Soins beauté

Dix mythes à propos des crèmes solaires

Dix mythes à propos des crèmes solaires

IStock Photographe : IStock Auteur : Coup de Pouce

Soins beauté

Dix mythes à propos des crèmes solaires

Certains mythes ont la vie dure en ce qui concerne les crèmes de protection solaire. Démêlons le vrai du faux.

1. Plus le FPS est élevé, meilleure est la protection.

VRAI et FAUX. Le FPS (facteur de protection solaire) n'indique que la protection contre les UVB. Un FPS élevé ne protège donc pas nécessairement des UVA. L'Association canadienne de dermatologie recommande d'utiliser un produit possédant un FPS d'au moins 30 et de rechercher la protection contre les UVA sur l'emballage. Les écrans solaires à «spectre étendu» ou à «large spectre» protègent contre les deux types de rayons ultraviolets, ainsi que contre les infrarouges, plus spécifiquement les infrarouges proches (IRA). Ces rayons, qui pénètrent plus profondément dans le derme que les UVA et les UVB, peuvent causer d'importants dommages cutanés en détruisant l'élastine et le collagène.

Les FPS de 50 et plus devraient être réservés aux personnes qui prennent des médicaments photosensibilisants ou qui ont un cancer de la peau. Ajoutons qu'un FPS élevé ne remplace pas une application fréquente de la crème, soit toutes les deux heures.

2. Les ingrédients des filtres solaires sont plus dangereux que les rayons UV.

FAUX. Bien que certains scientifiques conseillent d'être prudent avec des substances comme l'oxybenzone (BP-3 ou BZ-3), le benzophénone (BP-1, BP-2, BP-3 ou BZ-3, Escalol 567, Uvinul M40, Uvasorb Met), l'octyl-méthoxycinnamate (OMC), le 4-méthylbenzylidène camphre (4-MBC), le 3-benzylidène camphre (3-BC) et la vitamine A, les crèmes solaires sont recommandées et considérées comme sécuritaires et efficaces par l'Association canadienne de dermatologie.

3. Les personnes qui bronzent facilement n'ont pas besoin d'écran solaire.

FAUX. Les effets des rayons ultraviolets s'additionnent au fil des ans. Les carcinomes, le type de cancer de la peau le plus fréquent, sont généralement provoqués par des expositions répétées et continues aux rayons, tandis que les mélanomes sont plutôt causés par des expositions intenses et de courte durée, comme celles qui entraînent des coups de soleil.

4. Les écrans solaires nous empêchent de produire la vitamine D.

VRAI et FAUX. Les crèmes solaires n'empêchent pas l'absorption de la vitamine D. Elles bloquent les rayons UV qui nous permettent de la produire. En les appliquant, on freine peut-être la synthèse de la vitamine D, mais protéger notre peau contre les rayons du soleil devrait être la priorité. Pour s'assurer d'un apport suffisant en vitamine D, il suffit de s'exposer les mains, les avant-bras et le visage pendant 10 à 15 minutes entre 11h et 14h, et ce, quelques fois par semaine, d'avril à octobre.

5. Les écrans solaires en atomiseur sont moins efficaces que les crèmes.

FAUX. Si on se fie à leurs ingrédients et leur facteur de protection, les écrans solaires sont généralement tous efficaces. Ils doivent cependant être appliqués selon les directives de leur emballage. Idéalement, on devrait étendre l'écran solaire en couche épaisse et uniforme - il faudrait au moins 30 ml pour couvrir le corps - 30 minutes avant de sortir pour laisser le temps à la crème de pénétrer la peau. Les dermatologues recommandent d'en réappliquer toutes les deux heures et après chaque baignade.

6. Manger du chocolat noir nous protège des coups de soleil

VRAI. Selon des chercheurs de l'Université Laval, le chocolat noir riche en polyphénols (de puissants antioxydants) pourrait améliorer la protection du derme contre les rayons UV. Pour obtenir un bon apport en polyphénols, la teneur en cacao doit être d'au moins 60%, ce qui exclut toutes les friandises chocolatées et le chocolat au lait. Mais attention! La consommation de chocolat ne doit donc pas exclure l'emploi d'une bonne crème solaire!

7. Les lotions solaires sont nocives pour la vie aquatique.

VRAI. Aucune des crèmes offertes sur le marché n'est biodégradable. Parce qu'ils auraient des effets hormonaux, les filtres chimiques présents dans bon nombre de lotions solaires constituent une menace pour les milieux aquatiques. Quant aux nanoparticules de dioxyde de zinc, qu'on retrouve dans les crèmes à base d'écrans minéraux, elles endommagent la santé des poissons. La solution? Faire pression auprès des compagnies pour qu'elles conçoivent des produits plus verts.

8. Les enfants doivent utiliser une crème spécialement conçue pour eux.

FAUX. On peut employer une seule et même lotion pour toute la famille. Si on exclut leur couleur et leur parfum, les écrans solaires pour enfants sont assez identiques à ceux pour adultes. Par mesure de sécurité, on peut éviter les substances inquiétantes comme l'oxybenzone, les parabènes et la vitamine A et se tourner vers un écran à base d'oxyde de zinc et d'extraits végétaux au moment de choisir sa crème solaire.

9. Le tube de crème de l'été dernier est encore bon cette année.

FAUX. Les lotions solaires sont périssables. Il faut respecter leur date de péremption, sans quoi elles n'offrent plus une aussi bonne protection. On les trimballe entre la plage, la voiture et l'hôtel, ce qui vient parfois déstabiliser le produit avant l'échéance. Si notre crème se liquéfie, on la jette.

10. Pas besoin de lotion solaire en hiver.

FAUX. Qu'il fasse froid, qu'il vente ou qu'il pleuve, les rayons ultraviolets demeurent toujours présents. Leurs effets peuvent même s'intensifier s'ils sont réfléchis par la neige ou l'eau. Alors, pourquoi ne pas faire de l'utilisation de la crème solaire une habitude de vie toute l'année?

  

Le saviez-vous?

Le risque pour les femmes de moins de 40 ans d'être touchées par le cancer de la peau est multiplié par huit par rapport aux années 1970, selon la Clinique Mayo.

  

Lire aussi: Créez vos zones d'ombre et Dix conseils pour se protéger du soleil.

Commentaires

Partage X
Soins beauté

Dix mythes à propos des crèmes solaires

Se connecter

S'inscrire