Santé

De nouveaux traitements contre l'arthrite

De nouveaux traitements contre l'arthrite

Auteur : Coup de Pouce

Santé

De nouveaux traitements contre l'arthrite

Découvrez un soulagement révolutionnaire de l'inflammation et des douleurs articulaires.

On assiste à une révolution virtuelle en matière de gestion de la polyarthrite rhumatoïde (PR). Les traitements se développent à une vitesse fulgurante pour désormais s'attaquer au symptôme classique de la PR, soit l'inflammation, ainsi qu'aux douleurs connexes au niveau des articulations, des tissus mous, de l'enflure, des rougeurs, des brûlements et de la raideur.

Si les thérapies traditionnelles n'offrent pas de résultats mesurables pour guérir la maladie, votre docteur pourrait envisager l'une des quatre nouvelles méthodes « biologiques » et naturelles qui sont maintenant offertes : les modificateurs de la réponse biologique (MRB). Comme leur nom l'indique, ces médicaments sont créés à partir de tissus vivants. On prélève un peu d'ADN d'un noyau cellulaire et on le place dans un autre noyau cellulaire. Puisque l'ADN transporte des informations génétiques, la combinaison des deux créé un nouvel agent biologique.

Découvrir les produits biologiques naturels

Ces produits biologiques peuvent, de façon sélective, altérer, éliminer ou diminuer l'élément chimique de la cellule ou de tout autre élément se trouvant dans le système immunitaire du corps qui détruit les tissus articulaires. Ces médicaments représentent la nouvelle génération d'armes intelligentes utilisées pour combattre la PR.

Les MRB ciblent un élément chimique dans le corps : le facteur de nécrose tumorale (TNF, en anglais, ou lymphotoxine). La lymphotoxine est l'une des hormones principales qui attaquent les autres hormones qui causent l'inflammation, symptôme de la PR et de nombreuses autres maladies. Le blocage de la lymphotoxine peut diminuer la douleur et faire baisser l'enflure des articulations, ralentir la progression de la maladie et même empêcher tout dommage permanent.

Un autre modificateur de la réponde biologique, le Kineret, bloque l'interleukine-1 (IL-1), un élément chimique naturellement sécrété par le système immunitaire et dont le but est d'essayer de combattre les infections. L'IL-1 agit en tant que messager chimique, causant de l'inflammation et des dommages aux tissus.

Tous ces médicaments sont assez efficaces et leurs coûts sont assez semblables, soit entre 15 000$ et 25 000$ chaque année.

Plus sur les risques liés au traitement biologique de l'arthrite à la page 2.

 

Pour ce qui est des inquiétudes au niveau de la sécurité, tout nouveau médicament comporte des risques et les nouveaux produits biologiques ne font pas exception. L'un des risques les plus importants est un risque accru d'infection, surtout chez les patients atteints de tuberculose latente (porteurs non actifs). C'est pour cette raison que tous les patients sont testés pour la tuberculose et, au besoin, on les traite avant d'entamer un traitement avec ces médicaments. Ces nouveaux médicaments ne sont que le début d'une nouvelle tendance en matière de traitement contre la PR.

En route vers de nouvelles avancées

Selon le docteur Edward Keystone, directeur du Rebecca MacDonald Centre for Arthritis and Autoimmune Disease de l'hôpital Mount Sinaï à Toronto (centre de traitement de l'arthrite et des maladies auto-immunes), environ 145 nouveaux médicaments sont soumis à des essais précliniques et 80 autres sont déjà en train d'être testés sur des humains. Cette explosion de nouvelles thérapies a été rendue possible grâce aux nouvelles connaissances que les chercheurs ont de la PR, alors ils proposent des façons améliorées et de meilleurs moyens de traiter la maladie.

Une zone d'intérêt consiste à développer de nouvelles façons d'éliminer ou de faire baisser les taux assez élevés de TNF, d'IL-1 et d'autres types d'interleukine que l'on retrouve dans les articulations enflammées.

Par exemple, l'un des médicaments qui seront bientôt évalués en vue d'être approuvés bloque la capacité des cellules ciblées de communiquer entre elles. Cette interférence de signal empêche le relâchement des hormones qui excitent les cellules, qui, à leur tour, sécrètent des produits chimiques qui détruisent les tissus.

Pharmacothérapies existantes

De plus, il se peut qu'un médicament existant soit déjà capable d'offrir de nombreux avantages en vue de traiter la PR. Le Rituxan a été utilisé pour combattre les lymphomes (cancer du système lymphatique) chez plus de 400 000 patients dans le monde. Au cours de la dernière année, les chercheurs ont découvert que 70 pour cent des patients atteints de PR qui recevaient deux injections à deux semaines d'intervalle ressentaient un soulagement profond pendant au moins un an.

Et enfin, on est en train de développer plusieurs types d'inhibiteurs sélectifs à petites molécules, qui, s'ils fonctionnent, pourraient carrément rendre inutiles les injections et les infusions. Une simple pilule à prendre au déjeuner suffirait pour les remplacer. Pour citer Keystone : « C'est une époque extraordinaire pour être rhumatologue; c'est une encore meilleure époque pour être patient. »

Commentaires

Partage X
Santé

De nouveaux traitements contre l'arthrite

Se connecter

S'inscrire