Santé

Les produits amaigrissants présentent des risques pour la santé

Les produits amaigrissants présentent des risques pour la santé

iStockphoto Photographe : iStockphoto Auteur : Coup de Pouce

Santé

Les produits amaigrissants présentent des risques pour la santé

L’utilisation de produits, services et moyens amaigrissants (PSMA) comporte des risques pour la santé physique et psychologique des hommes et des femmes qui veulent perdre du poids.

Le régime n'est pas anodin et inoffensif, quoiqu'il soit socialement accepté par la majorité. En suivre un de façon continue ou faire attention à son poids au quotidien constitue en fait l'un des facteurs de risque associés à l'obésité. À preuve, 95% des personnes qui se soumettent à un régime reprendront le poids perdu dans les cinq années qui suivront, rappelle l'Association pour la santé publique du Québec (ASPQ).

«Les régimes sont très difficiles sur le plan mental. Vivre le yoyo (perte et reprise de poids) et les échecs répétés, malgré les efforts, est très dur pour l'estime de soi, explique Fanny Dagenais, nutritionniste et directrice du groupe d'action sur le poids ÉquiLibre. Plusieurs femmes vont alors ressentir une sorte d'obsession, de la culpabilité lors des repas et de l'anxiété à l'idée de ne pouvoir résister à certains aliments.»

Conséquences sur la santé mentale

Les études montrent que l'insatisfaction corporelle est associée à un niveau plus élevé de symptômes dépressifs et de stress. Elle peut mener à l'adoption de comportements dangereux pour la santé comme le tabagisme, la consommation de produits amaigrissants ou de suppléments augmentant la masse musculaire, l'entraînement excessif et la privation alimentaire.

Un sondage mené par l'ASPQ en 2009 a révélé que 21% des femmes ayant utilisé un produit, service ou moyen amaigrissant au cours des 12 mois précédents avaient commencé à se soucier de leur poids avant l'âge de 15 ans. C'est cette préoccupation excessive qui explique la popularité des PSMA, selon Fanny Dagenais. «Il faut cesser d'être obsédée par son poids et profiter de la vie. Je vois des femmes qui décident de mettre des aspects de leur existence de côté tant qu'elles n'auront pas atteint un poids X. Elles attendent d'avoir maigri pour s'affirmer ou avoir une vie amoureuse. Mais la perte de poids ne règle pas ce genre de problèmes.»

Malgré tout, la plupart des services amaigrissants tels que Weight Watchers ou Minçavi ne semblent pas offrir l'encadrement de professionnels de la santé qualifiés comme des médecins, des nutritionnistes, des kinésiologues ou des psychologues, déplore l'ASPQ, qui surveille le marché des moyens et produits amaigrissants.

Les risques pour la santé physique

Les produits amaigrissants présentent aussi des risques liés aux ingrédients qu'ils contiennent, qui peuvent entraîner constipation, diarrhée, hypotension, maux de tête, étourdissements, intolérance au froid, crampes musculaires ou perte de cheveux. Dans certains cas, les effets peuvent aller jusqu'à provoquer l'arythmie ou l'arrêt cardiaque, un déséquilibre électrolytique ou même la mort.

En 2009, la Food and Drug Administration (FDA) a découvert 72 produits contenant des ingrédients pharmaceutiques actifs non déclarés et parfois surdosés. La même année, 14 formulations d'Hydroxycut, vendu pour favoriser la perte de poids et faire fondre la graisse, ont été retirées des tablettes en Amérique du Nord après qu'on eut recensé aux États-Unis 23 cas de troubles hépatiques, allant de la jaunisse à la mort d'un homme de 20 ans. Au Canada, 17 rapports faisaient état d'effets indésirables associés aux systèmes cardiovasculaire, respiratoire, gastro-intestinal et neurologique. Depuis, l'Hydroxycut est revenu sur les tablettes, dans une version reformulée.

D'autres produits naturels peuvent interagir avec des médicaments courants, notamment les anticoagulants, les hypotenseurs et les antidépresseurs. C'est sans compter la caféine, qui se cache sous des appellations aussi diverses que guarana, yerba maté ou noix de kola, et qui, consommée à plus de 300 mg par jour (soit l'équivalent d'environ trois tasses de café), peut entraîner de la tachycardie, de l'arythmie cardiaque, de la nervosité et des troubles du sommeil.

Le glucomannane, une fibre soluble qui agit comme coupe-faim, a fait l'objet d'une mise en garde de Santé Canada en janvier 2010. «Des rapports internationaux de cas de réactions indésirables font état d'un risque de suffocation ou de blocage de la gorge, de l'œsophage ou de l'intestin», indique le Ministère, qui demande aux fabricants d'indiquer sur l'étiquette que les capsules et comprimés doivent être consommés avec au moins 250 ml d'eau ou de liquide et qu'on ne doit pas les prendre juste avant d'aller au lit.

Le tableau préparé par l’ASPQ présente les risques propres à certains ingrédients des produits amaigrissants.

De l'ordre dans le marché des produits amaigrissants

Santé Canada tente depuis le 1er janvier 2004 d'encadrer le marché des produits de santé naturels. Le Ministère en évalue l'innocuité, l'efficacité et la qualité avant d'en autoriser la vente et de leur attribuer un numéro de produit naturel (NPN). Les produits vendus en pharmacie qui n'ont pas encore reçu leur NPN doivent au moins avoir fait l'objet d'une demande de licence de mise en marché auprès de Santé Canada, sinon leur vente est illégale. Malgré tout, plus de 90% des produits de santé naturels recensés en 2008-2009 n'avaient pas été approuvés par Santé Canada et se retrouvaient en vente libre, selon un décompte de l'ASPQ.

En février 2010, le Ministère a repoussé à une date indéterminée le moment où tous les produits naturels devront avoir obtenu un NPN, en raison du retard accumulé dans l'étude des dossiers lui ayant été soumis.

Services et moyens amaigrissants

Le plus grand risque associé aux services amaigrissants est lié à la perte de poids trop rapide associée à une reprise des kilos perdus. Et même davantage. «Le fait de se priver ou de bannir certains groupes alimentaires de son régime peut aussi mener à des carences en vitamines et en minéraux ainsi qu'à de l'anémie. Cela peut provoquer des maux de tête, des étourdissements, un manque d'énergie, et aller jusqu'à causer des problèmes hormonaux et d'autres complications», ajoute Fanny Dagenais.

Quant aux moyens amaigrissants, le principal risque leur étant associé est financier, selon l'ASPQ, puisque aucun d'entre eux n'a fait la preuve scientifique de son efficacité.

  

Quelques définitions:

Produits amaigrissants: produits de santé naturels et substituts de repas.

Moyens amaigrissants: timbres, crèmes, vêtements minceur, bref tout moyen ou produit conçu pour favoriser la perte de poids.

Services amaigrissants: incluent les programmes commerciaux tels que Weight Watchers et Minçavi, de même que ceux offerts par les centres d'entraînement et les groupes d'entraide.

Numéro de produit naturel (NPN): attribué par Santé Canada pour attester l'approbation d'un produit de santé naturel.

Produits de santé naturels: vitamines et minéraux, plantes médicinales, remèdes homéopathiques, remèdes traditionnels (p. ex. médecine traditionnelle chinoise), probiotiques et autres produits tels que les acides aminés et les acides gras essentiels.

  

Références

Le guide alimentaire canadien

 

Extenso

 

Groupe d'action sur le poids ÉquiLibre

 

Maigrir en santé?, Lise Bergeron, Protégez-vous, janvier 2011.

 

Bénéfices, risques et encadrement associés à l'utilisation des produits, services et moyens amaigrissants (PSMA), Institut national de santé publique du Québec, mars 2008.

 

Règlement sur les produits de santé naturels, Santé Canada.

 

Commentaires

Partage X
Santé

Les produits amaigrissants présentent des risques pour la santé

Se connecter

S'inscrire