Argent et consommation

5 questions à poser à son conseiller financier

Auteur : Coup de Pouce

Argent et consommation

5 questions à poser à son conseiller financier

1. Êtes-vous inscrit?

L'inscription auprès de l'Autorité des marchés financiers nous assure que le candidat a les compétences requises pour exercer. On prend le temps de consulter sa fiche dans le registre public (sur www.lautorite.qc.ca): on saura s'il est effectivement autorisé à exercer, dans quelles catégories de services, s'il y a des restrictions à sa pratique et quels titres il peut utiliser.

2. Comment êtes-vous rémunéré?

Certains reçoivent un salaire, d'autres demandent des honoraires fixes, et beaucoup reçoivent une commission. Être conseillée par un vendeur n'est pas forcément mauvais, mais on l'interrogera alors sur son indépendance par rapport aux produits qu'il vend, et on s'assurera qu'il a accès à une large variété.

3. Qui sont vos clients?

Travaille-t-il surtout pour des gens expérimentés ou des novices? Pour être bien conseillée, on doit correspondre au type de clients avec lesquels il a l'habitude de transiger.

4. Comment m'aiderez-vous à atteindre mes objectifs?

On s'assure qu'il a bien cerné nos besoins et nos objectifs de placement, et qu'il les a consignés dans un document dont il nous remet copie. On s'informe de sa stratégie pour les atteindre.

5. À quels services puis-je m'attendre?

On lui demande à quelle fréquence il prévoit nous rencontrer et nous tenir informée du rendement de nos placements. On veut savoir les modes de communication qu'il privilégie (courriel, téléphone) et dans quels délais il répondra.

Pour aller plus loin:

Questions à poser lorsque vous choisissez un conseiller financier, dépliant publié par les Autorités canadiennes en valeurs mobilières.

 

À LIRE: Cinq trucs pour épargner qui marchent vraiment
 

Retour au dossier Finances personnelles

 
Commentaires
Partage X
Argent et consommation

5 questions à poser à son conseiller financier

Se connecter

S'inscrire