Guide des maladies

Migraine

Migraine

Guide des maladies Auteur : Coup de Pouce Crédits : iStock

Guide des maladies

Migraine

Céphalée survenant sous forme de crises aiguës, de durée variable, avec ou sans aura.

Les migraines sont des maux de tête récurrents, caractéristiques, qui peuvent être précédés ou non de symptômes neurologiques appelés «aura». L'incidence des migraines croît de l'enfance à l'âge adulte avec un pic durant la troisième décade suivi d'une diminution. Elles sont plus fréquentes chez les femmes que chez les hommes (18% contre 6%).

On n'en connaît pas les causes exactes, mais un mécanisme d'inflammation neurogène semble être en cause. On note aussi une tendance familiale.

Les crises peuvent être déclenchées par certains aliments (p. ex. chocolat, alcool), le fait de sauter des repas, le cycle menstruel, les contraceptifs oraux, la fatigue, trop de sommeil, le stress ou le soulagement du stress, une lumière excessive ou clignotante.

La migraine sans aura, la plus fréquente, se caractérise pas une céphalée (mal de tête) unilatérale, le plus souvent localisée dans la région temporale ou sus-orbitaire. Elle peut aussi être diffuse. Elle apparaît rapidement, voire même de manière explosive. Elle est pulsatile et augmente avec l'effort physique ou de concentration. La douleur est d'intensité modérée à sévère. La crise de migraine est souvent accompagnée de nausées et vomissements, d'intolérance à la lumière (photophobie) ou au bruit (phonophobie), ce qui amène l'individu qui en souffre à s'isoler dans un endroit calme et peu éclairé. La migraine dure en moyenne de 12 à 24 heures et la récupération est complète après la crise.

La migraine avec aura se caractérise, outre le mal de tête, par des manifestations neurologiques focalisées précédant ou accompagnant la crise. Elle apparaît de manière progressive (> 5 minutes) et dure environ une heure. L'aura visuelle prend le plus souvent la forme de scotomes scintillants (point lumineux dans une partie du champ visuel des deux yeux, persistant même les yeux fermés) mais peut aussi se manifester par une hémianopsie latérale homonyme (baisse ou perte de la vue dans une moitié du champ visuel du même côté que la migraine). L'aura sensitive peut prendre la forme de paresthésies (fourmillements, engourdissements) non douloureuses au niveau des doigts ou des lèvres.

Le diagnostic repose sur les caractéristiques des maux de tête et sur la récurrence des crises. Aucun examen n'est nécessaire à moins que l'individu ne présente des signes neurologiques particuliers ou un tableau clinique inhabituel.

Le traitement repose sur l'évitement des facteurs déclencheurs et sur le recours à une médication appropriée donnée de façon précoce. Une crise modérée de migraine peut être traitée par des analgésiques comme l'aspirine ou l'acétaminophène ou par des anti-inflammatoires non stéroïdiens (p. ex. ibuprofène) et le repos dans une pièce sombre et silencieuse. En cas de crise sévère, des médicaments de la classe des triptans sont utilisés (p. ex. almotriptan (Axert®); naratriptan (Amerge®); sumatriptan (Imitrex®)). On peut aussi faire usage de dérivés de l'ergotamine. Un anti-émétique (p. ex. promethazine) s'avère également nécessaire pour contrôler les nausées et vomissements. Un traitement prophylactique s'impose quand les crises de migraine surviennent plus d'une fois par semaine ou quand le traitement symptomatique est peu efficace. Les beta-bloqueurs (p. ex. propranolol), les antidépresseurs tricycliques (p. ex. amitriptyline), certains antiépileptiques (p. ex. acide valproïque) sont utilisés à cette fin.

Commentaires
Partage X
Guide des maladies

Migraine

Se connecter

S'inscrire