Santé

10 choses à savoir sur la légalisation du cannabis

10 choses à savoir sur la légalisation du cannabis

  Photographe : Unsplash | Rick Proctor

Santé

10 choses à savoir sur la légalisation du cannabis

Le 17 octobre, le Canada deviendra le premier pays du G7 à légaliser le cannabis à usage récréatif. Voici 10 choses à savoir sur cette nouvelle règlementation.

 

18 ANS

Ce sera l’âge légal pour acheter du cannabis à la SQDC. Et pas question d’y emmener nos enfants comme on peut le faire à la SAQ. Aucun mineur, même accompagné de ses parents, ne pourra entrer dans une succursale.

 

SQDC

Au Québec, la vente de marijuana sera autorisée uniquement dans les succursales de la Société québécoise du cannabis (SQDC), une filiale de la SAQ. Mais on ne trouvera pas de points de vente à tous les coins de rue! Seulement une vingtaine de succursales devraient ouvrir leurs portes le 17 octobre, notamment à Montréal, Québec, Trois-Rivières et Drummondville.

 

30 GR

À la SQDC, on pourra acheter du cannabis frais et séché, des huiles de cannabis ainsi que des accessoires liés à sa consommation, comme des pipes et du papier à rouler. Ces produits seront gardés derrière un comptoir. Il sera défendu d’acheter plus de 30 g de cannabis par visite, soit la quantité maximale permise sur soi. À la maison, on pourra posséder l’équivalent de 150 g de cannabis séché qu’il faudra bien sûr ranger dans un endroit sécuritaire, à l’abri des enfants.

 

LA CULTURE DU POT À DOMICILE

Ottawa et Québec ne s’entendent pas sur la question. La loi fédérale autorisera les adultes à cultiver jusqu’à quatre plants de cannabis par ménage à des fins personnelles, alors que la loi du Québec interdit toute culture de cannabis chez soi. Comme on est tenu de respecter la loi de la province où l’on habite, on ne pourra pas cultiver de pot sur notre balcon ou dans notre jardin. La Cour suprême pourrait toutefois en décider autrement si jamais un citoyen québécois se faisait arrêter pour culture de cannabis et intentait une poursuite devant les tribunaux pour contester la constitutionnalité de la loi.

 

CANNABIS ET LIEUX PUBLICS

Il sera interdit de fumer du cannabis partout où il est déjà défendu de fumer la cigarette, par exemple au travail, dans les hôpitaux, les écoles, les garderies, les bars, les restaurants et les aires de jeux pour enfants. En principe, on peut fumer dehors, mais on doit se trouver à plus de neuf mètres de toute porte ou fenêtre. La loi encadrant le cannabis au Québec va plus loin: elle ajoute une interdiction de fumer de la marijuana sur le terrain des établissements de santé, les campus (cégeps et universités), les pistes cyclables ainsi que les arrêts d’autobus et de trains.

 

FUMER CHEZ SOI

On pourra fumer du cannabis chez nous en toute légalité, mais il y a des exceptions. Certains locataires pourraient se voir priver de ce droit. En effet, les propriétaires pourront modifier un bail en cours en émettant un avis qui interdit la consommation de cannabis dans leurs logements. Ils auront 90 jours pour le faire après l’entrée en vigueur de la légalisation. Si l’on vit dans un condo, il sera permis de fumer dans notre logement, sauf si une très grande majorité (autour de 80-90 %) des copropriétaires s’y opposent par vote.

 

TEST DE DÉPISTAGE

Alco Prévention Canada a mis sur le marché un test urinaire de dépistage de drogues qui se vend au prix de 24,95 $. Approuvé par Santé Canada, le test détecte 12 drogues, dont le cannabis, et indique entre autres si le conducteur est apte à prendre le volant. Il faut uriner dans un pot, attendre 5 minutes et retirer l’étiquette pour analyser le résultat.

 

TOLÉRANCE ZÉRO

Il est défendu de conduire sous l’effet du cannabis. Les policiers du Québec auront une tolérance zéro pour toute présence de THC (la substance responsable de la sensation d’euphorie) dans le sang d’un conducteur. On ne pourra pas non plus fumer de la marijuana dans une voiture, que l’on soit conducteur ou passager.

 

NON AUX MUFFINS AU POT

La vente d’aliments au cannabis, comme les muffins ou les brownies au pot, ne sera pas permise, pas encore du moins, au dam de certains restaurateurs qui auraient bien aimé inclure de la marijuana dans des recettes. Il est toutefois possible qu’Ottawa modifie sa loi, plus tard en 2019, pour autoriser la vente de produits dérivés.

 

25 MILLIONS $

Au Québec, un fonds d’au moins 25 millions de dollars par année servira à financer des programmes de surveillance et de recherche concernant les effets du cannabis sur notre santé, de même que des activités de prévention sur les méfaits du cannabis.

 

POUR ALLER PLUS LOIN 

encadrementcannabis.gouv.qc.ca

Commentaires

Partage X
Santé

10 choses à savoir sur la légalisation du cannabis

Se connecter

S'inscrire