Guide des maladies

Paranoïa / Paranoïa délirante / Délire paranoïaque / Psychose paranoïaque

Paranoïa

Guide des maladies Photographe : iStock Auteur : Coup de Pouce

Guide des maladies

Paranoïa / Paranoïa délirante / Délire paranoïaque / Psychose paranoïaque

Délire chronique marqué par le sentiment de méfiance de persécution.

La paranoïa délirante implique la notion de délire chronique, organisé, structuré, logique dans son développement et imprégné d'un sentiment de persécution. Il s'agit d'un délire vécu en pleine lucidité et purement interprétatif. Les capacités intellectuelles de l'individu sont intactes, il perçoit correctement la réalité mais celle-ci prend immédiatement une signification particulière et sans rapport avec la réalité perçue par autrui. On reconnaît plusieurs types de délires: délire passionnel (érotomaniaque, de jalousie, de revendication), délire d'interprétation ou «folie raisonnante» et délire de relation des sensitifs (Kreschmer). La paranoïa se développe généralement chez les personnalités paranoïaques.

On ne connaît pas la ou les causes d'une telle affection. Les théories psychanalytiques l'expliquent par une blessure narcissique durant l'enfance.

Les signes et symptômes expriment une très grande méfiance envers les autres. Toute action ou tout comportement d'une autre personne est interprété par le sujet comme malintentionné.

L'individu atteint de paranoïa a tendance à s'isoler, établit difficilement des relations intimes par crainte de voir l'information partagée divulguée à d'autres personnes, se sent exploité ou trompé par les autres et doute de l'honnêteté ou de la loyauté des autres. Il garde souvent rancune, ne pardonne pas facilement et réagit promptement et avec colère à une supposée agression.

Le cumul des échecs (sociaux, affectifs, professionnels et autres) engendrés par les comportements paranoïaques peut plonger l'individu dans un état dépressif extrême ou l'inciter à développer des attitudes agressives extrêmes, pouvant aller jusqu'au meurtre, particulièrement si l'individu a désigné un «persécuteur» précis.

À la différence de la personnalité paranoïaque qui peut se soigner à l'aide d'une psychothérapie, de neuroleptiques et d'antidépresseurs, la paranoïa conduit souvent à l'hospitalisation en centre spécialisé, en raison des dangers que le patient représente pour lui et les autres. La nature de ce trouble en rend difficile la reconnaissance par le patient lui-même et conséquemment l'acceptation des traitements proposés qu'il perçoit comme une agression, sinon comme un complot contre lui-même. Dans cette circonstance, l'hospitalisation peut être contrainte.

Commentaires

Partage X
Guide des maladies

Paranoïa / Paranoïa délirante / Délire paranoïaque / Psychose paranoïaque

Se connecter

S'inscrire