Guide des maladies

Prolapsus génitaux

Prolapsus génitaux

Guide des maladies Photographe : iStock Auteur : Coup de Pouce

Guide des maladies

Prolapsus génitaux

Descente d'un organe à travers le vagin.

De nombreuses femmes peuvent développer un prolapsus génital, c'est-à-dire la descente d'un organe à travers le vagin. La forme la plus connue est la cystocèle (descente de la vessie), mais d'autres types existent que l'on verra plus loin.Les grossesses et les accouchements semblent avoir un impact majeur. D'autres conditions peuvent vous mettre à risque de développer un prolapsus tel que : l'obésité, le tabagisme et la toux chronique, la constipation et le fait d'avoir subit une hystérectomie. Vous pouvez donc agir sur ces facteurs de risques en perdant du poids, en cessant de fumer et en mangeant plus de fibres.

La Cystocèle

Il s'agit d'une descente de la vessie dans le vagin, la paroi du vagin s'étire pour laisser la place à la vessie. Les principaux symptômes sont: impression de masse ou de pression dans le vagin, sensation d'irritation dans le vagin, impression de ne pas bien vider sa vessie. La cystocèle peut s'accompagner d'incontinence urinaire, c'est-à-dire de pertes d'urine involontaires. L'incontinence et la descente de la vessie ne sont pas toujours ensemble et ne se traitent pas de la même manière.

La rectocèle

Il s'agit du bombement du rectum contre la paroi du vagin. Les symptômes sont: impression de masse ou de pression dans le vagin, sensation d'irritation dans le vagin, impression de ne pas vider complètement le rectum et constipation. Certaines femmes doivent appuyer contre le vagin avec les doigts pour évacuer plus facilement les selles.

Le prolapsus utérin

Il s'agit d'une descente de l'utérus dans le vagin. Les symptômes sont surtout une sensation de masse dans le vagin et parfois une douleur ou une lourdeur dans le bas du dos. Le prolapsus utérin accompagne souvent un autre prolapsus comme la cystocèle.

La colpocèle

Il s'agit d'une descente du fond du vagin chez les femmes qui ont subi l'hystérectomie dans le passé. Les symptômes sont les mêmes que ceux du prolapsus utérin.

L'entérocèle ou élytrocèle

C'est le bombement du petit intestin à travers le vagin. En fait, on la retrouve surtout avec la colpocèle et on la traite de la même façon.
La Cystocèle

Pour les cystocèles légères à modérées, des traitements de physiothérapie peuvent réduire l'importance du prolapsus et vous rendre plus confortable. Il existe aussi des petites prothèses à mettre dans le vagin que l'on nomme pessaires. Les pessaires ont généralement la forme d'anneau en silicone, ils sont efficaces et généralement bien tolérés, mais comme tout corps étranger, ils demandent des soins particuliers. Vous pouvez également vous faire opérer; il s'agit généralement d'une courte chirurgie par voie vaginale (par les voies naturelles) avec une période de convalescence de 4-8 semaines. Vous devrez éviter les efforts importants, la levée de poids et les relations sexuelles. Cette chirurgie est généralement efficace, mais il y a toujours un risque de récidive.

La rectocèle

Pour les rectocèles légères à modérées, des traitements de physiothérapie peuvent réduire l'importance du prolapsus et vous rendre plus confortable. Il existe également des pessaires pour les rectocèles. Il s'agit aussi d'une courte chirurgie par voir vaginale qui vous demandera une convalescence de 4-8 semaines. Dans le cas de la rectocèle, il sera important de modifier vos habitudes de vie (manger plus de fibres et boire plus) pour éviter la constipation.

Le prolapsus utérin

Outre le pessaire, le traitement est surtout chirurgical. L'hystérectomie est souvent proposée avec la re-suspension du vagin. Cette chirurgie est généralement réalisée par les voies naturelles. Dans certains cas, une chirurgie qui nécessite d'ouvrir l'abdomen peut être plus appropriée. Il est rare que l'on puisse régler le problème sans enlever l'utérus. Il existe quelques solutions pour les femmes qui désirent garder l'utérus.

La colpocèle

Outre le pessaire, le traitement est chirurgical et il existe des opérations par voie vaginale et aussi par l'abdomen. Votre gynécologue pourra vous expliquer les avantages et les inconvénients de chacune des techniques et laquelle semble convenir à votre condition de santé et à votre problème. Le même traitement s'applique pour l'entérocèle ou l'élytrocèle.

Conclusion
Bien que parfois très inconfortables, les prolapsus son fréquents après la ménopause et ne représentent généralement pas un danger pour votre vie. Si vous désirez soulager vos symptômes, vous pouvez discuter avec votre gynécologue des traitements disponibles. Ceux-ci vont de la physiothérapie à la chirurgie. La vaste majorité des chirurgies vous permettent de garder une fonction sexuelle normale après votre convalescence. De bonnes habitudes de vie pourront également vous aider.

Commentaires

Partage X
Guide des maladies

Prolapsus génitaux

Se connecter

S'inscrire