Guide des maladies

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien

Guide des maladies Photographe : iStock Auteur : Coup de Pouce

Guide des maladies

Syndrome du canal carpien

Compression du nerf médian dans le canal carpien au niveau du poignet. (LMEA)

Le syndrome du canal carpien est une affection qui cause une compression du nerf médian.

Le nerf médian est le grand nerf qui descend le long du bras et traverse la peau du pouce, de l'index, du majeur et de la moitié de l'annulaire. Il actionne aussi les muscles de la base du pouce. Il pénètre la main par l'orifice étroit de l'articulation du poignet. Les os du poignet se trouvent sur la face dorsale du poignet, tandis que le ligament carpien, une sorte de bande rigide, en traverse la face palmaire. Le ligament à l'avant et les os à l'arrière forment un passage très étroit et rigide, appelé le canal carpien. Ce canal est également traversé par plusieurs tendons, mais c'est le nerf médian, d'une fragilité extrême, qui est le plus vulnérable.

Dans le syndrome du canal carpien, le nerf médian subit une compression lorsqu'il traverse le canal carpien au niveau du poignet. Lorsqu'un nerf subit un choc ou est soumis à une pression continue, il se produit des changements sensoriels, tels que fourmillements ou engourdissements. Se cogner le coude au niveau du nerf cubital, par exemple, déclenche des fourmillements ou de l'engourdissement dans les doigts. Lorsque la pression se prolonge, le muscle alimenté par le nerf perd de sa force motrice. Il nous est tous arrivé de nous asseoir les jambes croisées et de constater qu'après un moment elles étaient engourdies et que, lorsque nous essayions de marcher, les muscles de nos jambes étaient temporairement paralysés. C'est le même phénomène qui se produit dans le syndrome du canal carpien, si ce n'est que la pression et les symptômes durent plus longtemps.

Lire notre dossier sur les maladies du toucher.

 

Dans bien des cas, la cause du syndrome du canal carpien est inconnue et il semble se manifester sans raison apparente. Il est parfois associé à une blessure du poignet. Diverses formes d'arthrite peuvent aussi causer l'inflammation de la gaine de l'articulation du poignet et exercer une pression sur le nerf médian à ce niveau.

Le syndrome du canal carpien serait également attribuable aux passe-temps et métiers où la main et le poignet sont constamment sollicités dans des activités répétitives, comme c'est le cas chez les ouvriers du bâtiment et les charpentiers, les personnes qui travaillent au conditionnement du poisson, de la viande et de la volaille, les coiffeurs, les personnes qui font de la broderie ou du tricot, ainsi que les dactylographes et les personnes qui travaillent à l'ordinateur.

On a aussi associé ce syndrome au diabète, à la grossesse et aux changements hormonaux. En effet, certaines femmes enceintes ont les mains et les pieds enflés pendant et après leur grossesse ou durant la ménopause.

Le syndrome du canal carpien est-il fréquent ?

Le syndrome du canal carpien peut frapper à tout âge, mais se manifeste le plus souvent chez les personnes de 50 ans et plus. Les femmes y sont plus vulnérables que les hommes. Il a également été noté chez des jeunes de 20 à 40 ans, surtout des hommes, dans le cadre d'activités intenses où on utilise le talon de la main et le poignet.

Il arrive que le syndrome du canal carpien frappe soudainement, mais en général il est progressif. Il peut toucher une seule main ou les deux. Il se manifeste initialement par de la douleur, des fourmillements ou de l'engourdissement dans le pouce ou les doigts, sauf dans le petit doigt. En général, seule la face intérieure de l'annulaire est touchée.

La douleur peut se transmettre de la main au bras et, parfois, au coude. Vous aurez parfois l'impression que vos doigts sont 'gros' et 'gonflés'. Ces symptômes sont généralement plus intenses la nuit, surtout lorsque la main est au chaud sous les couvertures. Bon nombre de personnes ressentent un soulagement en sortant sa main de dessous les couvertures pour la refroidir.

Vous noterez peut-être aussi une faiblesse dans la main, rendant difficiles les mouvements de pincement et de préhension avec le pouce, et les choses vous échapperont peut-être des mains plus qu'à l'accoutumée.

Les muscles de la base du pouce et de la paume deviendront peut-être plus minces que ceux de l'autre main ou diminueront de taille. En général, la fonte des muscles apparaît à un stade avancé de la maladie et uniquement quand les symptômes d'engourdissement, de fourmillements et autres sont présents depuis quelque temps.

Si votre médecin croit que vous êtes atteint du syndrome du canal carpien, il examinera la région touchée et effectuera peut-être certains tests spécifiques ou manoeuvres qui provoquent des fourmillements et/ou de la douleur dans la main. Il s'agit du signe de Tinel qui consiste à taper légèrement du doigt sur la face dorsale du poignet ou encore le test de Phalen dans lequel le poignet est maintenu en flexion maximale pendant quelque temps.

Lorsque le diagnostic est incertain et que le problème persiste, le médecin recommandera peut-être une électromyographie. Ce test est habituellement pratiqué dans un service spécialisé. Il consiste à stimuler électriquement les nerfs à partir de divers points du bras et de l'avant-bras et à mesurer avec précision la vitesse de transmission du message à la main. Il arrive que le message soit transmis normalement dans le bras et l'avant-bras, mais qu'il soit ralenti ou moins intense lorsqu'il atteint le poignet.

En général, les radiographies ne révèlent rien d'anormal, à moins qu'il n'y ait une modification évidente de la structure osseuse due à d'anciennes fractures ou à des lésions arthritiques. Les analyses de sang sont, elles aussi, normales, sauf en présence de maladies susceptibles de contribuer au problème, comme la polyarthrite rhumatoïde.

Une fois le diagnostic confirmé, on peut avoir recours à divers traitements pour soulager la douleur, réduire la raideur et restaurer les sensations dans le site atteint et prévenir l'aggravation du problème. Votre participation à la mise au point de votre plan de traitement est essentielle.

Les médicaments

À faible dose, les AINS soulagent la douleur et, à plus forte dose, ils soulagent l'inflammation. On peut se procurer des AINS, tels que l'AAS (Aspirine, Anacine, etc.) et l'ibuprofène (Motrin IB, Advil, etc.), sans ordonnance. Par contre, certains AINS ne peuvent être vendus que sur ordonnance, comme par exemple, le Naprosyn, le Relafen, l'Indocid, le Voltaren, le Feldene et le Clinoril. L'effet anti-inflammatoire des AINS et de l'AspirineMD est sensiblement le même lorsqu'on prend la dose complète, mais le soulagement peut varier d'une personne à une autre et d'un médicament à l'autre. Prendre plus d'un AINS à la fois accroît la possibilité d'effets secondaires, en particulier de maux d'estomac comme les brûlures d'estomac, les ulcères et les saignements. Les personnes qui prennent ces médicaments devraient songer à prendre aussi un médicament pour protéger leur estomac, tel que le misoprostol (Cytotec).


Lorsque les AINS ne donnent pas les résultats escomptés, de la cortisone est souvent administrée sous forme d'injection directement dans l'articulation. La cortisone est un stéroïde qui soulage l'inflammation et réduit le gonflement et la douleur. Une seule injection peut procurer un soulagement presque immédiat lorsque l'articulation est douloureuse, gonflée et enflammée. Cependant, ce traitement ne peut être utilisé que dans des cas rares, parce que les corticostéroïdes risquent d'affaiblir le cartilage et de causer une déminéralisation des os (donc une moins grande résistance) et, par conséquent, d'entraîner une plus grande fragilité de l'articulation.

Chirurgie

Si les autres traitements n'ont pas donné les résultats désirés et que les symptômes persistent, vous et votre médecin déciderez peut-être de recourir à la chirurgie pour soulager la compression du nerf médian. Cette opération s'appelle dégagement du canal carpien.

Ce type d'intervention se pratique habituellement dans les services de consultations externes ou de chirurgie de jour et, s'il y a hospitalisation, le séjour est minimum. Les patients récupèrent très vite, bien qu'un rétablissement complet puisse prendre plusieurs semaines. On recommandera de ne pas trop utiliser la main et le poignet opérés pendant une semaine ou deux, pour favoriser la guérison. Les personnes qui font des travaux manuels pénibles doivent éviter ce type d'activités pendant plusieurs semaines. Les résultats de l'opération dépendent de deux choses : du temps qui s'est écoulé depuis la perte de sensation et du degré d'atrophie musculaire.

Chaud / Froid

La chaleur et le froid peuvent procurer un soulagement temporaire de la douleur. L'application de chaleur soulage la douleur et la raideur en relaxant les muscles endoloris et en stimulant la circulation sanguine dans la région affectée. Selon certains, la chaleur risquerait d'exacerber les symptômes lorsque l'articulation est déjà enflammée. Par contre, le froid provoque un resserrement des vaisseaux sanguins et bloque l'influx nerveux dans l'articulation, ce qui a pour effet d'engourdir la région endolorie. L'application d'un sac de glace ou d'une compresse froide soulage l'inflammation et serait, par conséquent, la méthode de choix lorsque l'articulation est enflammée

Protégez vos articulations

Protéger vos muscles et vos articulations veut dire vous en servir de façon à éviter de les soumettre à un trop grand stress. L'un des avantages que vous en tirerez sera d'avoir moins de douleur et moins de difficulté à accomplir les tâches que vous entreprendrez. Il existe trois grands principes pour protéger vos muscles et vos articulations : ménagez vos efforts, utilisez efficacement vos articulations et servez-vous d'aides fonctionnelles.

Faites alterner travaux légers et travaux exigeants ou répétitifs, afin de réduire le stress sur les articulations endolories et de donner aux muscles affaiblis une occasion de se reposer.

Il est important de cesser ou de modifier toute activité susceptible de contribuer au problème. Les sculpteurs sur bois, par exemple, devraient utiliser un marteau au lieu de taper avec la main sur leur ciseau, et les personnes qui passent de longues heures à tricoter et sentent leurs mains s'engourdir devraient s'interrompre régulièrement.

Utilisez efficacement vos muscles et vos articulations en adoptant une position correcte pour éviter les efforts inutiles. Utilisez les articulations les plus grandes et les plus fortes pour porter de lourdes charges. Par exemple, utilisez une bandoulière au lieu d'un sac à main. Évitez de garder la même position trop longtemps.

Utilisez des outils pratiques, comme les chariots à bagages, les chariots à épicerie et les manches de rallonge, qui faciliteront l'exécution de vos tâches quotidiennes. Les petits appareils électroménagers, comme le four à micro-ondes, le robot culinaire ou le robot boulanger, vous seront utiles dans la cuisine.

Songez à utiliser une attelle si votre articulation est enflammée, instable ou mal alignée. L'attelle assurera un repos à votre articulation la nuit et la maintiendra dans une position confortable, le jour, pendant que vous travaillez. Cela se traduira par un soulagement de la douleur, du gonflement et de la raideur articulaires. Votre médecin peut vous envoyer voir un thérapeute qui déterminera quel genre d'attelle vous convient le mieux.

Relaxation

Relaxer les muscles situés dans la région enflammée soulage la douleur. Il y a plusieurs façons de se détendre. Essayez des exercices de respiration. Écoutez de la musique ou des cassettes de relaxation. Méditez ou priez. Une autre façon de se détendre est de s'imaginer en train de faire une activité agréable comme être étendu sur une plage ou assis devant un feu de foyer. L'apprentissage de stratégies de relaxation et d'adaptation est un moyen de mieux maîtriser votre arthrite et de voir les choses sous un jour plus positif.

Commentaires

Partage X
Guide des maladies

Syndrome du canal carpien

Se connecter

S'inscrire