Sexualité

Masturbation masculine et pornographie sur Internet

Masturbation masculine et pornographie sur Internet

iStockphoto Photographe : iStockphoto Auteur : Coup de Pouce

Sexualité

Masturbation masculine et pornographie sur Internet

La masturbation masculine et la consommation de pornographie sur Internet ne sont pas des pratiques problématiques. Par contre, pour certains hommes, elles peuvent avoir des conséquences négatives sur la sexualité de couple. Quand cela devient-il un problème?


Autrefois, la pornographie se consommait principalement au moyen de revues. Avec l'arrivée d'Internet, elle est devenue plus interactive et accessible. Maintenant, la pornographie véhicule un message de performance, et sa consommation s'est banalisée. Elle se visionne et se camoufle plus facilement. Elle est parfois considérée comme de la malbouffe: plus on en mange, plus on veut en manger. Mais peu d'hommes sont conscients des effets de cette consommation sur leur vie sexuelle.
 
Construction des modèles sexuels
 
L'association d'images sexuelles et de sensations physiques intenses favorise une sorte de pairage, un conditionnement. Pour certains hommes, les images qu'ils consomment sont encodées comme étant sexuellement attirantes. La sexualité réelle ne correspond ainsi plus à leurs nouveaux critères. Elle n'est plus assez stimulante.
 
La pornographie présente une image de la sexualité qui ne correspond pas à la réalité. On pense notamment aux cris exagérés, à la durée de la pénétration ou de l'éjaculation (qui est truquée) ou encore à la mise en scène de pratiques sexuelles marginales qui ne sont pas adoptées par la majorité des individus et des couples. De plus, elle évacue toute la sphère de l'intimité et de l'affectivité pour ne garder que l'aspect génital. L'accent est mis sur le plaisir physique avec de gros plans sur les organes sexuels. Il n'y a aucune connexion entre les partenaires ni tendresse, amour, partage ou sentiment de réciprocité. Que de la performance.
 
Le stress de la performance
 
Un homme qui visionne de la pornographie de façon occasionnelle peut ne pas être affecté dans sa conception de la sexualité ou d'une relation sexuelle «réussie». Par contre, un consommateur régulier peut finir par avoir des attentes irréalistes envers sa partenaire, mais encore plus souvent envers lui-même. Se comparant à l'acteur porno, qui devient le seul modèle sexuel auquel il peut se référer, l'homme croit qu'il doit avoir une érection sur demande, éprouver du désir en tout temps, durer longtemps et faire crier sa partenaire de plaisir. La sexualité devient une performance qui peut générer un certain stress. Et comme l'anxiété de performance est l'ennemie numéro un de la sexualité, il arrive que des hommes éprouvent des troubles érectiles ou d'éjaculation précoce, ou encore une baisse de désir envers leur partenaire. Le lien entre ces difficultés et la consommation de pornographie n'est pas toujours direct. La plupart du temps, cette dernière ne fait que renforcer ou confirmer l'idée que l'individu se fait déjà de la sexualité. Par contre, lorsqu'elle représente les premières images sexuelles qu'un garçon voit à l'adolescence, on peut s'attendre à ce que sa vision des choses en soit affectée.
 
Pornographie et imaginaire érotique
 
L'imaginaire érotique favorise le désir, mais la pornographie peut parfois réduire cette capacité de fantasmer et d'imaginer. Un peu comme du fast-food: pas besoin de prendre le temps pour le préparer ni pour le déguster. Toujours accessible et rapide à consommer, la pornographie est-elle néfaste pour notre santé sexuelle? Nous rend-elle paresseux au point de trouver forçant ou épuisant de devoir séduire notre partenaire, d'être attentif à ses désirs, de prendre notre temps?
 
Si l'homme n'apprend pas à alimenter son désir et son excitation par son imaginaire, il est possible que ceux-ci le laisseront tomber lorsque la stimulation visuelle habituelle ne sera pas présente, comme lors des relations sexuelles de couple. La pornographie impose des images alors que l'imagination amène à construire ses propres idées, ses propres scénarios. Utiliser ses fantasmes permet bien souvent de mieux connaître ses désirs personnels plutôt que de prendre ceux déjà tout faits que la pornographie nous présente.
 
Avec la pornographie, il n'est plus nécessaire de se découvrir soi-même. Elle nous suggère une façon d'être, de penser, de désirer. Ne pas connaître ce qui nous habite et ne pas agir selon nos désirs intrinsèques peut nous jouer des tours. Un homme qui éprouve des pannes de désir ou des difficultés d'érection peut ainsi aller voir dans cette direction pour en découvrir les causes. Peut-être la pornographie, qu'il estime inoffensive, joue-t-elle en fait un rôle dans les problèmes qu'il connaît dans sa sexualité de couple.
 
Quelques questions à se poser:
 
  • Ai-je besoin de regarder de la pornographie chaque fois que je me masturbe?
  • M'arrive-t-il d'être déçu de ma performance, de me soucier de la durée de la pénétration?
  • La pornographie est-elle plus excitante ou stimulante pour moi que la sexualité avec ma partenaire?
  • Mon désir dépend-il de ma consommation pornographique?
  • Est-ce plus simple pour moi de me masturber devant des images toutes faites que d'avoir des relations sexuelles avec ma partenaire? Est-ce plus satisfaisant?
  • La masturbation: soupape du stress
 
La masturbation pour les hommes représente bien souvent un moyen de relâcher la pression, de se détendre. Comme l'orgasme permet de libérer des tensions physiques et psychologiques, certains hommes peuvent utiliser inconsciemment la sexualité comme stratégie pour gérer et réguler leur stress, leurs frustrations, etc. Elle devient alors parfois machinale, et l'homme n'apprécie plus autant les sensations reliées à la stimulation, à l'excitation et au désir. Seuls le moment intense de l'orgasme et le relâchement suivant l'éjaculation deviennent les buts à atteindre.
 
Il peut s'installer une quête du plaisir physique qui relègue au deuxième plan les autres besoins, soit ceux d'intimité, de tendresse, d'amour, etc. On peut ainsi observer une sexualisation des besoins affectifs. Ces derniers étant comblés dans la sexualité, l'homme peut en venir à exprimer un désir sexuel lorsque, en fait, c'est davantage un désir d'affection qui est présent. Il n'arrive pas toujours à comprendre pourquoi son corps ne réagit pas, pourquoi son érection est difficile à obtenir ou à maintenir. Il faut donc s'assurer de combler ses besoins émotionnels autrement que par la sexualité pour laisser à cette dernière seulement le rôle qui lui revient.
 
La pornographie pour alimenter l'imaginaire
 
Lorsque l'individu pose, au contraire, un regard critique sur ce qu'il voit et consomme, lorsqu'il sait que la pornographie ne dicte en rien une norme à atteindre, il peut ne pas ressentir d'effet sur sa vie sexuelle et s'en servir pour alimenter son imaginaire ou pour garder vivant son désir sexuel envers sa partenaire. Car même si bien des femmes croient que se masturber, c'est gâcher ou gaspiller son désir, c'est plutôt le contraire qui est observé. Le dicton «l'appétit vient en mangeant» s'applique bien souvent à la sexualité. Se masturber n'enlève donc rien à la vie intime du couple. Ces deux sexualités peuvent même être vues comme des éléments parallèles qui s'influencent et s'alimentent l'un l'autre.
 
La masturbation et le visionnement de films pour adultes ne vont cependant pas automatiquement de pair. Si un homme croit que sa consommation pornographique lui nuit, il peut prendre conscience des règles et des normes qu'il s'impose dans sa sexualité et se demander si elles proviennent des images vues sur Internet, si elles sont réalistes et si elles lui nuisent. Il est possible de se construire de nouveaux modèles sexuels.

Commentaires

Partage X
Sexualité

Masturbation masculine et pornographie sur Internet

Se connecter

S'inscrire