Guide des maladies

Ulcère cornéen

Ulcère cornéen

Guide des maladies Photographe : iStock Auteur : Coup de Pouce

Guide des maladies

Ulcère cornéen

Érosion de la cornée causée par des traumatismes ou des infections.

L'ulcère cornéen est le plus souvent associé à une infection de nature bactérienne (p. ex. staphylocoque, pseudomonas, pneumocoque), virale (kératite herpétique), fongique (champignon) ou parasitaire de la cornée. Outre l'infection, l'ulcère de la cornée peut être secondaire à un traumatisme ou à la présence d'un corps étranger dans la cornée. Il peut aussi accompagner certaines maladies auto-immunes et être favorisé par les états d'immunosuppression.

Des yeux secs comme dans le syndrome de Sjögren, les carences en vitamine A ou en protéines, des anomalies palpébrales (p. ex. entropion) qui exposent la cornée à l'air libre, le port de lentilles de contact durant la nuit sont autant de causes d'irritation de la cornée, d'abrasion, d'ulcération et conséquemment de surinfection. 

L'ulcère cornéen se manifeste par des douleurs oculaires, un larmoiement, une vision trouble, un écoulement, une sensibilité à la lumière et une rougeur de l'oeil. Plus l'ulcère est profond, plus les symptômes sont marqués.

L'oeil doit être évalué précocement au biomicroscope (lampe à fente) pour vérifier les dommages éventuels de la cornée et, selon le cas, permettre de procéder à des prélèvements (cultures bactériennes et autres).

Une évaluation médicale de toutes les causes suspectées est également indiquée.

Quelles sont les complications d'un ulcère cornéen?

Les complications à surveiller sont la formation de cicatrices cornéennes, la perte de vision et parfois la perte d'un oeil.

Le traitement initial est essentiellement médical et dépend de la cause de l'ulcère. Il doit être appliqué aussitôt que possible afin de prévenir des complications plus graves. En cas d'infection, le traitement repose sur l'utilisation de gouttes ou d'onguents ophtalmiques contenant antibiotiques, antiviraux ou antifongiques efficaces contre le germe en cause. Il est fréquemment associé à des gouttes contenant un corticostéroïde pour réduire l'inflammation. En présence d'anomalies du balayage du film lacrymal ou de la production lacrymale, des correctifs devront être apportés comme la correction chirurgicale de l'ectropion ou l'adjonction de larmes artificielles ou de lubrifiant cornéen.

Commentaires

Partage X
Guide des maladies

Ulcère cornéen

Se connecter

S'inscrire