Nutrition

Végétarien - végétalien: régime alimentaire ou régime de pensée?

iStockphoto Auteur : Coup de Pouce Crédits : iStockphoto

Nutrition

Végétarien - végétalien: régime alimentaire ou régime de pensée?

Végétariens, végétaliens, pourquoi certaines personnes se refusent-elles à manger de la viande et tout produit alimentaire provenant d’animaux? Convictions? Religion? Incursion chez les adeptes du manger végé.

Albert Einstein a dit «Rien ne peut être aussi bénéfique à la santé humaine et augmenter les chances de survie de la vie sur terre, que d'opter pour une diète végétarienne». A-t-il raison?

Commençons par savoir ce qu'est une personne végétalienne ou végétarienne avant de comprendre les raisons de sa pratique.

Végétarien ou végétalien ?

L'alimentation est un besoin primaire. Jusqu'ici rien de nouveau. Pourtant, ce que chacun de nous ingère n'est pas universel et plus complexe que l'on ne le pense.

Certains se posent peu de questions et mangent quotidiennement ce qui leur est proposé de façon courante: viande, poisson, légumes, fruits, féculents, céréales, etc.

D'autres ont, par choix, décidé de ne pas consommer certains types d'aliments. C'est le cas de Guillaume. Végétarien depuis trois ans, il a éliminé de sa diète journalière la viande, la volaille et les produits de la mer. Les végétaliens, eux, vont encore plus loin. Ils ne se nourrissent que de produits végétaux, excluant les œufs et les produits laitiers.

Des diètes sans animaux

Les végés (-tariens et -taliens) ne sont pas des «cas» isolés car d'autres régimes alimentaires de ce type existent. Ils sont cependant plus spécifiques et moins fréquents:

- L'ovo-lacto-végétarien mange uniquement des œufs, des produits laitiers et du miel comme aliments d'origine animale.

- L'ovo-végétarien est plus converti que l'ovo-lacto-végétarien dans la mesure où il ne mange que des œufs.

- Le vegan (terme anglosaxon) est une personne qui en plus de se nourrir uniquement de végétaux évite d'utiliser des produits d'origine animale tels que la laine, le cuir ou la fourrure.

- Le crudivoriste ne mange que des aliments crus.

- Le fruitarien mange exclusivement des fruits, des noix, des graines et des matières végétales (cueillis évidemment sans abîmer la plante).

De tout temps, la viande et le poisson ont toujours fait partie du régime alimentaire des hommes et ce n'est pas Lucy, notre plus ancienne descendante, qui le démentira.

Sans avoir assisté à un cours de nutrition, les hommes de la préhistoire éprouvaient déjà le besoin d'intégrer des protéines animales dans leurs repas de tous les jours. Alors pourquoi les végétariens et végétaliens refusent-ils de consommer des animaux?

Le quotidien des végétariens en quelques mots

Le végétarisme concerne bon nombre d'adeptes avec des histoires toutes différentes.

Rodolphe raconte le moment où il a décidé de changer sa manière de consommer, il y a plus de six ans. «Avant, j'étais très viandard. Puis, du jour au lendemain, après y avoir mûrement réfléchi, j'ai arrêté de manger de la viande et je suis devenu végétalien».

Tout comme Guillaume, cette diète a été accompagnée d'une démarche intellectuelle à travers la lecture, notamment via Internet.

En l'interrogeant sur une éventuelle difficulté, il répond que «cela demande peut-être plus d'efforts pour veiller à avoir tous les apports en protéines, en fibres, en fer et donc peut-être plus de préparation, plus de cuisine. «La vraie difficulté est lorsque je vais dans certain pays, à l'étranger, où le mode alimentaire est basé sur la viande. Je suis obligé de faire des écarts, sinon je ne mange rien!».

Les deux végés s'accordent à dire que le végétarisme est un obstacle au lien social. Il est parfois difficile, selon eux, de faire comprendre leur choix, surtout dans des cultures où la gastronomie a une place importante.
Pour une alimentation saine

Les végétariens et les végétaliens sont des consommateurs soucieux d'une alimentation saine et équilibrée. L'absence de protéines animales dans leur régime les obligent donc à réfléchir pour compenser ce manque protéinique.

«Cela nous amène à réfléchir sur ce qu'on met dans la poêle, ce qu'on mange dans l'assiette et même à ce qu'on nous vend. C'est une manière d'aborder la vie. Une philosophie de vie en quelque sorte», explique Guillaume.

Il juge aussi important de se questionner lorsqu'on voit l'évolution de l'agriculture dans le temps. D'une agriculture aux techniques naturelles et traditionnelles, nous sommes passés à une production agricole intensive et industrialisée. Une agriculture où la science contribue. Coïncidence (ou pas) avec cette industrialisation intensive, les crises alimentaires telles que la vache folle, la grippe aviaire ou plus récemment porcine n'ont fait que confirmer le lien entre santé et alimentation, selon Guillaume. 

Pour une meilleure santé

Une étude scientifique a apporté sa pierre à l'édifice des végétariens et des végétaliens en démontrant un lien étroit entre viande rouge et cancer et en recommandant de la consommer avec modération.

Renée Frappier, présidente de l'association Manger Santé Bio, cite le faible taux de cancer du colon chez les végétariens pour souligner l'importance du lien entre l'alimentation et la santé. Elle-même dit se sentir très bien après plus de 30 ans de végétarisme. «Je viens de faire un bilan de santé et je me porte comme un charme!»

Renée Frappier recommande à tout le monde de se faire un repas végétarien de temps en temps, tout comme Rodolphe qui parle de l'augmentation de la pratique des lundis sans viande.

Végé par prescription religieus?

Les pratiques végétariennes et végétaliennes sont plus présentes dans certaines cultures ou communautés où les interdits et les prescriptions alimentaires sont régis par la religion.

C'est le cas du bouddhisme, de l'hindouisme et du taoïsme qui prescrivent le végétarisme ou le recommandent fortement. Ces religions largement représentées sur le continent asiatique font de l'Inde le pays où le végétarisme est le plus suivi au monde.

Une question d'éthique

«C'est évident que la question éthique entre en compte, notamment le bien-être animal», indique Guillaume lorsqu'il évoque les motivations qui l'ont conduit à devenir végétarien.

Ceci ne signifie pas pour autant que les adeptes du végétarisme sont des militants de la Peta et de son slogan «les hommes ont des droits, les animaux aussi».

Le bien-être animal est une notion selon laquelle toute souffrance animale inutile doit être évitée. Ainsi, pour une question d'éthique, ils se refusent à consommer de la viande pour généralement dénoncer une agriculture intensive et des conditions d'élevage abusives.

Motivation n°5 : un souci de protection de l'environnement

«On peut remarquer qu'il y a une explosion de la demande en viande dans le monde entier... Et il est certain que cette surconsommation entraine une saturation des ressources naturelles. Je pense à l'eau mais aussi aux  émissions de CO2 comme pour le transport».

Pour illustrer les propos de Rodolphe, voici un petit calcul rapide:  

Un bovin élevé dans un pays industrialisé nécessite en moyenne 73 litres d'eau par jour. Sachant que 590 400 bovins (vaches et veaux) pâturaient dans les prés du Quebec en 2009.

Il a donc fallu 15 731 208 m3 pour élever ce cheptel québécois  pendant un an.

Imaginez ce que cela peut représenter en termes de quantité d'eau pour tous les types d'agricultures au niveau du Canada, de l'Amérique du nord ou encore au niveau mondial. Cela laisse imaginer un chiffre impressionnant, non?

Peu importe la motivation, la diète végétarienne n'a rien de marginal et mérite de délaisser la viande de temps en temps. L'organisme ne s'en portera pas plus mal, bien au contraire!

Références

Manger Santé Bio

 

Rapport «l'ombre portée de l'élevage» de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture).

 

Fédération des producteurs de bovin au Québec

 

Commentaires
Partage X
Nutrition

Végétarien - végétalien: régime alimentaire ou régime de pensée?

Se connecter

S'inscrire