Guide des maladies

Infarctus du myocarde

Infarctus du myocarde

Guide des maladies Auteur : Coup de Pouce Crédits : iStock

Guide des maladies

Infarctus du myocarde

L'infarctus du myocarde ou crise cardiaque est la mort (nécrose) d’une partie du muscle cardiaque qui se produit quand une ou plusieurs artères coronaires se bouchent.

L'infarctus du myocarde est une destruction du tissu cardiaque causée par une réduction ou un arrêt de l'apport de sang dans le muscle cardiaque, que l'on appelle aussi myocarde. On estime que plus de 75 000 personnes subissent un infarctus du myocarde chaque année au Canada. Selon Statistique Canada, 22 000 Canadiens ont succombé à cette affection en 1995.

Le coeur a pour fonction de pomper le sang à travers le système circulatoire et de transporter ainsi l'oxygène et les nutriments nécessaires au fonctionnement de l'organisme. C'est la paroi musculaire du coeur, le myocarde, qui se contracte pour pomper le sang à l'extérieur du coeur et se relâche pour permettre au coeur de se remplir de sang oxygéné. Pour effectuer ce travail, le coeur a lui-même besoin de sang, qui lui est fourni par les artères coronaires.

Lorsque l'une de ces artères est obstruée, l'apport de sang au myocarde est réduit ou interrompu, et les cellules musculaires de la région où cette stase se produit subissent des lésions irréversibles et meurent. Cette obstruction est généralement due à l'athérosclérose, un épaississement et un durcissement des parois des artères. l'athérosclérose est causée par une accumulation de cholestérol, de débris cellulaires et d'autres substances qui forment une plaque sur la paroi interne des artères. l'athérosclérose seule peut être responsable d'un infarctus, mais dans 90 % des cas, la crise est provoquée par un caillot de sang, ou thrombus, qui bloque brusquement une artère déjà rétrécie par l'athérosclérose.

Plus rarement, l'infarctus est causé par un spasme important dans une artère coronaire Si le manque d'oxygène ne touche qu'une petite partie du myocarde, la récupération est possible. Mais selon l'importance de la crise et l'endroit du myocarde où elle se produit, l'infarctus peut causer l'invalidité et même la mort.

Les principaux facteurs de risque de l'infarctus sont le tabagisme, l'hypertension artérielle, l'hypercholestérolémie, le diabète, l'obésité, un régime alimentaire riche en matières grasses. l'âge (soixante-cinq ans et plus), le sexe (masculin, plus de 55 ans) (féminin, post-ménoposée) et certains antécédents familiaux (maladies artérielles et cérébrovasculaires), angine de poitrine, crise cardiaque, peuvent aussi augmenter les risques d'infarctus de même que, à un degré moindre, le manque d'exercice régulier et le stress.  

Le premier symptôme de l'infarctus est une douleur écrasante dans la poitrine, ressentie comme une brûlure, un serrement ou une oppression. La douleur se manifeste brusquement et n'est pas soulagée au repos. Elle est souvent accompagnée d'une douleur au bras gauche, au cou, à la mâchoire et au dos. La personne peut ressentir de l'essoufflement et de la difficulté à respirer, des nausées, de vomissements, des sueurs et de l'anxiété.

Les symptômes de la crise cardiaque peuvent varier d'une personne à l'autre. Chez certaines personnes, surtout chez les femmes, la sensation de douleur est plus diffuse et peut prendre la forme d'un vague inconfort au niveau du thorax. Les symptômes peuvent aussi faire penser à des brûlures d'estomac. Parfois, la crise cardiaque provoque un évanouissement, un arrêt respiratoire ou un comportement étrange, parfois elle n'est précédée d'aucun symptôme.

Quoi qu'il en soit, une douleur thoracique soudaine ne devrait jamais être prise à la légère. La personne qui fait une crise cardiaque a souvent tendance à nier la gravité de son état. Il faut donc chercher du secours à sa place. Chaque minute qui passe augmente les risques de décès de 7 à 10 %.

Lorsque la situation le permet, le diagnostic est posé après un interrogatoire sur les antécédents médicaux et les symptômes de la personne. Le médecin procède ensuite à un examen physique, à un électrocardiogramme et à des analyses sanguines. La radiographie, l'électrocardiographie, l'échocardiographie et l'angiographie permettent de déterminer s'il y a des lésions du muscle cardiaque. Et le rythme cardiaque est surveillé de près.L'infarctus du myocarde est une urgence médicale et nécessite l'hospitalisation. La plupart des interventions ont pour but de débloquer les artères coronaires et doivent être faites le plus rapidement possible afin de rétablir la circulation sanguine. Certains médicaments, les thrombolytiques, peuvent être utilisés pour dissoudre les caillots. En plus de ces médicaments, on peut avoir recours:
  • aux anticoagulants, pour éviter à un caillot de grossir ou de se reformer s'il a été dissout;
  • à la morphine, pour soulager la douleur; 
  • aux bêtabloquants, pour alléger le travail du coeur; 
  • à la nitroglycérine, pour relâcher les vaisseaux sanguins; 
  • à certains médicaments pour rétablir le rythme cardiaque; 
  • à l'oxygène pour augmenter la concentration d'oxygène dans le sang.
Dans les cas graves, on peut installer, temporairement, un cathéter à ballonnet à l'intérieur de l'aorte qui agit comme une pompe auxiliaire et qui effectue une partie du travail du coeur. Après un infarctus du myocarde, l'angioplastie coronarienne ou le pontage coronarien sont parfois nécessaires.Vivre après un infarctus du myocarde
Même si on ne peut agir sur son âge, son sexe et ses antécédents familiaux, plusieurs facteurs de risque peuvent être corrigés pour éviter une nouvelle crise cardiaque. Il n'est jamais trop tard pour adopter de nouvelles habitudes de vie. On recommande tout particulièrement de cesser de fumer, de vérifier régulièrement sa tension artérielle, de surveiller son taux de cholestérol, de faire de l'activité physique à un rythme modéré, de contrôler son stress, d'adopter un régime alimentaire sain et faible en gras et de visiter régulièrement son médecin.Le régime alimentaire devrait privilégier les matières grasses polyinsaturée et monoinsaturées comme l'huile d'olive, de canola, d'arachide ou de soya et les margarines molles. On devrait limiter les gras saturés que l'on retrouve dans les viandes, les volailles et les produits laitiers à haute teneur en matières grasses. Les aliments riches en fibres, comme les céréales de grains entiers, les fruits et les légumes sont réputés pour protéger contre les maladies cardiovasculaires. On peut donc en consommer sans grande restriction. Le médecin peut recommander une diminution de sel pour éviter la rétention d'eau, ce qui demande davantage d'effort pour le coeur. l'alcool devrait être consommé avec modération, pas plus d'un verre par jour, et seulement après s'être assuré que l'alcool est sans effet sur des médicaments que l'on prend déjà ou sur d'autres problèmes médicaux que l'on pourrait avoir.
Commentaires
Partage X
Guide des maladies

Infarctus du myocarde

Se connecter

S'inscrire