Santé

Perçage des organes génitaux: minimiser les risques

Perçage des organes génitaux: minimiser les risques

Piercing des organes génitaux Photographe : iStock Auteur : ServiceVie

Santé

Perçage des organes génitaux: minimiser les risques

Tout comme on se fait percer les oreilles, certains ont un perçage aux organes génitaux ou aux mamelons pour y porter des bijoux. Comme tout « piercing », des procédures s'imposent pour minimiser les risques sur la santé.

Il n'est pas indiqué de procéder au perçage soi-même et les aiguilles ne devraient jamais être partagées sous aucun prétexte. Il est possible de propager des infections bactériennes cutanées, et d'autres infections comme l'herpès, le VIH, l'hépatite B et C, par des pratiques de perçage inadéquates. Recherchez un praticien chevronné ayant une formation professionnelle et demandez si il ou elle suit le Guide de prévention des infections pour le perçage corporel. Les praticiens doivent toujours se laver les mains avant de porter les gants en latex et de manipuler l'équipement et utiliser de nouvelles aiguilles qui sont stérilisées pour chaque traitement. Les fusils de perçage à parties fixes ne devraient jamais être utilisés parce que les composantes qui entrent en contact avec le corps ne sont pas jetables. Les aiguilles médicales sont la méthode standard pour le perçage génital et corporel.

Hygiène, stérilisation et antiseptique

Avant de percer la zone, celle-ci devrait être traitée au moyen d'un antiseptique, comme pour tout autre perçage. Autrement, les bactéries ou les virus présents sur la peau peuvent infecter le corps et causer une infection sur la zone du perçage. Certains praticiens pourraient utiliser des forceps chirurgicaux pour stabiliser la zone, mais d'autres tendent à les éviter au moment de percer les organes génitaux parce qu'ils peuvent retarder le processus de guérison. L'aiguille traverse le tissu et ressort par l'autre côté, puis le bijou est passé par l'ouverture.

Relations sexuelles et complications

Tout type d'activité sexuelle pendant la période de guérison peut accroître le temps de récupération, et les relations sexuelles comportent la possibilité de complications. Les organes génitaux présentent un plus grand nombre de bactéries que toute autre zone de perçage sur le corps et les perçages doivent être nettoyés deux fois par jour avec du savon et de l'eau, ainsi qu'après toute activité sexuelle. Les condoms et les digues dentaires sont essentiels pendant la période de guérison, laquelle peut durer entre une couple de semaines et quelques mois. Il est important d'avoir recours à des condoms comportant un grand réservoir à l'extrémité (l'espace au bout du condom) pendant les contacts sexuels et le sexe oral pour empêcher la zone percée d'être infectée. Autrement, les bactéries, les virus et les levures naturellement présentes dans les fluides organiques de votre partenaire pourraient entraîner une infection.

Perçage génital et risques d'ITS

La littérature médicale explorant la relation entre les perçages génitaux et les infections transmissibles sexuellement (ITS) est limitée. On spécule que les perçages accroissent le risque de transmission des ITS et des virus par le sang. Les bijoux de la zone génitale peuvent facilement endommager les condoms, les rendant moins efficaces quant à la prévention d'une grossesse et à la transmission d'ITS si les deux partenaires sexuels ont des perçages génitaux.

Préoccupations sur le plan de la santé et de la sécurité
Risques pour les hommes et les femmes
  • Saignement et infection
  • Transmission possible du VIH, de l'hépatite B et C
  • Écaillement des dents ou suffocation en pratiquant le sexe oral
  • Cicatrisation excessive du tissu
Des hommes ayant des perçages génitaux ont apparemment souffert des conditions suivantes dans de rares circonstances:
  • érection involontaire pendant plus de quatre heures (priapisme)
  • étranglement du gland par le prépuce renversé (paraphimosis)
  • verrues génitales à répétition
  • trauma au pénis ou à l'anus
  • lésion uréthrale
Des femmes ont apparemment souffert des conditions suivantes:
  • syndrome du choc toxique streptococcique, une maladie rare mais fatale causée par des toxines bactériennes qui peuvent s'infiltrer dans le corps lorsque les tissus muqueux du corps sont percés, dont le nez, la bouche et le vagin
  • trauma au vagin ou à l'anus
  • inflammation du sein (perçage du mamelon)

Source

Masexualité.ca


Commentaires

Partage X
Santé

Perçage des organes génitaux: minimiser les risques

Se connecter

S'inscrire