Nutrition

Mélanger boissons énergisantes et alcool masque l’ivresse

Mélanger boissons énergisantes et alcool masque l’ivresse

iStockphoto Photographe : iStockphoto Auteur : Coup de Pouce

Nutrition

Mélanger boissons énergisantes et alcool masque l’ivresse

Boissons énergisantes et alcool forment un mélange explosif qui masque les effets de l’ivresse et peut entraîner des comportements à risque.

Ce n'est pas d'hier qu'on mélange l'alcool et les boissons caféinées. Le rhum-coca est consommé depuis des décennies. Mais combiner de l'alcool avec des boissons énergisantes à haute teneur en caféine, comme Red Bull ou Monster, comporte des risques.

Les boissons énergisantes procurent une stimulation mentale et physique pour une courte période. Elles contiennent généralement beaucoup de sucre ainsi que de la caféine et des ingrédients comme la taurine, le ginseng ou le guarana, reconnus pour leurs effets stimulants. Mélangées à l'alcool, elles constituent un cocktail risqué puisque les deux substances agissent de façon diamétralement opposée. La caféine est un excitant du système nerveux central, tandis que l'alcool est un dépresseur.

La caféine et la taurine contenues dans les boissons énergisantes masquent les effets de l'alcool. Il faudra donc prendre davantage de celui-ci pour en ressentir les effets, ce qui augmente le risque de surconsommation. Normalement, lorsqu'on ingurgite de l'alcool, le corps envoie des messages: bouche sèche, mal de tête, étourdissements. Les boissons énergisantes annulent ces signaux, ce qui incite à continuer à boire.

Les jeunes, grands adeptes des mélanges de boissons énergisantes et d'alcool, auraient tendance à ne pas ressentir les effets de l'ivresse, même si leurs facultés sont affaiblies. Ils pourraient donc se sentir capables de conduire leur voiture malgré un haut taux d'alcoolémie ou se blesser et ne pas être en mesure de juger de la gravité de leur état.

Alcool, caféine et comportements dangereux

Une étude menée en 2008 par la Dre Mary Claire O'Brien de l'Université Wake Forest, en Caroline du Nord, a démontré la consommation d'alcool mélangé à des boissons énergisantes faisait doubler les risques, pour la personne qui le consomme, d'être victime de blessures et de traumatismes importants, de conduire en état d'ébriété ou encore de se retrouver dans une situation menant à une relation sexuelle à laquelle elle n'aurait pas consenti si elle avait été sobre.

L'Association québécoise des médecins du sport, qui a fait une revue de la documentation sur les boissons énergisantes, précise dans un avis publié en novembre 2010 que «le mélange boisson énergisante et alcool entraîne un faux sentiment de sécurité et d'invincibilité qui augmente la probabilité que des gestes criminels et dangereux soient posés, tels [que] des vols, des viols, ou la conduite automobile avec un taux d'alcoolémie élevée.»

Hausse de la consommation d'alcool

Les boissons énergisantes pourraient aussi favoriser la prise d'alcool, surtout chez les étudiants, qui en sont les principaux consommateurs, selon une étude effectuée par des chercheurs de la School of Public Health de l'Université du Maryland publiée en février 2011 dans le magazine Alcoholism: Clinical and experimental research. L'étude, menée auprès de 1 000 étudiants qui disaient consommer régulièrement des boissons énergisantes, a révélé que les individus qui boivent ce type de produits auraient tendance à devenir plus facilement alcooliques, à consommer des quantités d'alcool plus importantes, ou à connaître leurs premières ivresses plus jeunes.

Les boissons énergisantes et la santé

Les boissons énergisantes ont des effets néfastes même lorsqu'on les consomme sans alcool. La plupart contiennent une forte teneur en caféine, dissimulée sous plusieurs formes, et de la taurine, un acide aminé qui en augmente les effets. Et comme la teneur n'est pas indiquée sur les étiquettes, il est difficile de connaître la quantité de caféine ingérée.

La caféine est un excitant du système nerveux central. Consommée en trop grande quantité, elle peut entraîner perte de sommeil, irritabilité, anxiété, maux de tête, augmentation de la pression artérielle, accélération de la fréquence cardiaque, arythmie, brûlements d'estomac, dérangements gastro-intestinaux ainsi qu'une production importante d'urine provoquant la perte d'eau (déshydratation) et de minéraux (sodium, potassium, etc.).

La très forte acidité des boissons énergisantes crée aussi une usure prématurée de l'émail des dents, qui deviennent plus exposées, plus sensibles et surtout plus à risque de carier. L'érosion causée par l'acidité est irréversible.

Pas plus de deux boissons énergisantes par jour

Santé Canada n'a approuvé la vente d'aucune boisson énergisante alcoolisée, et souligne qu'il est interdit de prendre une boisson énergisante approuvée, comme celles qu'on trouve dans les dépanneurs et les épiceries, d'y ajouter de l'alcool et de la vendre. Le Ministère ajoute qu'une boisson énergisante alcoolisée serait évaluée en tant qu'aliment et non en tant que produit de santé naturel. Il recommande en outre de ne pas consommer plus de deux canettes de boissons énergisantes par jour et de ne pas mélanger ces produits à de l'alcool.

Peu de boissons énergisantes approuvées

Les boissons énergisantes sont considérées comme des produits de santé naturels (PSN), et à ce titre, elles devaient obtenir un numéro de produit naturel (NPN) avant le 31 décembre 2009. Toutefois, étant donné un retard de Santé Canada dans le processus d'approbation des PSN, certains de ceux-ci peuvent demeurer sur les tablettes s'ils ont reçu un numéro d'exemption. À l'heure actuelle, neuf NPN ont été attribués à des boissons énergisantes, mais plus d'une centaine d'entre elles demeurent sur le marché canadien. Santé Canada a rejeté 201 demandes d'homologation de ces produits, ce qui représente environ la moitié des dossiers lui ayant été présentés. Le nom des boissons énergisantes refusées n'a pas été rendu public.

  

Lire aussi: Les aliments naturels: pas toujours inoffensifs et Boissons énergisantes et sport: une association dangereuse pour le cœur.

  

  

Saviez-vous que?

Au début de 2011, neuf numéros de produit naturel (NPN) avaient été attribués à des boissons énergisantes, alors qu'il existe encore une centaine de ces produits sur le marché canadien.

Références

Les boissons énergisantes (dossier), Association pour la santé publique du Québec.

 

Les boissons énergisantes et le sport, énoncé de position, Association québécoise des médecins du sport, novembre 2010.

 

Alcool et boissons énergisantes: vraiment pas fort!, Éduc'alcool.

 

Energy drink consumption and increased risk for alcohol dependence, Amelia M. Arria, Kimberly M. Caldeira, Sarah J. Kasperski, Kathryn B. Vincent, Roland R. Griffiths, Kevin E. O'Grady, Alcoholism: Clinical and experimental research, volume 35, numéro 2, pages 365-375, février 2011.

 

Caffeinated cocktails: energy drink consumption, high-risk drinking, and alcohol-related consequences among college students, O'Brien MC, McCoy TP, Rhodes SD, Wagoner A, Wolfson M., Academic Emergency Medicine, volume 15, numéro 5, pages 453-460, mai 2008.

 

Commentaires

Partage X
Nutrition

Mélanger boissons énergisantes et alcool masque l’ivresse

Se connecter

S'inscrire