Argent et consommation

Bien choisir son sofa

Bien choisir son sofa

Auteur : Coup de Pouce

Argent et consommation

Bien choisir son sofa

En moyenne, les acheteurs visitent une bonne dizaine de magasins avant de choisir un sofa. Parfois, ils en voient même trop, au dire de certains détaillants qui sont régulièrement confrontés à des clients indécis. En effet, au prix que ça coûte, il y a toujours la crainte de ne pas faire le bon choix, de commettre une erreur. Pour s'assurer d'un achat avisé, il est essentiel de se poser les bonnes questions, celles qui nous guideront vers le sofa qu'il nous faut.


  • À quoi servira ce sofa? Servira-t-il à regarder la télé? S'y assoira-t-on avec notre portable sur les genoux pour y travailler? Compte-t-on y manger? Sera-t-il le terrain de jeux de nos chérubins, le couffin du chien ou le grattoir du chat? Servira-t-il uniquement à décorer le salon? Nos exigences seront bien différentes selon qu'on veut s'y asseoir devant la télé ou décorer un coin de notre chambre. Dans le premier cas, on insistera sur le confort et la solidité du revêtement, alors que, dans le second, on privilégiera l'aspect esthétique. De même, les parents de jeunes enfants opteront pour des sofas d'entretien facile, au revêtement déhoussable et lavable.

  • De combien d'espace dispose-t-on? On prend soigneusement les mesures de l'endroit où l'on souhaite placer notre sofa et on les met en regard de celles des modèles qui nous intéressent: en effet, en magasin, mis en valeur dans un grand espace, les meubles ont tendance à paraître moins imposants. On conseille même de prendre les mesures complètes de la pièce à l'aide d'une corde. Celle-ci permet de reproduire fidèlement la superficie de notre pièce en magasin et nous donnera une idée précise de la disposition du canapé dans son futur espace. D'autres caractéristiques de la pièce à prendre en considération: la présence de portes, d'une aire de passage, de fenêtres, d'une plinthe électrique. Il est en effet déconseillé de placer un sofa au soleil ou trop proche d'une source de chaleur, car cela risque d'altérer l'éclat du revêtement (particulièrement le cuir).

  • Quel genre de sofa recherche-t-on? Canapé ou causeuse? Sectionnel ou inclinable? Fauteuil avec ou sans repose-pieds? Combien de places souhaitons-nous qu'il ait: deux, trois... ou six? Ici encore, l'espace dont on dispose sera déterminant dans le choix de la longueur, de la profondeur et de la hauteur de notre futur sofa. Si ceux qui jouissent d'un salon spacieux peuvent opter pour du mobilier sectionnel en L ou en U, qui module l'espace et crée des séparations sans cloisonner, dans une pièce de dimension réduite, une causeuse et deux fauteuils assortis seront plus faciles à intégrer qu'un sofa de trois ou quatre places, à moins d'opter pour un sofa condo, plus long qu'une causeuse, mais moins qu'un canapé trois places.

  • Quel prix est-on prête à payer? Il est important d'établir le montant qu'on entend consacrer à notre sofa, en tenant compte, bien sûr, de la qualité et de la durée de vie qu'on en espère. Selon les experts, le prix d'un sofa est un bon indice de sa qualité. Autrement dit, on en a toujours pour son argent, et une bonne affaire n'en est pas une si le sofa se retrouve sur le trottoir après trois ans.

  • Quel type de revêtement choisir? Cuir ou tissu? Le cuir est le matériau qui vieillit le mieux, prenant une belle patine avec les ans. Souvent, il s'agit de cuir de jeune vache ou encore de cuir de buffle, plus épais donc plus robuste, mais aussi moins souple. Le cuir haut de gamme, le plus cher, est appelé pleine fleur aniline. Le cuir n'est cependant pas un choix judicieux si on a des enfants en bas âge ou des animaux, qui risquent d'y laisser leurs marques ou leurs griffes. Côté tissus, si le coton a l'avantage de ne pas être cher et de ne pas prendre la poussière, ce sont surtout les tissus en microfibres qui sont les rois du marché ces dernières années. Moins facilement tâchés et plus résistants, ils sont parfois même doux au toucher avec un aspect peau de pêche, comme l'alcantara. Pour un usage familial, un revêtement déhoussable et lavable en machine est un bel atout.Une fois nos critères d'achat établis, il reste à s'assurer que le meuble convoité est de bonne qualité. Pour cela, on n'hésite pas à poser le maximum de questions au vendeur, notamment concernant les points suivants.

    La structure. Une structure en bois franc, donc un bois dur comme le hêtre massif ou l'érable, sera plus solide que du contreplaqué. Les structures en métal ou en plastique, moins résistants, sont à éviter. Les barres de support transversales doivent aussi être en bois et non seulement chevillées et vissées, mais aussi collées, pour un maximum de solidité.

    La suspension. C'est elle qui rend le canapé ou le fauteuil confortable. Ressorts en acier ou sangles en caoutchouc tendues sous la carcasse? Selon les experts, les ressorts sont plus résistants, mais les sangles sont plus confortables et moins chères! Toutefois, les choses seraient en train de changer: le métal utilisé aujourd'hui pour confectionner les ressorts serait de beaucoup moins bonne qualité qu'autrefois, alors que les sangles seraient de plus en plus résistantes. Quel que soit notre choix, on se rappelle que:

  • plus il y a de ressorts, mieux c'est; les ressorts en acier no-sag, à zigzag, offrent une meilleure élasticité que les ressorts traditionnels et, donc, un meilleur confort;
  • les sangles doivent être entrecroisées et, comme les ressorts, plus elles sont nombreuses et rapprochées, meilleure est la suspension;
  • pour la meilleure élasticité possible, le ressort ou la sangle doit aller jusqu'au plus profond possible de la caisse.

    Le rembourrage. Certains apprécient une assise ferme, d'autres la préfèrent moelleuse. Dans tous les cas, en ce qui concerne la mousse des coussins, pour une bonne résistance et un confort idéal, on opte pour celle estampillée HR (pour «haute résilience»). La résilience désigne la capacité de la mousse à reprendre sa forme initiale après qu'on s'y soit assis.

    Le revêtement. Malheureusement, l'étiquette d'un sofa contient peu de détails permettant de savoir la composition exacte de son revêtement. Ainsi, un sofa qu'on présente comme en cuir véritable peut avoir les côtés et le dos recouverts de vinyle. Cela dit, le vendeur devrait pouvoir nous donner la composition exacte du revêtement des sofas qu'il offre en magasin. Bon à savoir: un tissu d'ameublement composé de deux ou trois fibres différentes est gage de qualité (chacune des fibres étant choisie pour ses propriétés distinctes, l'étoffe finale est de plus grande qualité). En outre, que le tissu soit en coton, en polyester ou en acrylique, la présence de rayonne signifie qu'il sera résistant.

    La finition. Des coutures mal faites et des fermetures éclair mal posées indiquent une qualité douteuse. Il est également important de vérifier que le dos et les côtés sont rembourrés. Enfin, il est toujours bon de regarder l'envers du décor: les finitions cachées sous le sofa en disent long sur le soin apporté à sa fabrication.Comment s'assurer qu'un sofa sera...
    ... résistant à l'abrasion. Les textiles d'ameublement sont sélectionnés en fonction de leur résistance à l'abrasion. Celle-ci est calculée pour chacun d'eux et figure généralement à l'endos des échantillons offerts en magasin. Ainsi, si la résistance à l'abrasion du tissu est 150 000 DR (double row, ou double frottement), cela signifie qu'on peut s'asseoir 150 000 fois à la même place avant que notre sofa montre un quelconque signe de fatigue. À partir de 100 000 DR, le tissu de recouvrement est suffisamment résistant pour durer quelques bonnes années, toujours, bien sûr, en fonction de l'usage qu'on en fait.

    ... facile d'entretien. La facilité d'entretien dépend pour beaucoup du type de revêtement choisi. Si on n'opte pas pour le vinyle, qui se nettoie simplement avec de l'eau et une éponge, on devrait rechercher un sofa traité à l'aide d'un enduit protecteur de type Scotchgard ou Teflon, qui a la propriété d'enrober chaque fibre comme un manteau. Cette protection contre l'eau, l'huile et la saleté empêche les taches de se fixer. Les liquides tels le lait, le café, le vin, les sauces ou le beurre ne pénètrent pas dans le tissu; on peut donc les nettoyer au moyen d'un chiffon absorbant.

    ... confortable. Ici, un seul mot d'ordre: essayer! Rien de tel pour savoir si le modèle en question nous convient. On devrait pouvoir toucher le sol avec les pieds tout en restant confortablement assise, mais sans que les genoux soient plus hauts que les cuisses. Les coussins sont tellement moelleux qu'on s'y enfonce? Cela peut paraître génial à première vue, mais ce confort ne durera pas longtemps et on aura rapidement envie de changer de position: des coussins très mous ne sont pas bons pour le dos et c'est généralement un signe de mauvaise qualité. On est grande? Un canapé à dossier haut soutiendra mieux notre tête et notre nuque. Quant à l'angle du siège, celui qui offre une aisance maximale est de 107°, position dans laquelle le dos est légèrement infléchi vers l'arrière. Quand le sofa doit être à angle droit (dans le cas d'un canapé d'angle, par exemple), on joue sur différentes densités dans les mousses et différents réglages des sangles pour obtenir le même effet.Parlons prix
    On peut trouver un sofa trois places de qualité en tissu à partir de 1 000 $. Pour un sofa en cuir, il faut compter au moins 2 000 $. Sur un produit moins cher, en général, le revêtement est en croûte de cuir (la partie interne du cuir obtenue lorsqu'on coupe le derme de la peau pour l'amincir) enduite d'un film protecteur pigmenté très épais qui lui confère un aspect similaire à la fleur du cuir. Ce matériau n'a pas la noblesse du cuir, et certains déconseillent même de l'utiliser pour l'ameublement en raison de sa fragilité.

    Grande surface ou magasin spécialisé?
    Quand notre budget est limité, on se dirige généralement vers les grandes surfaces en se disant qu'il ne sert à rien d'aller se donner le béguin pour un sofa design qu'on ne pourra pas s'offrir. Effectivement, le magnifique canapé d'angle à 15 000 $ dans la vitrine d'une boutique haut de gamme peut nous ôter le goût d'y entrer. Pourtant, le sofa de nos rêves à 1 000 $ nous attend peut-être à l'intérieur! Inversement, on peut négliger d'aller magasiner dans les grandes surfaces, réputées pour vendre du bas de gamme. Pourtant, même si, dans ces magasins, ce sont les meubles à bas prix qu'on met en vedette, on y trouve aussi des sofas de marque et de qualité. Bref, pour dénicher le sofa idéal, on a tout intérêt à aller au-delà des idées préconçues.

    Un sofa sur mesure
    Si, après avoir fait le tour des magasins, on n'a pas réussi à trouver le sofa qu'on cherche, il reste la solution ultime: se faire confectionner celui de nos rêves sur mesure. Inondées d'offres promotionnelles des grandes surfaces, on en vient oublier qu'il existe de petits artisans ébénistes-rembourreurs capables de nous fabriquer un sofa «à la carte». On choisit le style, la longueur (au centimètre près), le rembourrage et le recouvrement de notre choix, et, environ trois semaines plus tard, on devient l'heureuse propriétaire d'un sofa unique made in Québec qui, rapport qualité-prix, pourrait même revenir moins cher que ce que proposent les détaillants! (Pour trouver un artisan, on cherche dans les sections «Ébénistes» et «Rembourreurs» des Pages Jaunes.)

    Durable, le recyclé
    La qualité des meubles n'est plus ce qu'elle était. Aujourd'hui, en raison de l'utilisation de matériaux de moins bonne qualité, l'espérance de vie des meubles de série varie entre 5 et 15 ans. Ce que cela signifie concrètement, c'est que notre sofa démodé, acheté il y a 15 ou 20 ans ou hérité de nos parents, est bien plus solide que ce qu'on trouve sur le marché. Même si le revêtement a fait son temps, sa structure en bois massif reste de valeur. Des artisans rembourreurs (section «Rembourreurs» des Pages Jaunes) pourront le refaire à neuf avec le tissu de notre choix. Et, si son prix de revient sera semblable à celui d'un neuf, notre sofa recyclé durera trois ou quatre fois plus longtemps!


    Nos remerciements à Sylvain Hotte, directeur de Mariette Clermont centre-ville de Montréal, à Alain Deiceci, propriétaire de L'Avenue du Sofa, à Montréal, et à Jean-Pierre Thériault, propriétaire d'Artistique Rembourrage, à Montréal.
  • Commentaires

    Partage X
    Argent et consommation

    Bien choisir son sofa

    Se connecter

    S'inscrire