Santé

Mélatonine, hormone de la nuit

Mélatonine, hormone de la nuit

istockphoto.com Photographe : istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Santé

Mélatonine, hormone de la nuit

La mélatonine est une hormone sécrétée par une petite glande du cerveau. La particularité de cette hormone est qu'elle n'est produite que pendant la nuit.

Par l'intermédiaire de la mélatonine, la glande pinéale renseigne notre cerveau sur la durée de l'obscurité et de l'éclairement sur une période de 24 heures, son cycle journalier, mais aussi durant toute l'année, son cycle saisonnier. Cette sécrétion nocturne influence profondément nos rythmes et nos fonctions biologiques.

En conséquence, de nombreux troubles encore insuffisamment connus sont la résultante d'un dérèglement éventuel de ces rythmes temporels.

Le taux de mélatonine, habituellement faible chez le nourrisson, augmente pendant l'enfance et atteint son maximum à l'adolescence. Après cette période, on suppose qu'il pourrait commencer à diminuer. Nos connaissances nouvelles sur la mélatonine sont encore bien incomplètes.

L'hormone miracle des années 90

Identifiée aux États-Unis en 1958 par Aaron B. Lerner de l'Université Yale, c'est en 1995 que la mélatonine crée un engouement aux États-Unis. Les chercheurs Russell J. Reiter et Jo Robinson publient deux livres sur le sujet. Une vaste campagne médiatique en fait des best-sellers. On la surnomme l'hormone miracle tant ses promesses sont grandes. Et on la sert alors à toutes les sauces, pour faire des millions de dollars. En plus de prévenir plusieurs maladies, elle aurait des vertus antioxydantes et lutterait contre le vieillissement. Il n'en faut pas plus pour que les Américains se ruent sur la mélatonine, d'autant plus que la même année, elle se retrouve en vente libre dans tous les «drugstores» comme supplément alimentaire. Le mouvement est vite suivi en Europe, notamment en Italie où l'on vante ses soi-disant mérites pour traiter la dysfonction érectile.

Efficacité des suppléments de mélatonine

Certaines recherches ont démontré l'efficacité probable des suppléments de mélatonine dans le traitement de certains troubles du sommeil, notamment chez les personnes âgées, chez celles qui souffrent d'un handicap visuel ou neurologique grave et chez celles qui souffrent de certains troubles mentaux. En fait, chez certains malades assez lourdement handicapés pour ne pas pouvoir profiter du cycle jour-nuit, la mélatonine, ajustée à une posologie adaptée et à un horaire individualisé, s'est avérée fort utile. Autrement, pour les troubles de sommeil courant, son usage s'est avéré plutôt décevant.

L'efficacité de la mélatonine a été mise de l'avant pour contrer les effets du décalage horaire. Hôtesses, agents de bord et voyageurs l'ont d'ailleurs largement utilisée. Les commentaires relatifs à son efficacité sont partagés. Mais ils s'enlignent globalement vers un nouveau négativisme, d'autant plus que les publications récentes en médecine de voyage tendent à démontrer que l'efficacité anti-jet lag de la mélatonine serait contestable. Pour les mordus: prendre 3 mg à 5 mg de mélatonine synthétique au coucher, durant le voyage. Mais retenir l'essentiel: une fois arrivé à destination, marcher 1 à 2 heures en plein soleil a certainement beaucoup plus d'effet pour endiguer le décalage.

La mélatonine est-elle à la hauteur de sa réputation thérapeutique?
En plus de ses effets sur le décalage horaire et sur certains troubles du sommeil, la mélatonine a la réputation de pouvoir restaurer le système immunitaire, renforcer les capacités sexuelles, combattre la maladie d'Alzheimer, protéger des maladies cardiaques, contrer les méfaits des radicaux libres et lutter contre le vieillissement. On lui prête en outre de nombreuses propriétés thérapeutiques, notamment dans le traitement du cancer. Certaines de ces propriétés ont été mises en évidence dans divers modèles expérimentaux, mais pour plusieurs, la confirmation chez l'homme reste à établir. L'usage de la mélatonine à ces fins est hautement discutable
Effets secondaires des suppléments de mélatonine

À court terme, on a rapporté plus de 35 types d'effets secondaires suivant la consommation de mélatonine. À des degrés divers et selon la dose: troubles digestifs, lourdeur ou confusion au réveil, maux de tête, vertiges, fièvre, vision trouble, dépression temporaire. Si l'on prend des doses supérieures aux concentrations normales de l'organisme, on risque d'altérer tout le système hormonal en créant l'équivalent d'une obscurité permanente. Les effets à long terme demeurent inconnus. On s'interroge notamment sur les conséquences qu'elle pourrait avoir sur la rétine, les organes sexuels et le système cardiovasculaire. Certains spécialistes redoutent même un déferlement d'effets secondaires dans les 20 prochaines années aux États-Unis.

La mélatonine: certaines personnes doivent l'éviter

Certaines personnes ne devraient jamais prendre de mélatonine: celles qui souffrent d'une maladie auto-immune, les femmes enceintes ou qui essaient de l'être, les femmes qui allaitent, les personnes présentant des allergies sévères, les personnes de moins de 21 ans, celles qui souffrent de troubles neurologiques ou de troubles psychiatriques. On la déconseille aussi dans les cas de lymphomes, de leucémie et de cancer ovarien. La mélatonine peut interagir avec certains médicaments, comme les sédatifs, les tranquillisants et les antidépresseurs.

Une hormone synthétique et naturelle?

Même si on présente la mélatonine comme supplément alimentaire, il faut se rappeler qu'il s'agit d'une hormone. La mélatonine que l'on retrouve sur le marché est généralement synthétique et fabriquée en laboratoire à partir d'ingrédients de qualité pharmaceutique.

Mais il arrive que certaines compagnies affichent le label «mélatonine naturelle». Ce type de mélatonine contient de véritables extraits de glande pinéale. Ces extraits sont d'origine animale et proviennent habituellement du mouton. Vous pouvez aussi trouver des produits qui combinent mélatonine synthétique et mélatonine «naturelle». Cette forme de mélatonine peut présenter des risques de contamination par des bactéries ou des virus, comme le virus de la «vache folle», une autre histoire qui risque de faire encore moins bien dormir.

Sources

Tremblay, M.-C. Les formules pour rester jeunes: la mélatonine, Servicevie.com, 2003.

 

Commentaires

Partage X
Santé

Mélatonine, hormone de la nuit

Se connecter

S'inscrire