Santé
10 mai 2009

Se faire soigner... sans médecin?

Par Carole Vallières

Istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce Crédits : Istockphoto.com

Santé
10 mai 2009

Se faire soigner... sans médecin?

Par Carole Vallières
Cet article fait aussi partie des dossiers :

Le système de santé québécois est bâti autour du médecin de famille. Pourtant, un Québécois sur quatre n'en a pas. Qu'à cela ne tienne, il existe des ressources auxquelles on n'avait peut-être pas pensé. Tour d'horizon.

Si on doit voir un médecin mais que notre cas n'est pas urgent

  • On se tourne vers les cliniques sans rendez-vous. Il y en a de plus en plus partout dans la province. Pour créer des liens et avoir accès à notre dossier, l'idéal est de toujours consulter la même.
  • À Montréal, on découvre la clinique-réseau de notre quartier: elle reçoit sur ou sans rendez-vous, et ses heures d'ouverture sont plus longues: 12 heures par jour la semaine, 8 heures le week-end, 365 jours par année. Pour trouver la nôtre, on consulte le guide Accès Santé (www.santemontreal.qc.ca) ou on téléphone au 811. Si la clinique doit fermer, on nous redirige vers une autre clinique ouverte.

Si on doit voir un spécialiste

La plupart exigent une référence médicale, mais trois spécialistes peuvent être consultés sans référence:

  • les obstétriciens, pour les suivis de grossesse;
  • les dermatologues: la consultation est gratuite pour les maladies de la peau et coûte environ 50 $ pour une consultation en esthétisme;
  • les pédiatres: certains acceptent de prendre en charge les enfants, souvent dès la naissance. On s'informe à l'hôpital.

Pour consulter un autre spécialiste, on voit un médecin dans une clinique sans rendez-vous, qui nous donnera une référence, ou on se présente au CLSC.

 

5 services à connaître

1. Info-Santé

C'est quoi: Le 811 doit devenir notre premier réflexe: c'est un service accessible de partout au Québec, 24 heures par jour, 7 jours sur 7. On peut y parler avec une infirmière pour savoir comment traiter nos bobos, évaluer si un problème de santé est grave et être orientée vers la bonne ressource, au besoin. Lors de l'appel, une infirmière évalue le problème et nous indique quoi surveiller: quand doit-on s'inquiéter? Comment savoir que ça commence à aller mieux? Avant d'appeler, on sort papier et crayon, on prend la température de la personne malade, on garde cette dernière près de soi et on conserve ses médicaments à portée de main, le cas échéant.

 

C'est pour qui: Pour tous. Info-Santé reçoit près de deux millions et demi d'appels par année, et 50 % des problèmes y trouvent leur solution. Les autres personnes sont redirigées vers un service accessible. Selon une étude réalisée en 2007, seuls 11 % des cas sont dirigés vers l'urgence. 

 

Les limites du service: Info-Santé n'est pas un service d'urgence, ne fait pas de diagnostics, ne nous trouvera pas de médecin de famille.

 

Bon à savoir: Info-Santé a un ami: Info-Social, au même numéro. Présent dans neuf régions du Québec, c'est un service d'écoute et de référence pour les problèmes relationnels, de détresse, de deuil, etc. Des travailleurs sociaux sont au bout du fil. Dans les régions où Info-Social est encore à l'étape de projet, les infirmières du 811 mettent les gens en contact avec un travailleur social, au besoin.

2. Le CLSC

C'est quoi: Les CLSC sont maintenant intégrés aux Centres de santé et de services sociaux. Ils sont le point de rencontre des services médicaux et communautaires, un carrefour près de chez soi pour être traité ou dirigé vers les bonnes ressources.

 

C'est pour qui: Pour tous, mais spécialement pour les plus vulnérables. On y offre des services dédiés:

  • aux enfants: visites dans les écoles, éducation à la santé, surtout pour les enfants en difficulté. Certains CLSC offrent un suivi périnatal (de la naissance jusqu'à 1 an) et des cliniques d'allaitement pour les nouvelles mamans;
  • aux adolescents: des travailleurs sociaux aident à gérer les crises, les problèmes de drogue, les tendances suicidaires, l'anorexie. Certains CLSC comptent des psychologues parmi leur personnel;
  • aux femmes, pour tout ce qui touche la grossesse: cliniques d'information sur la prévention de ITSS et la contraception, tests de grossesse gratuits, cours prénataux, soutien à la grossesse en cas de problèmes sociaux ou psychologiques. Les mères vulnérables sont suivies jusqu'à ce que l'enfant ait 5 ans;
  • aux aînés et aux malades: service d'aide au maintien à domicile par des visites d'une infirmière ou d'un préposé. L'aide domestique est également offerte aux 65 ans et plus (tarif fixé selon le revenu);
  • à tous: cliniques de vaccination gratuites, centre d'abandon du tabagisme et services aux diabétiques (consultations privées pour le contrôle de la maladie).

 

Bon à savoir: Chaque CLSC offre des services particuliers (comme des centres de prélèvements). Des médecins et des cliniques sans rendez-vous sont parfois disponibles. On s'informe à notre CLSC.

 

3. La pharmacie

C'est quoi: Plus qu'un simple commerce, c'est un lieu de soins spécialisés.

C'est pour qui: Pour tous. On y offre les services suivants:

Gratuits

  • Conseils du pharmacien: prise d'un médicament sur ordonnance, choix d'un médicament en vente libre, évaluation de la gravité d'une condition;
  • Prise de la pression artérielle (à faire soi-même à l'aide de la machine).


Payants

(Les coûts sont calculés selon une grille établie par l'Association des pharmaciens et donnés à titre indicatif.)

  • Analyse du dossier: 34,50 $. Le pharmacien analyse les médicaments, vitamines et produits naturels qu'on prend. Utile si on n'a pas de médecin de famille ou qu'on veut mieux comprendre notre médication;
  • Vaccins: les personnes admissibles aux programmes de vaccination gouvernementaux (comme pour la grippe) reçoivent le vaccin gratuitement; pour les autres, des frais de 5 $ pour l'injection s'ajoutent au prix du vaccin. En présence d'une infirmière;
  • Pilulier: 2 $ par médicament par semaine. Service d'organisation d'un boîtier de médicaments, utile pour ceux qui en prennent plusieurs. Le pharmacien étudie le dossier, fait le suivi de la prise de médicaments et assure la livraison;
  • Test de glycémie pour les personnes diabétiques: 5 $.

Une infirmière à domicile

C'est quoi: Au Québec, 2 000 infirmières ont choisi le travail indépendant dans des agences. Elles peuvent alors offrir des soins aux particuliers et ont les mêmes qualifications que celles qui sont dans le réseau public.

 

C'est pour qui: Pour tous ceux qui sont prêts à débourser les frais des services offerts:

  • Accompagnement à l'hôpital: autour de 100 $;
  • Vaccin à domicile: entre 80 $ et 100 $, selon le prix du vaccin;
  • Prise de sang ou analyse d'urine à domicile: 50 $ et plus (résultat dans les 24 heures);
  • Soins postopératoires: 50 $ à 60 $ l'heure;
  • Aide à la prise de médicaments ou à l'hygiène personnelle: 50 $ et plus.

 

Bon à savoir: Les tarifs sont négociables: c'est une relation d'affaires en même temps qu'un soin de santé, et on peut magasiner les agences. L'agence évalue nos besoins et peut nous diriger vers un service gratuit dans le réseau. On se protège en demandant si l'agence a une assurance et un code de déontologie.

 

Les deux agences d'infirmières les plus importantes:

  • Girafe Santé: % 450-979-4419, www.girafesante.com.
  • Accès Services Santé: % 1-866-830-5050, http://acces-services-sante.ca.

 

5. Les cliniques universitaires

C'est quoi: Si on veut des services un peu moins chers qui sont à la fine pointe des connaissances et des techniques, mais où l'expérience n'est pas encore à son sommet, la clinique universitaire est pour nous. Les étudiants sont toujours supervisés, souvent par des professeurs derrière une vitre ou un miroir.

 

C'est pour qui: Pour nous et notre famille, mais il faut savoir que la majorité des cliniques sont à Montréal.

 

 

  • Clinique dentaire: Tous les soins sont offerts, mais, en orthodontie, la demande est si grande qu'on choisit les patients par tirage au sort. Tarif: 60 $ pour les deux premiers rendez-vous.

Université de Montréal: tél.: 514-343-6750.

Université McGill: tél.: 514-934-8042.

Université Laval: tél.: 418-656-5840.

À noter: les cégeps qui offrent la formation en hygiène dentaire proposent pour leur part des services d'examen, de radiographie et de nettoyage. Tarif: entre 13 $ et 25 $.

 

Cégep de Chicoutimi: tél.: 418-549-9520.

Cégep de Trois-Rivières: tél.: 819-376-1721 (gratuit pour 12 ans et moins).

Cégep de l'Outaouais, à Gatineau: tél.: 819-770-4012, poste 2298.

Cégep de Maisonneuve, à Montréal: tél.: 514-787-1702.

Cégep François-Xavier-Garneau, à Québec: tél.: 418-688-8310, poste 3480.

 

  • Clinique de psychologie: Service individuel, pour les couples et la famille. Tarif: entre 15 $ et 50 $ la consultation.

Université de Montréal: tél.: 514-343-7725; cliquer sur «Clinique universitaire de psychologie».

UQAM: tél.: 514-987-0253; cliquer sur «Grand public».

  • Clinique de la vision: Examen complet des yeux, pour tous, incluant les tout-petits. Tarif: 48 $.

Université de Montréal: tél.: 514-343-6082.

 

Clinique de nutrition: Ateliers de nutrition et consultations professionnelles. Tarif: 55 $ pour la première rencontre.

Université de Montréal: tél.: 514-343-7055.

 

 • Clinique de médecine sportive: Évaluation de la condition physique, programme d'entraînement personnel, nutrition sportive, clinique de physiothérapie pour les blessures, massothérapie et ostéopathie. Tarif: à partir de 40 $ la consultation.

Université de Montréal: tél.: 514-343-6256, poste 2.

 

 

Université de Sherbrooke: tél.: 819-821-7575.

 

 

 

 • Clinique d'acupuncture: Tarif: 20 $ le traitement.

Cégep de Rosemont, à Montréal: tél.: 514-376-1620, poste 353.

Bon à savoir: Les rendez-vous sont souvent plus longs puisque les étudiants sont en formation. En clinique dentaire, il y a des listes d'attente, et l'accès aux services n'est pas automatique: notre cas doit parfois offrir des difficultés qui permettent de parfaire l'enseignement.

 

 

 

Et l'urgence, elle sert à quoi?

 C'est le premier recours quand la sécurité et la vie sont menacées, et le dernier recours si ça peut attendre. Pour faire la différence, on développe le réflexe d'appeler le 811. On se rend aussi à l'urgence lorsqu'on n'a pas trouvé de services dans le réseau, surtout la nuit.

 

Pour en savoir plus

• Guide Accès Santé dans votre quartier (île de Montréal).

Guide santé pour les problèmes non urgents.

Services offerts par les pharmaciens.

Partage X
Santé

Se faire soigner... sans médecin?

Se connecter

S'inscrire