Pourquoi une galette?

Les gâteaux offerts un peu partout de Noël au début de janvier, y compris le gâteau des rois, descendent directement des gâteaux romains de Janus, dieu à qui janvier est dédié. En fait, dans tous les rituels populaires depuis les Romains, les gâteaux ont fait partie des offrandes remises aux enfants et de tous les rites de passage.

Pâte feuilletée, sablée ou briochée

La galette des rois faite de pâte feuilletée garnie de frangipane et à l'allure de gâteau est la version parisienne. À l'origine, ce n'était qu'une galette de pâte à pain, améliorée avec du beurre et des œufs. Elle devint pâte sablée en Bretagne, fut enrichie de pommes en Normandie ou façonnée en couronne briochée agrémentée de fruits confits en Provence. Toutes sont consommées le premier dimanche de janvier et la fève lui fut (de nouveau) associée à partir du XVIIIe siècle.

Pourquoi une fève?

La galette des Rois contient traditionnellement une fève qui peut aussi être remplacée par une petite porcelaine en forme de poisson ou de petit bébé ; ce sont autant d'allusions symboliques chrétiennes. En fait, depuis toujours et pour la plupart des peuples, la fève symbolise l'embryon, le devenir.

Pourquoi couronner un roi?

La tradition vient de la fête romaine des Saturnales, qui se déroulait à la fin du mois de décembre et au début du mois de janvier. Les Saturnales étaient une fête d'inversion des rôles pour déjouer les jours néfastes de Saturne, dieu des enfers: un esclave devenait le «roi du jour». Ainsi, au cours des banquets dans les grandes familles, les Romains utilisaient une fève dans un gâteau pour «élire» le Roi du désordre. Le domestique ou esclave élu «roi d'un jour» pouvait alors exercer tous ses désirs: il pouvait donner des ordres à son maître et se faire servir avant d'être éventuellement mis à mort ou, plus probablement, retourner à sa vie d'esclave à la fin de la journée. Il était de coutume que le plus jeune de la famille se place sous la table et nomme le bénéficiaire de la part et ce, pour assurer une distribution aléatoire des parts de galette, d'où l'expression «tirer les rois». Cette tradition est finalement parvenue jusqu'à nous, particulièrement depuis 1967 avec l'Expo, qui nous a fait découvrir entre autres, la gastronomie française, dont le pithiviers ou galette des rois.