Troubles bipolaires

Guide des maladies Photographe : iStock Auteur : Coup de Pouce

Trouble caractérisé par la variabilité des humeurs.

Lorsqu'on procède à l'analyse des différents types de variations de l'humeur, il est très important de distinguer les variations normales que l'on retrouve chez tout individu et les variations plus importantes qui peuvent être symptomatiques des troubles bipolaires, anciennement appelé maniaco-dépression.

En effet, nous vivons tous des moments d'excitation et de déprime qui sont habituellement en rapport avec les facteurs sociaux, psychologiques ou biologiques dont nous subissons les effets. Il est par exemple normal que l'humeur d'une personne nouvellement amoureuse soit à la hausse alors que cette même personne vivra une période de déprime si elle perd l'être cher. Il s'agit là de réactions prévisibles même si chaque individu réagit différemment aux divers facteurs influençant l'humeur.

Toutefois, quand les cycles de la variation de l'humeur prennent des dimensions démesurées, et dans le temps et dans leur intensité, ces phénomènes peuvent être attribuables à un trouble bipolaire.

Comme chez tout individu, on remarquera également chez la personne atteinte de maladie bipolaire des périodes d'accalmie où celle-ci fonctionne de façon que l'on peut qualifier de normale.

Les différents cycles des troubles bipolaires

Chez la personne bipolaire, les périodes de dépression et de manie peuvent varier de quelques jours à quelques mois.

Cycles longs : plusieurs mois en phase dépressive et plusieurs mois en phase de manie.

Cycles courts (rapides) : au moins 4 cycles par année de dépression et de manie, d'une durée de quelques semaines.

Phases mixtes : les symptômes de dépression et de manie sont présents dans la même journée.

Les différents types de troubles bipolaires et ses manifestations
Troubles bipolaires
Caractéristiques
Réaction de la personne atteinte
Réaction de l'entourage
Type 1

Alternance de dépression majeure (profonde) et de phases de manie

Durant la phase de manie : ne ressent aucune inquiétude

Durant la phase de manie : ressent une grande inquiétude

Durant la phase dépressive : se sent inquiète

Durant la phase dépressive : se sent rassuré

Type 2

Présence de dépression majeure (profonde) et hypomanie (phases de manie moins sévères)

Durant la phase de manie : sensation agréable

Durant la phase de manie : sensation agréable

Durant la phase dépressive : sensation pénible

Durant la phase dépressive : sensation pénible

Type 3

Cyclothymie (petits cycles très rapides de hauts et de bas)

Fluctuations à long terme

Fluctuations à long terme

Quelques données sur les troubles bipolaires
  • Près de 4% de la population souffrent d'un trouble bipolaire
  • Les troubles bipolaires se retrouvent dans tous les groupes de la société et à travers tous les pays du monde
  • Cette maladie est fréquente dans les milieux socio-économiques favorisés, car la personne atteinte a une énergie au-dessus de la normale. Cette constatation est attribuée notamment au fait que cette personne s'investit totalement au travail et réussit donc mieux au niveau professionnel
  • L'histoire familiale présente habituellement d'autres cas de maladie bipolaire qui laissent voir les facteurs héréditaires suivants:

-          20-25% avec un parent bipolaire

-          50-75% avec deux parents bipolaires

-          80% avec un jumeau identique bipolaire

-          20% avec un jumeau non-identique bipolaire.

En phase dépressive :
  • Humeur dépressive présente presque toute la journée, presque tous les jours, et ce, pendant au moins 2 semaines.
  • Troubles du sommeil (insomnie ou hypersomnie).
  • Troubles de l'appétit avec perte ou gain de poids.
  • Perte d'énergie et fatigue.
  • Perte de l'intérêt et du plaisir.
  • Ralentissement ou agitation psychomoteur.
  • Baisse de concentration ou de l'aptitude à penser ou indécision.
  • Sentiments de culpabilité.
  • Pensées de mort récurrentes (dans 60% des cas), idées suicidaires récurrentes (dans 15% des cas).
Symptômes associés
  • Anxiété
  • Retrait social
En phase de manie :
  • Estime de soi augmenté ou idées de grandeur.
  • Réduction du besoin de sommeil.
  • Parole augmentée ou volonté de parler sans arrêt.
  • Pensées rapides ou sensations d'un trop plein d'idées.
  • Distractivité: incapacité à fixer son attention.
  • Recrudescence de l'activité sur les plans social, professionnel, scolaire ou agitation psychomotrice.
  • Plaisirs augmentés, de façon excessive et à haut risque de conséquences négatives: achats, sexualité, investissements financiers.
Facteurs biologiques

1.     Au niveau génétique : certains chercheurs ont localisés des régions

chromosomiques où se trouvent des gênes de susceptibilité aux troubles affectifs.

2.     Au niveau hormonal : on note des changements chez les glucocorticoïdes, que l'on retrouve chez la femme et l'homme ainsi qu'une baisse de la fonction immunitaire.

3.     Au niveau des neurotransmetteurs 

En phase dépressive : une baisse de la sérotonine qui entraîne des sentiments dépressifs, d'anxiété et des pensées obsédantes ainsi qu'une perte de sommeil et une diminution de l'appétit; une baisse de noradrénaline qui provoque une perte d'énergie, une perte de motivation ainsi que des pensées négatives; une baisse de la dopamine qui entraîne une diminution des sentiments de plaisir et une difficulté au niveau de la concentration.

En phase de manie : une hausse du taux de noradrénaline provoque une augmentation considérable d'énergie, de plaisir à tout prix et de pensées exaltantes.

Facteurs psychologiques

En phase de manie, certaines manifestations psychologiques peuvent survenir:

  • Une réaction anti-dépressive développée par la personne atteinte pour contrer la dépression.
  • Diverses distorsions cognitives affectant les pensées.

En phase dépressive, on note régulièrement les réactions suivantes:

  • Un sentiment de rejet et de perte face aux personnes aimées, et ce, même si celles-ci sont encore près d'elle.
  • Une sévérité envers sa propre personne, une conscience très rigide en rapport avec elle, une volonté de se punir pour tout ce qu'elle a fait de mauvais dans le passé.
  • Des pensées négatives, une certitude d'être une mauvaise personne, que tout ce qui l'entoure est mauvais et que tout sera toujours mauvais.
  • Une impression que la vie est sans valeur, sans espoir et qu'il n'y a pas d'aide possible.

Les traitements psychologiques, biologiques et communautaires des troubles bipolaires ont pour but d'améliorer l'état général de la personne atteinte en tenant compte des différents facteurs biopsychosociaux en cause.

Les psychothérapies

En début de traitement, les psychothérapeutes peuvent venir en aide aux personnes atteintes de la façon suivante:

  • En offrant du support et de l'information à la personne bipolaire.
  • En organisant des rencontres d'information avec la famille.
  • En impliquant le malade dans son processus de recouvrement de sa santé physique et mentale.

En période de crise, la personne en dépression majeure peut recevoir une aide individuelle spécifique:

  • Via une thérapie cognitivo-comportementale.
  • Via une thérapie interpersonnelle.

Après la période de crise, le processus suivant pourra être entrepris:

  • Une thérapie plus en profondeur avec la personne.
  • Une démarche thérapeutique impliquant les proches.

Durant tout ce processus, la référence de la personne atteinte d'un trouble bipolaire et de ses proches à des organismes communautaires, tel REVIVRE, s'avère plus qu'essentielle.

Le traitement biologique

Dans un premier temps, les troubles bipolaires sont habituellement traités à l'aide de stabilisateurs de l'humeur: lithium, anti-convulsivants.

Le médecin peut également prescrire certains autres traitements pour augmenter les effets du stabilisateur d'humeur, s'il y a intolérance. Citons entre autres:

  • Les anxiolytiques
  • Les neuroleptiques atypiques.
En conclusion

Si vous croyez souffrir d'un trouble bipolaire ou que l'un de vos proches vous semble atteint de cette maladie, n'hésitez surtout pas à consulter votre médecin de famille. Celui-ci est probablement en mesure de traiter cette maladie ou de référer une personne maniaco-dépressive à un autre professionnel de la santé mentale habilité à la soigner.

Commentaires

Partage X
Guide des maladies

Troubles bipolaires

Se connecter

S'inscrire