Argent et consommation

Mon enfant et son financement scolaire

Par
Mon enfant et son financement scolaire

  Photographe : Fotolia

Argent et consommation

Mon enfant et son financement scolaire

Par

Laisser son jeune voler de ses propres ailes procure un sentiment paradoxal. D’une part, la fierté de le voir devenir indépendant et studieux. D’autre, l’inquiétude à l’idée qu’il fasse des erreurs qui auraient des conséquences sur sa santé financière.

On s’en doute bien, il est plein de bonne volonté. Mais ses balbutiements dans le monde adulte, conjugués à son insouciance – et disons-le, à son manque d’expérience – risquent de coûter cher.

C’est dans cette optique que nous vous avons préparé une liste de points à discuter avec votre jeune.

Le budget étudiant

Aidez votre enfant à dresser la liste de ses principales dépenses mensuelles et du revenu dont il dispose.

Gardez en tête qu’un budget s’apparente à un régime : s’il est trop restrictif, on a vite fait de se démotiver, puis d’abandonner nos bonnes résolutions !

Un bon budget se bonifie avec le temps. En premier lieu, il sert de plan auquel on apporte les ajustements nécessaires.

          -   Il doit inclure les frais de scolarité, mais aussi tous les coûts de la vie étudiante. Ceux-ci peuvent varier selon le programme et l’institution postsecondaire choisis.
          -   Cela comprend notamment les frais administratifs et ceux de l’association étudiante.
          -   Il faut aussi y ajouter le coût des livres et du matériel de cours. Ces derniers peuvent s’élever entre 800$ et 1000$ par année pour un étudiant du premier cycle.
          -   Enfin, le budget prévoit bien sûr les frais de logement, de transport et de subsistance. Sans oublier les dépenses associées au divertissement – après tout, il s’agit bien des plus belles années de sa vie !

La carte de crédit étudiante

Une carte de crédit est un outil devant être utilisé avec discipline.

          -   Puisque les revenus de votre jeune sont limités, mieux vaut garder une limite de crédit avoisinant les 500$ ou 800$.
          -   Idéalement, la carte ne doit être utilisée que pour ses petites dépenses, comme les frais de loisirs, afin d’être remboursée au maximum chaque mois.

Il est crucial que votre enfant comprenne qu’une oisiveté dans sa gestion des paiements peut avoir des conséquences néfastes sur sa cote de crédit.

          -   Une mauvaise cote de crédit suivra votre jeune toute sa vie.
          -   Quelques retards dans les paiements risquent donc d’avoir des répercussions néfastes sur ses projets d’avenir.

Comme pour tout achat important, une carte de crédit se magasine. Au besoin, aidez votre jeune à démystifier les frais, les limites et les taux d’intérêt.

          -   Sachez qu’en moyenne, le taux d’intérêt annuel pour les cartes de crédit étudiantes au Canada est de 18,11 %.

Les prêts gouvernementaux

Dans le cas des prêts accordés par le gouvernement, le remboursement n’a lieu qu’une fois les études postsecondaires terminées.

Le montant prêté par le gouvernement du Québec dépend du programme d’études et de l’établissement fréquenté par votre enfant, mais aussi du revenu net des parents. Ainsi, plus la famille dispose d’un gros revenu, moins l’État est enclin à prêter. Notez donc que le fait que vous souteniez financièrement votre enfant ou non n’a aucune influence aux yeux du gouvernement sur l’octroi du prêt.

La marge de crédit étudiante

En plus de bénéficier du programme de prêts et bourses offert par le gouvernement, votre jeune peut avoir besoin d’une marge de crédit.

La grande différence reste que les intérêts sur une marge de crédit se remboursent dès qu’a lieu l’emprunt.

          -   Au Québec, les taux d’intérêt sur les marges de crédit pour étudiants équivalent à ceux sur les prêts étudiants du gouvernement.
          -   On parle d’environ 4%.

Le montant maximal que votre enfant peut emprunter varie selon son programme d’études, son institution postsecondaire, mais aussi sa cote de crédit!

Il se peut fortement que vous soyez appelé à cautionner la marge. Dans l’incapacité de votre jeune à la rembourser, vous devenez responsable de la totalité de la dette.

L’importance de l’épargne

Suggérez à votre jeune de prévoir une portion épargne à son budget. Certes, il est difficile d’épargner lorsque nos revenus sont limités, mais ce n’est pas impossible!

          -   Expliquez à votre enfant qu’il a gratuitement accès à un conseiller financier avec son l’institution financière.
          -   Un rendez-vous annuel suffit pour l’aiguiller dans sa gestion patrimoniale et trouver une solution d’épargne réalisable.

Les vacances d’été durant plusieurs mois lui permettent également d’occuper un emploi étudiant.

          -   En plus d’acquérir de l’expérience en lien avec son domaine d’études, votre jeune développe des compétences et étend son réseau de contacts, démarrant ainsi sa carrière du bon pied.
          -   Proposez-lui d’entamer sa recherche d’emploi avant qu’il soit en fin de session, ce sera un stress en moins sur ses épaules! Pour ce faire, il peut consulter Emploi-Québec ou son association étudiante.
          -   Bien géré, le salaire gagné l’aidera à financer sa prochaine année aux études.

Enfin, en programmant des versements automatiques de son compte épargne chaque mois, votre jeune se sentira déjà confortable une fois ses études terminées.

          -   À petite échelle, l’épargne accumulée peut servir de levier pour sa carrière (par exemple, pour s’inscrire à un ordre professionnel) ou pour voyager.
          -   À plus grande échelle, un généreux coussin ayant fructifié au fil des années peut même servir de mise de fonds pour acheter une propriété.

Selon une récente étude, une majorité des universitaires canadiens s’inquiètent quant aux dettes d’études qu’ils accumuleront et aux opportunités de carrière qui se présenteront.

Si votre jeune maîtrise ses affaires et garde la tête hors de l’eau durant ses études postsecondaires, ce sentiment s’estompera. Il sera alors devenu financièrement indépendant et vous cesserez de vous faire un sang d’encre en pensant à son futur.

Vous en sortirez donc tous deux gagnants!

Vous entrevoyez l’avenir et souhaitez veiller au bien-être financier de ceux qui vous sont chers ? Consultez le dossier sur l’éducation des enfants de la Financière Sun Life.

Commentaires

Partage X
Argent et consommation

Mon enfant et son financement scolaire

Se connecter

S'inscrire