iStockphoto Photographe : iStockphoto Auteur : Coup de Pouce

De plus en plus d’aliments affichent les mentions biologique, organique, écologique ou biodynamique. Que signifient ces logos et certifications?

Une carotte peut être qualifiée de «biologique» quand elle a poussé sans intervention humaine ou presque. À l'inverse, une carotte cultivée avec l'aide d'engrais, d'irrigation massive, de fongicides, de pesticides et d'herbicides qui contaminent l'eau et l'air et qu'on ne manipule que revêtu d'un scaphandrier s'appelle tout simplement «carotte». Aussi, quand on paye plus cher pour des aliments biologiques, on veut être certain qu'ils le sont vraiment. La certification est notre seule garantie.

La popularité et l'espace occupé dans les épiceries par les produits biologiques augmentent chaque année. Mais n'appose pas son logo bio qui veut, puisque la mention «biologique» est régie par la Loi sur les appellations réservées du Québec. Les aliments qui affichent cette mention - elle ou l'un de ses équivalents: bio, organique, écologique et biodynamique - doivent être certifiés par un organisme reconnu par le Conseil des appellations agroalimentaires du Québec (CAAQ). Ce dernier est également chargé de reconnaître la conformité des organismes qui certifient les produits importés. La liste des certificateurs et des logos est régulièrement mise à jour par le CAAQ. Elle est notamment disponible sur son site.

Un peu, beaucoup, passionnément bio

Un fruit est bio ou il ne l'est pas. Idem pour un oeuf ou du lait. Par contre, une foule d'aliments transformés du commerce n'ont pas un statut aussi clair. En effet, bio ne veut pas nécessairement dire bio à 100 %... Voyons un peu les règles.

  • «Biologique». Terme réservé aux aliments dont au moins 95 % des ingrédients, en poids ou en volume, sont biologiques.
  • «Contient X % d'un ou plusieurs ingrédients biologiques». Mention réservée aux produits qui renferment entre 70 % et 95 % d'ingrédients bios.
  • Dans une proportion moindre que 70 % d'ingrédients bios, l'allégation biologique ne peut pas être mise en valeur sur l'emballage. Le fabricant doit se contenter d'une mention sur la liste des ingrédients.

Selon les Normes biologiques de référence du Québec, l'emballage des produits des deux premières catégories doit porter le nom de l'organisme qui les a certifiés ou vérifiés. L'affichage du logo est optionnel, et il est carrément interdit aux produits de la troisième catégorie. Son étiquette doit porter la mention «Vérifié biologique par...», sans plus.

Pour démêler les subtilités relatives à l’étiquetage bio, La Fondation du Barreau du Québec a publiée, en juillet 2011, L'étiquetage des produits alimentaire et le développement durable, un guide pratique gratuit disponible en ligne. Il a pour objectif d’aider les consommateurs à mieux lire et comprendre les différents labels et de présenter les règles juridiques concernant l’étiquetage des aliments bios, ceux des organismes génétiquement modifiés (OGM) et des produits issus du commerce équitable.

Des normes pour la production bio

Toutes les productions qui existent en version bio, des fruits et légumes aux céréales en passant par le sirop d'érable, les oeufs, la volaille, le boeuf et le poisson d'élevage, sont encadrées. Quels produits utiliser pour fertiliser les plants et contrôler les insectes ravageurs? Quelle nourriture donner aux animaux et quel espace leur laisser? Ces points et de nombreux autres se retrouvent dans les cahiers des charges des producteurs. Il existe des normes qui dictent toutes les exigences reliées à la culture et à l'élevage. Rien n'est laissé au hasard.

Biologique Canada pour un Canada biologique! 

Le Québec fait figure de proue dans ce domaine puisque, jusqu'à tout récemment, il était la seule province canadienne à obliger la certification des produits biologiques, c'est-à-dire à réglementer cette appellation. Les choses ont changé en juin 2009, date à laquelle le Canada a instauré un règlement afin que tous les produits biologiques destinés au commerce interprovincial et international soient certifiés. Il s'est également doté d'un logo «Biologique Canada». Cela dit, le système d'accréditation actuellement en vigueur dans la Belle Province, de même que les logos qu'on connaît, sont toujours valides.

Autocollants révélateurs

Les petites étiquettes de forme ovale apposées sur les fruits et les légumes vendus à l'unité et en vrac veulent dire quelque chose! Pour les commerçants, le code qu'elles portent facilite la collecte d'informations et les inventaires. Pour les consommateurs, il est une autre façon de confirmer que leurs achats sont biologiques. En effet, l'attribution des codes respecte une logique: celui de tous les fruits et légumes bios débute par un 9.

  

Lire aussi: Les produits biologies plus nutritifs? et Vaut-il mieux manger bio ou local?

Sources

Agence canadienne d'inspection des aliments. Règlement sur les produits biologiques de la Loi sur les produits agricoles au Canada, disponible sur le site Web du Ministère de la Justice Canada

 

Conseil des appellations agroalimentaires du Québec (CAAQ). Normes biologiques de référence du Québec, document en ligne.

 

International Federation for Produce Standards. Produce PLU, a users' guide 2006, document en ligne.

Commentaires
Partage X
Nutrition

Aliments biologiques: au-delà des logos et des certifications

Se connecter

S'inscrire