Mode

Le tailleur-pantalon qu'il vous faut

istockphoto.com Photographe : istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Mode

Le tailleur-pantalon qu'il vous faut

Les secrets des pros et les bonnes pistes pour trouver un tailleur qui nous va à la perfection et qu'on pourra décliner de mille et une façons selon la saison.

C'est Yves Saint Laurent qui, dans les années 60, a féminisé le tailleur-pantalon. Ce vêtement classique par excellence a su traverser les époques tout en demeurant actuel. Selon plusieurs experts, toute femme devrait en avoir un dans sa garde-robe. Si ce n'est pas notre cas ou si on croit qu'il n'est pas pour nous, voici quelques pistes pour en dénicher un qui nous ira parfaitement.

Choisir le tailleur qui nous convient
Le style
Avant de magasiner notre tailleur, on doit réfléchir à l'usage qu'on en fera. Le portera-t-on au bureau? pour voyager? dans les grandes occasions? Selon le cas, on choisira un tissu très chic ou infroissable, une coupe classique ou originale. On considère également le moment de l'année durant lequel on le portera, sans perdre de vue qu'un tailleur trois saisons est plus pratique qu'un ensemble en lin ou de couleur pastel, par exemple, qui est conçu surtout pour l'été.



La confection
Un truc: «On essaie un tailleur de très grande qualité avant de regarder ceux qui conviennent à notre budget. Ainsi, on aura un bon point de comparaison et on saura mieux repérer les ensembles mal coupés», suggère Michèle Marin, styliste chez Les Effrontés, une entreprise offrant des services de stylisme personnalisés. Au moment de l'achat, on examine minutieusement le vêtement pour s'assurer de sa qualité.

La coupe
Pour trouver la coupe qui nous convient, on tient compte de notre silhouette.
On est petite (5 pi 4 po/1,62 m et moins)
  • On choisit une veste qui ne tombe pas plus de 2 à 3 po (5 à 7,5 cm) sous la taille pour ne pas écraser la silhouette.
  • On s'assure que les manches arrivent à peu près à l'os du poignet. Si elles sont trop longues, l'effet risque d'être disproportionné en raison de la longueur de la veste.
  • On évite les ceintures et les détails très marqués comme les larges revers ou les grands empiècements. Ils alourdiraient notre silhouette.
  • On opte pour un pantalon assez droit ou étroit plutôt que large.

    On est plutôt ronde
  • À moins d'être très petite, on opte pour une veste un peu plus longue (environ 4 po/10 cm sous la taille).
  • On choisit une coupe semi-cintrée, qui avantage la plupart des silhouettes, y compris les plus fortes.
  • Pour le pantalon, on privilégie une ligne droite pour son effet amincissant.

    On a les hanches fortes
  • On choisit une veste qui arrive un peu au-dessus du milieu de la hanche.
  • On privilégie un pantalon droit ou légèrement évasé. Un pantalon étroit soulignerait nos courbes; très large, il amplifierait nos rondeurs.

    On est grande (5 pi 7 po/1,70 m et plus)
  • On peut se permettre une veste à mi-cuisse ou une redingote assortie d'un pantalon très étroit (coupe cigarette).
  • Si on est svelte, il n'y a pratiquement aucune restriction quant au style et à la coupe.

    On a une forte poitrine
  • On recherche une veste dotée d'épaulettes pour équilibrer les proportions. Pour la longueur, on suit la règle qui s'applique à notre taille (petite ou grande).
  • On choisit une coupe semi-cintrée. Une veste très cintrée accentuerait le volume de notre poitrine.
  • On évite le double boutonnage: notre poitrine paraîtrait trop comprimée.
  • On privilégie un pantalon droit ou évasé, qui équilibre notre silhouette.Ce tailleur me convient-il?
    Il est pour moi si...

  • il y a au moins 1 po (2,5 cm) de jeu de chaque côté de la veste.
  • les épaulettes ne dépassent pas mes épaules de plus de 1/2 po (1 cm).
  • le pantalon est suffisamment long pour cacher les talons de mes souliers d'environ 2 po (5 cm), à moins qu'il ne s'agisse d'un pantalon cigarette, qui devrait alors se terminer à la cheville.

    J'en choisis un autre si...
  • il a tendance à pocher, notamment sous les emmanchures: c'est qu'il est trop grand.
  • ça tire, ça pince et ça plisse. Ou encore, les poches du pantalon ouvrent. Il est probablement trop petit!
  • la ceinture bâille à l'arrière, signe que la coupe ne me convient peut-être pas.

    On a de la difficulté à trouver le modèle parfait? Si, dans l'ensemble, un tailleur nous convient, on peut toujours faire quelques altérations.La tendance
    Cette année, le tailleur est:
  • Classique, élégant. Il comporte un peu moins de détails que les années précédentes, comme des empiècements de velours, par exemple. S'inspirant de la garde-robe masculine (une tendance forte de la saison), la taille du pantalon est un peu plus basse.
  • Sobre. Il est plus couvrant et parfois même austère.
  • Romantique. On voit des vestes assez près du corps, des fronces, des cols à volant.
    Avec pantalon évasé ou étroit. À nous de choisir ce qui convient le mieux à notre silhouette! Le pantacourt est également une option intéressante. «Il convient pratiquement à toutes les silhouettes, dit Christian Chenail, designer de la griffe Muse. Avec de jolies bottes, le look est très beau.»
    De couleur assez foncée. On verra beaucoup de brun, rouge, noir, gris anthracite, prune et marine.

    Comment le porter?
    Si, auparavant, le tailleur évoquait surtout la femme d'affaires, aujourd'hui, il est de mise pour toutes les occasions (ou presque!) et se porte de mille et une façons.

    Voici quelques suggestions.
  • On combine différents tissus. Par exemple, on pourra assortir un tailleur en tweed avec un chemisier vaporeux, ou un ensemble en polyester et laine avec une camisole en soie. Par contre, comme le mentionne Michèle Marin, «si le tissu du tailleur est léger, on évitera de porter un tissu épais en dessous, tel un gros lainage».

  • Pour un look décontracté, on joue les superpositions (par exemple, en laissant dépasser notre chemisier de la veste) ou on porte notre ensemble avec une camisole ou un t-shirt en coton.

  • On personnalise notre tailleur avec des accessoires: des chaussures de couleur, un foulard, une fleur sur le revers de la veste, etc.

    <Quelques bonnes pistes pour un achat judicieux
    Quand acheter?
    Pour un grand choix de tailleurs trois saisons, les mois d'août et septembre sont tout indiqués. «Toutefois, si on recherche les aubaines, on devra attendre janvier ou février», indique Michèle Marin. Si on souhaite se procurer un tailleur uniquement pour la saison estivale, on magasinera dès le début de juin. Les aubaines à cette période sont toutefois plus rares.

    Petit budget: entre 250 $ et 400 $ (à moins de 250 $, on a peu de chances de dénicher un tailleur de qualité). Des marques comme Tristan & America et InWear proposent des ensembles qui présentent un bon rapport qualité-prix pour un tel budget.

    Budget moyen: entre 400 $ et 600 $. On regarde les marques Femme de carrière, Tahari ou Muse.
    Si on a les moyens d'investir: entre 800 $ et 1 000 $. Le designer Andy Thê-Anh conçoit de très beaux tailleurs, tout comme Marisa Minicucci et Ariane Carle Design. La marque Pink Tartan offre aussi des tailleurs de qualité.

    Les points à examiner à l'achat
    L'achat d'un tailleur représente une dépense importante, qu'il est préférable de ne pas faire à l'aveuglette! Pour évaluer la qualité d'un tailleur, voici quelques indicateurs qui ne mentent pas et qui nous aideront à porter un jugement éclairé lors de l'achat.

    La qualité du tissu. Pour un tailleur trois saisons, l'idéal est un mélange de fibres: par exemple, laine et polyester, laine et élasthanne. Ces tissus se froissent peu, contrairement aux fibres naturelles utilisées seules.

    La symétrie du tailleur (à moins que l'ensemble n'ait été conçu pour être légèrement asymétrique). Les manches, les revers du col, les poches et le bas de la jupe ou du pantalon sont-ils symétriques? Inutile de sortir notre ruban à mesurer: un simple coup d'oeil nous permettra de le vérifier. Pour plus d'assurance, on peut aussi plier la veste en deux, à la couture verticale dans le dos, et rabattre les revers l'un sur l'autre pour s'assurer que les deux parties sont égales. On vérifie également si les boutonnières sont bien alignées avec les boutons. Si le tissu est imprimé, on s'assure que les motifs sont agencés de façon assez symétrique (par exemple, aux coutures, sur les revers du col et les rabats des poches). Une parfaite symétrie est toutefois quasi impossible, à moins qu'il ne s'agisse de haute couture.

    Les coutures. Elles doivent être droites, sans tirer ni plisser lorsqu'on porte le vêtement. À noter que les coutures ouvertes (coutures avec un surplus de tissu de chaque côté) permettent d'agrandir plus facilement la veste ou le pantalon, si nécessaire. De plus, à moins que ce ne soit l'effet recherché, les coutures à l'ourlet du pantalon ne devraient pas être visibles.

    Les boutons et les boutonnières. Les boutons doivent être cousus solidement (le fil passé plusieurs fois dans chaque trou et enroulé sur lui-même sous le bouton), mais pas trop près du tissu pour qu'on puisse les glisser facilement dans les boutonnières. Celles-ci doivent être solides (on surveille la qualité de la surpiqûre) et avoir une belle finition.

    L'entoilage (pièce de tissu empesée qui est insérée ou collée entre deux épaisseurs du tissu). Le col, les bandes de boutonnage, les revers et la bande de taille devraient être entoilés pour assurer une bonne tenue, à moins que le tissu ne soit très léger. L'entoilage doit s'harmoniser au tissu du tailleur. Par exemple, un tailleur en tweed sera doté d'un entoilage plus rigide que celui utilisé pour un tailleur en soie. On peut sentir au toucher si le vêtement est entoilé en frottant ensemble les deux morceaux de tissu qui composent, par exemple, le col et les revers. Un entoilage trop grand formera des plis; s'il est trop petit, la tenue ne sera pas bonne.

    La doublure. Elle est souvent en acétate, en rayonne, en soie ou en polyester. À savoir: l'acétate respire moins bien que les autres matières et est donc moins confortable. On vérifie également si la doublure est bien cousue et si elle comporte un pli d'aisance au dos. Pour le pantalon, on regarde si un fil retient la doublure au bas des jambes (on veut que la doublure demeure collée au pantalon lorsqu'on l'enlève!). À noter: certains tailleurs, même s'ils sont de qualité, ne sont pas pourvus de doublure (par exemple, pour un ensemble de style décontracté). On s'assure alors que la finition intérieure (les coutures) est impeccable.

    La fermeture éclair. Elle doit être bien cousue (coutures droites et solides) et invisible, à moins qu'elle ne soit conçue pour être visible.Notre tailleur aux petits soins
    Si on veut le conserver en bon état le plus longtemps possible, il est préférable de ne pas le porter plusieurs jours d'affilée et de le faire aérer régulièrement en le suspendant à l'extérieur de notre garde-robe. D'autres trucs pour prolonger sa durée.

    Nettoyage
  • On évite d'aller le porter chez le nettoyeur plus de deux ou trois fois par saison. Et on fait toujours nettoyer les deux morceaux en même temps, sinon, ils risquent de ne pas être de la même teinte avec le temps.
  • On voudrait laver notre tailleur à la main? C'est souvent plus facile avec le pantalon (à moins d'une contre-indication), mais, si on le lave et qu'on envoie notre veste chez le nettoyeur, les deux morceaux ne seront peut-être pas de la même couleur. «Si la veste n'est pas doublée et qu'elle n'a pas d'épaulettes, on peut la laver à l'eau froide et la suspendre pour la faire sécher», dit Michèle Marin.
  • Certains tissus ne se prêtent pas au lavage: la plupart des lainages, entre autres. On lit donc attentivement les indications sur l'étiquette du vêtement.

    Repassage
    Au fer. Avant tout, on regarde sur l'étiquette s'il y a une contre-indication. S'il n'y en a pas, on commence par repasser une petite section peu visible pour s'assurer que le tissu ne devient pas lustré. Pour plus de sûreté, on peut également mettre un linge humide sur le tissu et repasser par-dessus.

    À la vapeur. On fait glisser le fer au-dessus du tailleur sans le poser directement sur le tissu, en utilisant seulement la vapeur pour le défroisser. «On peut également suspendre notre tailleur dans la salle de bains lorsqu'on prend notre douche: la vapeur le défroissera», suggère Michèle Marin.

    Rangement
  • On utilise un cintre qui ne le déformera pas: en bois ou recouvert de tissu rembourré.
  • Pour le protéger de la poussière, on utilise une housse en tissu et non en plastique, car ce dernier empêche le tissu de respirer.
  • Commentaires
    Partage X
    Mode

    Le tailleur-pantalon qu'il vous faut

    Se connecter

    S'inscrire