Argent et consommation

Bien choisir sa couette

Bien choisir sa couette

Auteur : Coup de Pouce

Argent et consommation

Bien choisir sa couette

Une bonne couette aide à partir au pays des rêves... Mais trouver le modèle qui nous convient n'est pas de tout repos. Nos conseils pour y arriver.

La couette présente de nombreux avantages. Confortable, elle est chaude l'hiver et fraîche l'été. Il suffit de la secouer le matin pour faire son lit. Et plus besoin d'accumuler les couvertures pour le dodo! L'achat d'une couette est toutefois plus complexe qu'il n'y paraît. On en trouve des dizaines de modèles, à partir de 180 $ pour une couette en polyester jusqu'à quelque 2 000 $ pour le produit haut de gamme en duvet d'eider. On choisit en fonction des caractéristiques recherchées et, évidemment, de notre budget. Voici ce qu'il faut savoir pour s'y retrouver.

Questions de mesure On prend les mesures de notre lit pour s'assurer que la couette correspond à ses dimensions (les modèles européens n'ont pas les mêmes standards qu'ici et les grandeurs peuvent différer d'un pays à l'autre). Pour des raisons d'hygiène, bon nombre de commerces refusent d'échanger une couette.

Les couettes en duvet Ce sont les plus confortables parce que le duvet laisse circuler l'air et absorbe l'humidité. Les dormeurs qui transpirent ne se retrouvent donc pas en nage. En outre, le duvet fournit trois fois plus de chaleur par once que les produits synthétiques. En raison de son élasticité, on peut le comprimer et il suffit de le secouer pour qu'il gonfle de nouveau. Pour juger de la qualité d'une couette en duvet, on vérifie les éléments suivants:
 
1. Le type de duvet.
On trouve le plus souvent du duvet de canard ou d'oie. Les connaisseurs ne jurent que par le duvet d'oie. La raison? Les gros oiseaux produisent le meilleur duvet. Or, à maturité, les oies sont plus grosses que les canards. Il existe aussi du duvet d'eider, un grand canard des pays du nord. Comme il s'agit d'une espèce menacée, son duvet est récolté à la main dans les nids et se vend très cher (environ 2 000 $ pour une couette grand format (queen). Même si ce duvet est d'une excellente qualité, ses caractéristiques calorifiques ne justifient pas nécessairement son prix élevé. À savoir: si on indique simplement «tout duvet» sur l'emballage, ce n'est probablement pas du duvet d'oie. Comme il est très recherché (et plus cher que celui de canard), les fabricants ont intérêt à le mentionner sur l'étiquette.
2. La provenance du duvet.
Les couettes provenant de Chine ont la réputation d'être faites avec du duvet d'oiseaux jeunes, qui n'est pas de bonne qualité. Il ne gonfle pas et offre une faible capacité isolante. En plus, comme ses filaments sont fragiles, il s'affaisse rapidement. C'est pourquoi certaines couettes en duvet d'oie coûtent aussi peu que 150 $. On devrait plutôt opter pour du duvet provenant d'Europe ou du Canada, dont la qualité est excellente, selon l'Association canadienne du duvet. La provenance du duvet est souvent inscrite sur l'emballage. Si ce n'est pas le cas, on s'informe auprès du vendeur.
3. Le pourcentage de duvet.
Il n'existe pas de couette 100 % duvet, car il est difficile de séparer complètement le duvet des plumules (petites plumes de duvet), des fibres et des résidus. Plus le pourcentage de duvet est élevé, plus la couette coûte cher et plus elle est chaude, confortable et de qualité. Selon le Règlement sur l'étiquetage et l'annonce des textiles, un produit peut être étiqueté «duvet» lorsqu'il comporte au moins 75 % de duvet et de plumules. Si l'article ne répond pas à cette norme, le fabricant doit indiquer le pourcentage de plumes. Plus il est élevé, plus la couette est lourde et de moindre qualité.
4. Le poids.
Pour un grand lit, le poids varie généralement entre 28 et 38 onces. À moins de dormir dans une pièce très froide ou d'être très frileuse, le poids moyen suffit. Attention, toutefois: le poids n'est pas toujours gage de chaleur. Pour certains produits très bon marché, il arrive qu'on ajoute du duvet de jeunes oies ou de jeunes canards pour augmenter le poids de la couette. Il ne faut donc pas se fier aveuglément au poids pour savoir si une couette est chaude.
5. Le facteur de gonflement.
C'est la quantité de duvet par po3.. Ce renseignement n'apparaît généralement pas sur l'étiquette, mais les fabricants le font parvenir aux commerçants. On se renseigne auprès du vendeur. Plus le facteur de gonflement est élevé, meilleure est la qualité du duvet. Un facteur de gonflement de 425 par po3 indique un bon produit. À 550 par po3 ou plus, on a une couette d'excellente qualité.
6. L'étiquette de l'Association canadienne du duvet.
Les membres doivent respecter des normes de fabrication strictes. Lorsqu'une couette porte l'étiquette bleue Downmark de l'Association, c'est signe qu'elle est rembourrée avec du duvet de qualité.
7. L'enveloppe.
Elle devrait être 100 % coton, une matière qui permet à la couette de respirer, avec au moins 260 fils par po2 pour empêcher le duvet ou la plume de s'échapper (plus le nombre est élevé, plus le tissage est serré). On prend également en considération la confection de l'enveloppe. Les piqûres peuvent former des carreaux hermétiques (les piqûres traversent toutes les épaisseurs de la couette), des boîtes à carreau paroi (chaque boîte est bordée de petites bandes de tissu) ou des tunnels. Les carreaux hermétiques et les boîtes à carreau paroi sont les meilleurs choix, car ils empêchent le garnissage de s'entasser dans les extrémités. On veut une couette bien chaude? On choisit les boîtes à carreau paroi, qui favorisent le meilleur gonflement possible.
8. Le prix.
Une couette grand format en plumes coûte environ 100 $. Il faut compter 240 $ pour le même format en plumes et duvet, et 350 $ ou plus pour une couette en duvet d'oie de qualité. L'achat d'une couette représente un investissement puisqu'elle dure facilement de 15 à 20 ans. En général, le prix est gage de qualité.

La couette présente de nombreux avantages. Confortable, elle est chaude l'hiver et fraîche l'été. Il suffit de la secouer le matin pour faire son lit. Et plus besoin d'accumuler les couvertures pour le dodo! L'achat d'une couette est toutefois plus complexe qu'il n'y paraît. On en trouve des dizaines de modèles, à partir de 180 $ pour une couette en polyester jusqu'à quelque 2 000 $ pour le produit haut de gamme en duvet d'eider. On choisit en fonction des caractéristiques recherchées et, évidemment, de notre budget. Voici ce qu'il faut savoir pour s'y retrouver.

Questions de mesure On prend les mesures de notre lit pour s'assurer que la couette correspond à ses dimensions (les modèles européens n'ont pas les mêmes standards qu'ici et les grandeurs peuvent différer d'un pays à l'autre). Pour des raisons d'hygiène, bon nombre de commerces refusent d'échanger une couette.

Les couettes en duvet Ce sont les plus confortables parce que le duvet laisse circuler l'air et absorbe l'humidité. Les dormeurs qui transpirent ne se retrouvent donc pas en nage. En outre, le duvet fournit trois fois plus de chaleur par once que les produits synthétiques. En raison de son élasticité, on peut le comprimer et il suffit de le secouer pour qu'il gonfle de nouveau. Pour juger de la qualité d'une couette en duvet, on vérifie les éléments suivants:

1. Le type de duvet.

On trouve le plus souvent du duvet de canard ou d'oie. Les connaisseurs ne jurent que par le duvet d'oie. La raison? Les gros oiseaux produisent le meilleur duvet. Or, à maturité, les oies sont plus grosses que les canards. Il existe aussi du duvet d'eider, un grand canard des pays du nord. Comme il s'agit d'une espèce menacée, son duvet est récolté à la main dans les nids et se vend très cher (environ 2 000 $ pour une couette grand format (queen). Même si ce duvet est d'une excellente qualité, ses caractéristiques calorifiques ne justifient pas nécessairement son prix élevé. À savoir: si on indique simplement «tout duvet» sur l'emballage, ce n'est probablement pas du duvet d'oie. Comme il est très recherché (et plus cher que celui de canard), les fabricants ont intérêt à le mentionner sur l'étiquette.

2. La provenance du duvet.

Les couettes provenant de Chine ont la réputation d'être faites avec du duvet d'oiseaux jeunes, qui n'est pas de bonne qualité. Il ne gonfle pas et offre une faible capacité isolante. En plus, comme ses filaments sont fragiles, il s'affaisse rapidement. C'est pourquoi certaines couettes en duvet d'oie coûtent aussi peu que 150 $. On devrait plutôt opter pour du duvet provenant d'Europe ou du Canada, dont la qualité est excellente, selon l'Association canadienne du duvet. La provenance du duvet est souvent inscrite sur l'emballage. Si ce n'est pas le cas, on s'informe auprès du vendeur.

3. Le pourcentage de duvet.

Il n'existe pas de couette 100 % duvet, car il est difficile de séparer complètement le duvet des plumules (petites plumes de duvet), des fibres et des résidus. Plus le pourcentage de duvet est élevé, plus la couette coûte cher et plus elle est chaude, confortable et de qualité. Selon le Règlement sur l'étiquetage et l'annonce des textiles, un produit peut être étiqueté «duvet» lorsqu'il comporte au moins 75 % de duvet et de plumules. Si l'article ne répond pas à cette norme, le fabricant doit indiquer le pourcentage de plumes. Plus il est élevé, plus la couette est lourde et de moindre qualité.

4. Le poids.

Pour un grand lit, le poids varie généralement entre 28 et 38 onces. À moins de dormir dans une pièce très froide ou d'être très frileuse, le poids moyen suffit. Attention, toutefois: le poids n'est pas toujours gage de chaleur. Pour certains produits très bon marché, il arrive qu'on ajoute du duvet de jeunes oies ou de jeunes canards pour augmenter le poids de la couette. Il ne faut donc pas se fier aveuglément au poids pour savoir si une couette est chaude.

5. Le facteur de gonflement.

C'est la quantité de duvet par po3.. Ce renseignement n'apparaît généralement pas sur l'étiquette, mais les fabricants le font parvenir aux commerçants. On se renseigne auprès du vendeur. Plus le facteur de gonflement est élevé, meilleure est la qualité du duvet. Un facteur de gonflement de 425 par po3 indique un bon produit. À 550 par po3 ou plus, on a une couette d'excellente qualité.

6. L'étiquette de l'Association canadienne du duvet.

Les membres doivent respecter des normes de fabrication strictes. Lorsqu'une couette porte l'étiquette bleue Downmark de l'Association, c'est signe qu'elle est rembourrée avec du duvet de qualité.

7. L'enveloppe.

Elle devrait être 100 % coton, une matière qui permet à la couette de respirer, avec au moins 260 fils par po2 pour empêcher le duvet ou la plume de s'échapper (plus le nombre est élevé, plus le tissage est serré). On prend également en considération la confection de l'enveloppe. Les piqûres peuvent former des carreaux hermétiques (les piqûres traversent toutes les épaisseurs de la couette), des boîtes à carreau paroi (chaque boîte est bordée de petites bandes de tissu) ou des tunnels. Les carreaux hermétiques et les boîtes à carreau paroi sont les meilleurs choix, car ils empêchent le garnissage de s'entasser dans les extrémités. On veut une couette bien chaude? On choisit les boîtes à carreau paroi, qui favorisent le meilleur gonflement possible.

8. Le prix.

Une couette grand format en plumes coûte environ 100 $. Il faut compter 240 $ pour le même format en plumes et duvet, et 350 $ ou plus pour une couette en duvet d'oie de qualité. L'achat d'une couette représente un investissement puisqu'elle dure facilement de 15 à 20 ans. En général, le prix est gage de qualité.

En résumé, on recherche une couette:

- en duvet d'oie (à 75 % et plus) du Canada ou de l'Europe;

- d'un poids de 28 à 38 onces;

- avec un facteur de gonflement de 425 à 550 par po3;

- portant l'étiquette de l'Association canadienne du duvet;

- avec une enveloppe 100 % coton de 260 fils par po2 ou plus, avec des piqûres de type boîtes à carreau paroi.Le duvet provient du ventre et du dessous des ailes des oiseaux aquatiques comme les oies et les canards, et sert à les garder au chaud. Il ressemble au duvet des pissenlits, avec des filaments légers et cotonneux qui rayonnent dans tous les sens. Cette structure tridimensionnelle permet au duvet d'emmagasiner l'air et, par conséquent, lui donne son pouvoir isolant. Les plumes couvrent les autres parties du corps de l'oiseau. Comme elles sont plates, elles emmagasinent moins d'air que le duvet et isolent moins bien. De plus, elles ont une petite tige rigide au centre que l'on peut sentir. En manipulant la couette, on fait plier ces tiges, qui finissent par se casser et risquent de perforer l'enveloppe. En outre, la plume est plus lourde que le duvet. Bref, la couette de plumes est moins confortable que celle en duvet. Les couettes faites d'un mélange de duvet et de plumes coûtent moins cher que le duvet et sont moins chaudes.

Des allergies?

On souffre d'asthme? On craint d'être allergique au duvet ou à la plume? Certains duvets ont été traités contre les bactéries et les acariens. Ils peuvent être utiles si notre allergie est légère, mais, de l'avis des experts, ils ne sont pas à toute épreuve et n'aident pas beaucoup les personnes très allergiques. On aimerait essayer? Certaines boutiques acceptent de prêter une couette en duvet pour une période déterminée. On doit alors verser en caution une somme correspondant au prix de l'article.

Les couettes en fibres synthétiques

Elles sont presque toutes bourrées de polyester. On les recommande aux personnes qui souffrent d'allergies ou d'asthme, aux jeunes enfants (qui font parfois pipi au lit), de même qu'aux poupons (qui peuvent développer des allergies). Par contre, elles ont tendance à garder l'humidité.

À l'achat, on vérifie les points suivants:

1. Le type de fibres utilisé.

Les fibres n'ont pas toutes la même forme ni les mêmes caractéristiques. On recherche celles qui ressemblent à de petits flocons (de type Comforel, PrimaLoft ou Microfibre): au toucher, elles ressemblent au duvet. En général, cette information est inscrite sur l'étiquette. Ces fibres assurent un gonflant similaire à celui du duvet et se répartissent sur l'ensemble de la couette. Elles sont donc plus confortables et plus chaudes que les autres fibres de polyester, même si elles respirent moins que le duvet.

2. L'enveloppe.

On recherche une enveloppe 100 % coton, une matière qui empêche la couette d'emprisonner l'humidité. Un tissage à 233 fils par po2 convient aux couettes synthétiques. Pour le type de piqûres (à carreaux hermétiques, à boîtes à carreau paroi ou en forme de tunnels), les critères sont les mêmes que pour les couettes en fibres naturelles.

3. Le prix.

On trouve une couette de qualité à partir de 40 $ pour un lit de bébé, 150 $ pour un lit une place et 180 $ pour un grand lit.

En résumé, on recherche une couette:

de type Comforel, PrimaLoft ou Microfibre;

avec une enveloppe 100 % coton de 233 fils par po2, avec piqûres à boîtes à carreau paroi.À noter que, tout comme l'enveloppe de la couette, la housse qui la protège doit être 100 % coton.

​Entretien et garantie

À l'usage, le garnissage dans la couette perd un peu de son gonflant. On doit secouer la couette au moins une fois par semaine et la retourner souvent. Il est aussi conseillé de l'aérer quelques fois par année sur la corde à linge, par une journée de grand vent, en évitant de l'exposer au soleil afin de ne pas abîmer son enveloppe. À défaut de corde à linge, on peut battre notre couette en la mettant une ou deux fois par année dans la sécheuse avec des balles de tennis, au cycle d'air froid.

Attention: on évite de se coucher et de s'assoir sur une couette en duvet pour ne pas le tasser, ce qui réduirait son volume et sa capacité isolante. Si on doit ranger notre couette, on la suspend sur une tringle dans un endroit sec ou on l'enveloppe dans une taie de coton en la pliant sans la compresser. Notre couette a perdu de son gonflant? Son enveloppe est usée? Certains fabricants changent les enveloppes et ajoutent du duvet pour environ 200 $. On se renseigne auprès des boutiques spécialisées dans les articles de literie.

On vérifie l'étiquette!

Certaines couettes en duvet peuvent être lavées à l'eau tiède avec un savon doux (de type Zero) et séchées à basse température (cycle d'air froid) dans les machines commerciales d'une laverie. Plusieurs rinçages peuvent être nécessaires pour éliminer tout résidu de savon. On doit également prévoir plusieurs heures pour bien sécher le duvet: cette étape est très importante puisqu'un duvet humide risque de moisir. Il faut que la couette redevienne très propre pour reprendre son gonflant. Si ce n'est pas le cas, on doit la laver ou la faire nettoyer de nouveau. On veut seulement enlever une tache? On prend soin de tasser le duvet pour éviter de le mouiller, on nettoie la tache et on fait sécher avec un séchoir à cheveux. Enfin, certaines couettes doivent être nettoyées à sec tous les 10 ans. On vérifie sur l'étiquette.

Quant à la couette en fibres synthétiques, elle se lave et sèche au cycle délicat dans les machines commerciales. Quelques fabricants recommandent le nettoyage à sec (encore une fois, on lit l'étiquette). Les bonnes couettes en duvet sont généralement garanties pour une période allant de 15 à 25 ans et celles en fibres synthétiques, pour une période de 5 ans. Les fabricants reprendront notre couette en cas de défaut de fabrication (la couette s'affaisse très rapidement, les coutures cèdent). Si l'article n'a pas été entretenu selon leurs instructions, ils ne nous indemniseront pas.Voici, selon les experts consultés, des modèles offrant un bon rapport qualité/prix. Les prix indiqués valent pour une couette pour lit grand format.

Marie l'Oie, collection Chinook

Modèle: carreaux hermétiques ou boîtes à carreau paroi

Enveloppe: en coton, 260 fils po2

Garnissage: oie blanche Facteur de gonflement: 425-450 po3 Poids: 35 onces

Prix: 395 $

 

Duvet etc., collection Villageois

Modèle: Villageois 600 (boîtes à carreau paroi)

Enveloppe: en coton, 320 ou 350 fils po2

Garnissage: oie blanche de l'ouest canadien

Facteur de gonflement: 575-600 po3

Poids: 30 onces

Prix: de 400 $ à 430 $

 

Laura Ashley Home

Modèle: boîtes à carreau paroi Enveloppe: en coton, 330 po2 Garnissage: oie blanche

Facteur de gonflement: 450 po3

Poids: 43 onces

Prix: 525 $, à La Baie

 

Duvet etc., collection Autrichien

Modèle: Autrichien 700 (boîtes à carreau paroi)

Enveloppe: en coton, 320 ou 350 fils po2

Garnissage: oie blanche de l'ouest canadien

Facteur de gonflement: 650-675 po3

Poids: 41 onces

Prix: 740 $

 

Century Home Fashion, collection Microfibre

Modèle: carreaux hermétiques Enveloppe: en coton, 260 fils po2

Garnissage: microfibre

Prix: 150 $, chez Linen Chest

Nous remercions Suzie Bonneau, agente commerciale pour les Entreprises Plus et Duvet Myland (Marie l'Oie), Mario Bélanger, agent manufacturier chez Duvet etc., et Isabelle Frégeau, directrice division corporative chez Linen Chest, pour les informations qu'ils nous ont fournies.

Commentaires
Partage X
Argent et consommation

Bien choisir sa couette

Se connecter

S'inscrire