Argent et consommation

Couple: quand les dépenses de l’un agacent l’autre

Couple: quand les dépenses de l’un agacent l’autre

istockphoto.com Photographe : istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Argent et consommation

Couple: quand les dépenses de l’un agacent l’autre

Mon chum Bob a cinq batteries. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais moi, je trouve ça excessif. Lui, c'est l'étendue de ma garde-robe qu'il juge démesurée... Mais, au fond, ce que chacun dit à l'autre, c'est: «Chéri(e), tu dépenses pour des articles auxquels je n'accorde aucune valeur. Je considère donc que tu dépenses trop.» Pourquoi les façons de dépenser différentes de notre conjoint nous dérangent-elles tant?

Conflits de valeurs

«Vivre en couple permet, entre autres, de profiter d'avantages financiers, explique Julie Hausser, porte-parole de l'Agence de la consommation en matière financière du Canada. À deux, il est plus facile de réaliser certains projets.» Par conséquent, on peut se sentir lésée chaque fois que notre tendre moitié achète un objet qu'on considère frivole, car c'est un de nos rêves qu'on voit potentiellement s'envoler en fumée. «Les couples ne se chicanent pas à propos de l'argent, mais plutôt à propos des projets qu'ils réaliseront ensemble», souligne le psychologue Mario Sirois, spécialiste des thérapies conjugales. C'est une question de valeurs, pas de dollars.

Un couple repose sur des règles implicites et explicites, rappelle Mario Sirois. Or, lorsqu'il est question d'argent, ces règles sont rarement explicites. Peu de couples ont parlé argent et budget avant de faire vie commune. En plus, lancer une discussion sur l'argent n'est jamais facile. Il faut trouver le bon moment, pas quand on est pressés, stressés, débordés, exaspérés... Mais «on ne peut pas toujours demeurer dans sa zone de confort, prévient Mario Sirois. Parfois, il faut être prêt à dormir sur le divan pour crever l'abcès.»

Mieux se connaître

On peut tout de même limiter les dégâts et se donner un outil d'aide à la discussion, par exemple. L'Agence de la consommation en matière financière du Canada propose des questionnaires à remplir à deux. Ainsi, Mes besoins et mes désirs - établir ses priorités permet d'identifier les dépenses que chacun juge essentielles, importantes mais non essentielles ou non essentielles et non importantes, tandis que Comment prenez-vous des décisions quand vous dépensez? examine les facteurs internes et externes qui nous poussent à consommer.

Remplir ces questionnaires et discuter des résultats nous aidera à mieux nous comprendre, mais ne changera pas nos personnalités: nous aurons encore des besoins et des désirs différents. Comment réaliser des projets communs malgré tout? Tout repose sur un mot: surplus. Les drums de Bob et mes vêtements font partie du surplus. Nous les achetons lorsque l'hypothèque, l'épicerie, l'auto et autres dépenses communes sont réglées. Pour ceux qui ont des comptes conjoints, il serait sage d'établir ce surplus et le retirer de la cagnotte commune pour le déposer dans deux comptes séparés.

Dans les dépenses communes, je n'ai inclus ni les vacances, ni les rénovations, ni les vêtements des enfants - autant de sujets explosifs où le nécessaire de l'un est du superflu pour l'autre. Reste la négociation. Le compromis. Le principe d'alternance: je choisis les vacances cette année, toi l'an prochain. La séparation des dépenses selon les champs d'expertise: tu finances les appareils électroniques et moi, les vêtements des enfants. Et vous, quelle est votre stratégie?

Commentaires

Partage X
Argent et consommation

Couple: quand les dépenses de l’un agacent l’autre

Se connecter

S'inscrire