Santé

La chiropratique pour soulager la douleur chronique

La chiropratique pour soulager la douleur chronique

Auteur : Coup de Pouce

Santé

La chiropratique pour soulager la douleur chronique

La chiropratique peut être une solution efficace pour soulager la douleur chronique, surtout lorsqu'elle est d’origine musculaire ou articulaire.

Nous nous sommes tous déjà cogné un orteil sur le pied de notre lit et connaissons la douleur qui en résulte. Imaginons maintenant ressentir cette dernière 24 heures sur 24. L'association internationale sur l'étude de la douleur définit la douleur chronique comme la présence d'une sensation pénible qui dure plus de deux mois après le temps normal de guérison. Elle peut se manifester à la suite d'une blessure ou apparaître en association avec des problèmes de santé tels que le diabète, la fibromyalgie, le cancer ou la sclérose en plaques. La personne aux prises avec une douleur chronique ne parvient souvent plus à travailler, et peut éprouver de la colère, une sensation d'isolement, de la frustration et un sentiment de culpabilité.

Pourquoi la douleur existe-t-elle?

Le corps perçoit de la douleur lorsque le cerveau reçoit le signal d'une agression périphérique (du torse, d'un bras, d'une jambe, etc.). L'agent agresseur stimule une terminaison nerveuse qui transmet le message douloureux le long de la moelle épinière jusqu'au cerveau. Là, l'information est intégrée à d'autres données comme des souvenirs, des émotions et des niveaux d'hormones. En réponse, le cerveau produit deux substances. La première, les enképhalines (endorphines), exerce une action analgésique. Quant à la deuxième, elle consiste en un messager inhibiteur qui a comme fonction de bloquer l'acheminement du signal vers la moelle épinière.

Quand le mal devient chronique, il y a un dérèglement du système nerveux, ce qui engendre un manque d'inhibition (absence d'endorphines ou de messager inhibiteur) et fait en sorte que la douleur s'entretient d'elle-même.

L'approche multidisciplinaire de la douleur chronique

L'approche multidisciplinaire est la méthode la plus efficace pour soulager la douleur chronique. Le premier intervenant est le médecin qui, par la médication, tentera de la réduire au maximum pour permettre au patient de retrouver sa mobilité. D'autres professionnels de la santé peuvent ensuite entrer en jeu. Le psychologue proposera à la personne des méthodes de gestion de la douleur telles que la visualisation et l'hypnose, et lui offrira un soutien psychologique afin d'améliorer son humeur. Le chiropraticien pourra, en collaboration avec le médecin, aider le patient à optimiser la fonction de son système musculosquelettique (articulations, muscles, tendons, ligaments) et ainsi faire diminuer la douleur.

Le chiropraticien, seul docteur en soins naturels

L'objectif premier du chiropraticien est de redonner le plus de mobilité possible à la colonne afin d'éliminer l'irritation nerveuse qui est à la base des symptômes et du problème. En plus de procéder à des manipulations vertébrales, il peut conseiller le patient en matière d'alimentation, d'exercice physique, de gestion du stress et d'ergonomie de son poste de travail. Il est à noter que la chiropratique est surtout efficace lorsque les douleurs sont d'origine musculaire ou articulaire.

Les maux de dos

La région lombaire est l'un des sites les plus fréquemment touchés par la douleur chronique. Mais quelles sont les causes de celle-ci?

La subluxation vertébrale. Il s'agit d'une perte de mobilité entre deux vertèbres. Elle irrite les nerfs situés à proximité, ce qui entraîne des interférences nerveuses, de la douleur et des tensions musculaires, car les muscles s'attachent aux vertèbres. Les différentes causes possibles sont la mauvaise posture, l'alimentation inadéquate, les mouvements répétitifs, le stress, les chutes, les traumatismes, les accidents de la route, etc.

Une lésion à un muscle, à un tendon ou à un ligament. Elle peut être causée par un effort, une torsion du corps ou des mouvements répétitifs.

Une hernie discale. Elle consiste en la saillie vers l'extérieur d'une partie du gel contenu dans le disque, ce qui comprime les racines nerveuses ou la moelle épinière.

L'arthrite. Certains types d'arthrite, comme la spondylite ankylosante et l'arthrite psoriasique, peuvent provoquer de la douleur dans le bas du dos.

Un problème gynécologique. Plusieurs femmes éprouvent des douleurs lombaires périodiques ou constantes qui sont liées, par exemple, à des règles douloureuses ou à l'endométriose. La source du mal ne se situe pas dans une composante du système musculosquelettique du bas du dos, mais la douleur irradie tout de même dans la région lombaire.

Peu importe l'origine du mal de dos, les muscles entourant la région affectée vont souvent se contracter dans le but de protéger la structure blessée. Cette contraction peut provoquer de la douleur et éventuellement créer un cercle vicieux qui aggravera celle-ci et la rendra chronique.

La manipulation vertébrale contre la douleur

L'approche thérapeutique du chiropraticien comporte plusieurs volets. Le premier consiste en la manipulation vertébrale. Selon des études, elle peut réduire la douleur et l'invalidité. Dans un essai clinique, des patients souffrant de douleurs lombaires ont été répartis en trois groupes en fonction de la gravité et de la durée de leurs symptômes: aigus, récurrents ou chroniques. Après avoir reçu des manipulations vertébrales pour tout traitement, les trois groupes ont observé, en moyenne, une diminution de 53% de leur douleur et de leur invalidité. Cette méthode a été encore plus efficace chez les sujets souffrant de douleurs aiguës au bas du dos, qui ont noté une réduction de 69% de leur douleur et de 63% de leur invalidité.

Comment la manipulation vertébrale réduit-elle la douleur?

Les ajustements chiropratiques parviennent à soulager la douleur de plusieurs manières. La manipulation vertébrale:

  • provoque un étirement des muscles paravertébraux, notamment des muscles profonds, dont la contracture (contraction prolongée et involontaire) semble jouer un rôle important dans la subluxation vertébrale;
  • crée un espacement entre les articulations postérieures (responsable du bruit de craquement); cet étirement capsulaire a pour but d'enrayer les contractures;
  • produit un étirement ligamentaire. Le réflexe entre le ligament interépineux et le muscle profond fait en sorte que le ligament freine la contraction musculaire;
  • réduit la pression intradiscale;
  • exerce un effet apaisant en interagissant avec les fibres nerveuses qui conduisent la douleur, ce qui peut modifier certains réflexes nerveux responsables de celle-ci;
  • engendre la production d'endorphines, hormone «antidouleur» dont l'effet est analogue à celui de la morphine.

S'il constate un spasme résiduel, le chiropraticien peut avoir recours à plusieurs autres techniques, dont le travail musculaire, l'utilisation d'ultrasons, de courant interférentiel ou de la stimulation nerveuse électrique transcutanée (TENS), et l'application de glace ou de chaleur.

  

Références

Prise en charge de la douleur chronique (non cancéreuse): organisation des services de santé, Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS).

Bogduk N. Anatomie clinique du rachis lombal et sacré. Elsevier Masson, 2005, 340 pages.

Indahl A, et coll. Interaction between the porcine lumbar intervertebral disc, zygapophysial joints, and paraspinal muscles. Spine, 15 décembre 1997; 22(24):2834-40.

Maigne JY. Rachis lombaire et thérapies manuelles. Sauramps Médical, 2006, 183 pages.

McMorland G, Suter E. Chiropractic management of mechanical neck and low-back pain: a retrospective, outcome-based analysis. Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, juin 2000; 23(5):307-11.

Solomonow M, et coll. The ligamento-muscular stabilizing system of the spine. Spine, 1er décembre 1998; 23(23):2552-62.

Vautravers P, Maigne JY. Mode d'action des manipulations vertébrales. Revue du Rhumatisme, 2003; 70:713-9.

Maigne JY, Guillon F. Effet des manipulations sur le segment mobile lombaire. Réflexions sur leur mode d'action. Rev Med Orthop, 1993; 34:7-9.

Clinique Chiropratique du Dre Geneviève Fournier

 

 

 

Commentaires

Partage X
Santé

La chiropratique pour soulager la douleur chronique

Se connecter

S'inscrire