Santé

L’immuno-nutrition pour prévenir la maladie et la fatigue

L’immuno-nutrition pour prévenir la maladie et la fatigue

iStockphoto Photographe : iStockphoto Auteur : Coup de Pouce

Santé

L’immuno-nutrition pour prévenir la maladie et la fatigue

L’immuno-nutrition, c’est-à-dire se nourrir selon ses capacités immunitaires et digestives, permettrait d’éviter plusieurs maladies et réduirait la fatigue chronique injustifiée.

L'alimentation joue un rôle primordial, tant en prévention des risques cardiologiques, cancérologiques et, plus généralement, des grandes affections de nos civilisations, telles que la fatigue, selon Daniel Crisafi, Ph.D. en biochimie et auteur de, entre autres, Candida albicans et Les Superaliments.

Fatigue pandémique

Le niveau de fatigue des Nord-Américains a augmenté de façon radicale et sans raison médicale. Aujourd'hui, des jeunes de 30 ans se plaignent de fatigue chronique. «Tout le monde en souffre, note M. Crisafi. Les étudiants sont fatigués, les travailleurs aussi et de plus en plus d'hommes admettent être affectés par une fatigue non justifiable.»

Les polluants extérieurs, l'insomnie, le stress, la sédentarité, l'hypothyroïdie et une mauvaise alimentation peuvent influencer le niveau de fatigue ressenti. Le stress affecte la qualité du corps à produire de l'énergie. En situation stressante, le corps de prépare à fuir ou à combattre, et il produit naturellement de l'insuline pour se calmer et diminuer l'affluence de sucre dans le sang. Or, trop de stress provoque une résistance à l'insuline sécrétée. Les gens stressés perdent donc le contrôle de leur mécanisme naturel de régulation, ce qui peut avoir des effets sur le poids corporel, plus précisément sur le tour de taille, explique M. Crisafi. Le biochimiste constate à regret que «malgré les avancées médicales, ce n'est pas parce qu'on vit plus vieux qu'on est plus en santé qu'auparavant». 

Les habitudes de vie

En plus de la fatigue, d'autres maladies ou malaises sont susceptibles de se développer au cours de la vie, et ce, sans explication apparente. Pour pallier ces risques, M. Crisafi a élaboré une liste de solutions à intégrer aux habitudes de vie. Il suggère de:

-         manger des aliments bios;

-         se nourrir à 70 % d'aliments de source végétale;

-         pratiquer 1 h 30 d'exercice par jour;

-         éviter tous les polluants externes;

-         avoir un équilibre psychologique et spirituel parfait;

-         dormir 8 heures toutes les nuits.

Daniel Crisafi admet que ces solutions idéales sont des conditions quasi impossibles à remplir. Il propose plutôt une méthode réaliste afin d'intégrer progressivement de bons comportements à notre quotidien. La formule moins radicale consisterait à:

-         privilégier les grains entiers;

-         éviter les additifs artificiels;

-         réduire sa consommation de fast-food;

-         réduire les aliments frits;

-         réduire les sucres simples et les glucides raffinés;

-         supplémenter son régime;

-         consommer quotidiennement de 1 à 2 c. à soupe d'huile végétale pressée à froid.

Hypersensibilité alimentaire et maladies

Une alimentation déséquilibrée est à la source de problèmes de santé divers qui ne collent pas nécessairement à un diagnostic médical. Les gens développement de plus en plus d'affections injustifiées, sans être en mesure d'associer leur mal à une cause directe.

L'hypersensibilité alimentaire et les allergies de type III qui, à titre d'exemple, touchent près de 45 % de la population européenne, peuvent être à l'origine de plusieurs troubles et maladies, comme l'arthrite, l'arythmie cardiaque, le côlon irritable, la baisse d'immunité, le déficit d'attention, l'eczéma, la fatigue chronique, la fibromyalgie, l'hypertension, l'hypoglycémie, la maladie de Crohn, les maux de tête, la migraine, l'obésité et les maladies coeliaques.

La communauté scientifique s'est ralliée pour une alimentation diversifiée, riche en fruits et légumes, en fibres; pauvre en mauvaises graisses et apportant suffisamment de nutriments, antioxydants et acides gras de bonne qualité. Mais, elle néglige encore trop souvent l'aspect individuel, c'est-à-dire les capacités immunitaires et digestives de chaque individu vis-à-vis certains aliments.

La plupart des gens ignorent leur intolérance alimentaire, d'autant plus que les effets négatifs sur la santé n'apparaissent pas toujours immédiatement après avoir consommé l'aliment en question. «L'inconfort peut se manifester 72 heures après avoir mangé, il devient est donc très difficile d'identifier le lien de causalité», souligne M. Crisafi.

L'immuno-nutrition

L'immuno-nutrition consiste à étudier les capacités immunitaires de chacun à tolérer tel ou tel aliment et les moyens d'augmenter ses propres tolérances. De ce fait, il est possible de contrôler un paramètre essentiel de la bonne santé: l'inflammation chronique. «C'est cette inflammation latente de notre organisme, souvent méconnue, qui est à l'origine de toutes ces maladies chroniques de civilisation. Elle les entretient, parfois les aggrave et contribue à augmenter les stress cellulaires et à accélérer l'évolution de ces pathologies», explique Daniel Crisafi.

Le test ImmuPro 300

Le test d'analyse sanguine ImmuPro 300 permet d'identifier les aliments spécifiques auxquels le sang réagit. Le patient obtient une liste des aliments auxquels il ne réagit pas et une liste de ceux pour lesquels il manifeste une intolérance, avec le degré de sévérité de cette dernière. M. Crisafi soutient qu'il peut y avoir des intolérances passagères qui ne durent pas toute la vie. «Le système immunitaire peut se tanner d'un aliment, mais après un certaine période d'abstention, ça peut revenir. Ce qui compte, avec ce test, c'est de mettre en place des paramètres afin de trouver des liens à la fatigue ou aux malaises de santé qui n'ont pas de causes médicales.»

L’Association des allergologues et immunologues du Québec (AAIQ), l’Association des dermatologistes du Québec (ADQ) et l’Association des gastroentérologues du Québec (AGEQ) sont moins enthousiastes. Dans un communiqué émis en octobre 2007, elles indiquent qu’une allergie alimentaire ne peut pas être diagnostiquée sur la base de test tel que l'ImmuPro 300. Les trois associations préviennent les médecins que la diète proposée après l’obtention de résultats peut entraîner des carences alimentaires.

Daniel Crisafi soutient que maîtriser l'inflammation chronique en se nourrissant en fonction de son immunité spécifique permet d'augmenter son bien-être, ses performances psychologiques, intellectuelles ou sportives, de maîtriser son poids, de ralentir son vieillissement et d'optimiser sa longévité.

  

Lire aussi: Allergie alimentaire: un service pour tous et Gestion des allergies alimentaires: un défi en milieu scolaire

Commentaires

Partage X
Santé

L’immuno-nutrition pour prévenir la maladie et la fatigue

Se connecter

S'inscrire