Guide des maladies

Cancer du cerveau

Cancer du cerveau

Guide des maladies Photographe : iStock Auteur : Coup de Pouce

Guide des maladies

Cancer du cerveau

Cancer qui se forme dans les cellules du cerveau.

Le cerveau est une substance molle, constituée de nerfs (neurones) et de tissus de soutien (cellules gliales), recouverte par des membranes (méninges) et protégée par le crâne. Le cerveau comporte trois parties principales:

  • Les hémisphères cérébraux gauche et droit forment la partie la plus volumineuse du cerveau. Ce sont eux qui nous permettent de voir, de ressentir des émotions, de penser, de parler et de bouger. L'hémisphère droit commande le côté gauche du corps, et vice versa.
  • Le cervelet est situé à l'arrière du cerveau. Il régit l'équilibre et la coordination.
  • Le tronc cérébral est responsable des fonctions vitales de l'organisme, comme les battements du cœur, la respiration et les réflexes. Le tronc cérébral relie le cerveau à la moelle épinière.
CerveauLes causes du cancer du cerveau sont inconnues, mais certains facteurs pourraient accroître le risque qu'une personne en soit atteinte:
  • Système immunitaire affaibli (par le VIH, le SIDA ou une infection du virus Epstein-Barr, par exemple);
  • Antécédents de radiothérapie de la tête;
  • Certaines prédispositions génétiques;
  • Exposition au chlorure de vinyle (utilisé dans la fabrication du PVC ou polychlorure de vinyle).

Le cancer du cerveau apparaît parfois en l'absence de tous ces facteurs de risque.

À lire: Mon cerveau est-il en forme?

Les symptômes du cancer du cerveau ont tendance à se manifester graduellement chez les adultes, alors qu'ils peuvent survenir plutôt brusquement chez les enfants. Une tumeur cérébrale peut ne causer aucun signe ni symptôme aux tout premiers stades. Les symptômes se manifestent lorsque la tumeur s'étend aux tissus cérébraux environnants, provoque un œdème cérébral qui fait augmenter la pression dans la boîte crânienne ou pousse des parties du cerveau vers d'autres zones du cerveau.

Le symptôme le plus souvent associé aux tumeurs cérébrales est le mal de tête. Des douleurs nouvelles et différentes des maux de tête habituels ou qui surviennent surtout durant la nuit ou aux premières heures du matin devraient faire l'objet d'une consultation.

Autres symptômes courants:

  • Nausées et vomissements
  • Perte d'appétit
  • Altération de la personnalité, de l'humeur ou de la mémoire
  • Problèmes d'élocution
  • Difficulté à marcher, vertige, manque d'équilibre
  • Troubles de la vision (perturbation du champ visuel, scintillements, images dédoublées, etc.)
  • Besoin de plus de sommeil
  • Confusion, désorientation
  • Hallucinations visuelles, auditives ou olfactives
  • Convulsions
  • Crises d'épilepsie

En fonction de l'emplacement de la tumeur, d'autres symptômes peuvent apparaître, dont:

  • de la douleur au thorax, au cou, aux bras, au dos ou aux jambes
  • des engourdissements, des picotements
  • l'incapacité à ressentir les variations de température
  • des spasmes musculaires
  • la perte de contrôle des intestins et de la vessie
  • l'impuissance

Les signes et symptômes décrits ci-dessus ne sont pas nécessairement annonciateurs d'une tumeur cérébrale; ils peuvent en effet avoir d'autres causes. Pour en avoir le cœur net, il est important de consulter un médecin.

À lire aussi: Le mercure, toxique pour le cerveau

Comment un cancer du cerveau est-il diagnostiqué?

Avant d'envisager la présence d'un cancer du cerveau, le médecin évalue l'état de santé du patient et procède à un examen physique et à une évaluation des symptômes. Il faut généralement effectuer un certain nombre de tests spéciaux pour confirmer un diagnostic de cancer du cerveau. En voici quelques-uns:

Techniques d'imagerie
Tests (radiographie par rayons X, échographie, tomodensitométrie, imagerie par résonance magnétique et scintigraphie osseuse) permettant d'effectuer un examen approfondi des organes, des tissus et des os. Ces examens peuvent causer de l'inconfort, mais ils ne sont généralement pas douloureux.

Ponction lombaire (ou rachicentèse)
Introduction d'une aiguille entre deux vertèbres de la colonne vertébrale afin de prélever un échantillon du liquide entourant la moelle épinière. Cet échantillon fait ensuite l'objet d'un examen au microscope visant à déceler la présence éventuelle de cellules cancéreuses. Cette intervention nécessite une anesthésie locale.

Électroencéphalographie
Examen permettant d'enregistrer l'activité électrique du cerveau à l'aide d'électrodes placées sur le cuir chevelu. Cet examen n'est pas douloureux et ne nécessite pas d'anesthésie.

Biopsie
Intervention généralement requise pour établir avec certitude un diagnostic de cancer. Elle consiste à prélever des cellules ou des tissus de l'organisme afin de les examiner au microscope. Si les cellules sont cancéreuses, il faudra ensuite déterminer leur vitesse de prolifération. Dans certains cas, une biopsie du cerveau nécessite une intervention chirurgicale et une anesthésie générale. Dans d'autres cas, on peut effectuer une biopsie en introduisant une aiguille spéciale dans la tumeur; cette dernière peut avoir été localisée avec précision à l'aide d'un appareil d'échographie, de tomodensitométrie ou d'imagerie par résonance magnétique (biopsie du cerveau par la méthode stéréotaxique). Cette intervention est pratiquée sous anesthésie locale.

Les tests serviront également à déterminer le grade (ou degré de malignité) des cellules cancéreuses. Les cellules de grade faible, dont la prolifération est lente, sont moins envahissantes que les cellules de grade élevé, qui se multiplient rapidement et risquent de se propager à d'autres parties de l'organisme.

 À lire aussi: On muscle notre cerveau!

Lorsque les médecins connaîtront le type, le grade (degré de malignité) et le stade du cancer, ils pourront déterminer quel traitement sera le plus efficace pour ce type de cancers ainsi que tout autre problème de santé éventuel. Il est possible de participer au choix final des traitements.

Les tumeurs cérébrales chez les enfants sont généralement plus faciles à traiter que celles touchant les adultes, mais la position de la tumeur à l'intérieur du cerveau est l'un des facteurs les plus importants dans le choix et la réussite du traitement.

Les trois principales méthodes de traitement du cancer sont la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie, utilisées seules ou en association. Le traitement du cancer du cerveau peut inclure les éléments suivants:

  • Chirurgie
  • Dexaméthasone (anti-inflammatoire et immunosuppresseur)
  • Médicaments antiépileptiques
  • Chimiothérapie
  • Radiothérapie

À lire aussi: De l'exercice physique pour un cerveau en forme

Il est important que le médecin surveille régulièrement l'évolution de l'état du patient, même quand le traitement est terminé. Au début, les visites de suivi auront lieu tous les trois mois, et pourront ensuite être espacées. À la suite de cela, le médecin recommandera des visites périodiques pour évaluer l'état de santé général, mais il ne faut pas hésiter à prendre rendez-vous immédiatement en présence de signes inhabituels ou inquiétants.

Si la tumeur ou les traitements perturbent les activités quotidiennes, il existe de nombreuses solutions contribuant à maintenir une qualité de vie. L'équipe soignante pourra proposer un programme de réadaptation personnalisé.

À lire aussi: Cerveau: comment le garder alerte?

Réduire le risque personnel d'être atteint du cancer

Réduire son risque personnel d'être atteint cancer, c'est agir concrètement de manière à prévenir l'apparition de la maladie. Le style de vie de même que l'environnement de vie ou de travail peuvent avoir un effet positif ou négatif sur ce risque. Il faut toutefois savoir qu'un risque faible ne signifie pas qu'on ne sera jamais atteint du cancer, mais qu'il est peu probable d'en être atteint. Un risque élevé signifie que les probabilités de développer un cancer sont plus grandes, mais pas absolues.

Le cancer n'est pas attribuable à une seule cause, mais certains facteurs pourraient accroître le risque qu'une personne en soit atteinte. C'est ce que l'on appelle des facteurs de risque. Certains facteurs de risque sont impossibles à modifier, comme l'âge et les antécédents familiaux de cancer (hérédité). Certains facteurs de risque sont liés à des habitudes quotidiennes qui sont modifiables, comme:

  • ne pas fumer et éviter la fumée du tabac
  • adopter un régime alimentaire sain
  • faire de l'activité physique tous les jours
  • maintenir un poids santé
  • limiter sa consommation d'alcool
  • réduire son exposition aux rayons ultraviolets (UV) du soleil ou des appareils de bronzage artificiel, comme les lits de bronzage
  • éviter l'exposition aux polluants environnementaux
  • bien connaître son corps et signaler tout changement au médecin ou au dentiste
  • suivre les règles de santé et de sécurité durant l'utilisation des produits dangereux à la maison ou au travail


À lire aussi: Retarder la dégénérescence du cerveau

Retour au Guide des maladies

Commentaires

Partage X
Guide des maladies

Cancer du cerveau

Se connecter

S'inscrire