, 24 décembre ou pas», suggère-t-elle. Moins d'attentes, moins de pression, moins de tension. Qui sait, c'est peut-être ce qu'il faut pour que la «petite magie» opère...

Commentaires
Partage X
Argent et consommation

Noël: comment éviter que l’argent nuise aux relations familiales?

Se connecter

S'inscrire