Guide des maladies

Syndrome de choc toxique staphylococcique

Syndrome de choc toxique staphylococcique

Guide des maladies Photographe : iStock Auteur : Coup de Pouce

Guide des maladies

Syndrome de choc toxique staphylococcique

Affection grave causée par des staphylocoques producteurs d’exotoxines.

Le syndrome de choc toxique est une affection grave causée par des staphylocoques producteurs d'exotoxines. Il est associé à une hypotension, un état de choc, de la fièvre et une rougeur généralisée de la peau ou très étendue accompagnée de desquamation.

Qu'est-ce que le syndrome de choc toxique?

Le syndrome de choc toxique est une maladie rare et grave connue surtout depuis le début des années 1980 alors qu'une épidémie de cette affection s'est déclarée chez des femmes en période menstruelle qui ont utilisé un type de tampon superabsorbant maintenant retiré du marché. L'incidence a par la suite diminué. Aujourd'hui, on constate que la moitié des cas de syndrome de choc toxique ne sont pas reliés à l'utilisation de tampon et peuvent survenir suite à une chirurgie, une blessure ou un accouchement. On pense que les exotoxines produites par le staphylocoque sont les responsables du problème.

Le début en est habituellement brutal avec présence de fièvre élevée accompagnée de maux de tête et de gorge, des rougeurs des yeux (conjonctivite), des étourdissements et de la confusion, des vomissements et diarrhées pouvant provoquer une déshydratation, des douleurs musculaires et des rougeurs de la peau semblables à des coups de soleil qui seront suivies d'une desquamation (décollement de l'épiderme en lamelles) au niveau des paumes et des plantes quelques jours à une semaine après le début de la maladie. La maladie se répercute aussi au niveau hématologique (anémie, hausse des globules blancs, une baisse puis une hausse des plaquettes), hépatique (augmentation de certains enzymes), rénal (augmentation de l'urée) et cardiovasculaire (présence d'enflure ou oedème, variation de la tension artérielle). Dans les cas les plus graves, elle peut évoluer très rapidement (en 48 heures) vers des baisses de pression (hypotension) marquées, une syncope, un état de choc et finalement le décès. Le taux de mortalité varie entre 8 et 15%. Une femme qui a déjà souffert d'un tel problème encourt un risque plus grand d'une récidive.

Le traitement vise avant tout à traiter l'état de choc provoqué par l'infection et à rétablir l'état d'hydratation du patient. Si les tampons sont impliqués, ils doivent être immédiatement retirés. Un traitement aux antibiotiques est impératif et doit être efficace contre le type de germe impliqué.

Afin de réduire les risques d'un syndrome de choc toxique relié à l'utilisation de tampons, il importe d'utiliser, de préférence au début des règles, des tampons ayant le pouvoir absorbant minimal nécessaire pour répondre aux besoins de la femme, de les changer fréquemment (toutes les 4 à 8 heures), d'éviter d'en porter la nuit, de ne pas oublier de les enlever, d'utiliser en alternance les tampons et un moyen de protection externe et de toujours assurer une bonne hygiène des mains avant et après l'insertion du tampon.

Commentaires

Partage X
Guide des maladies

Syndrome de choc toxique staphylococcique

Se connecter

S'inscrire