Vie de famille

Survivre au temps des Fêtes avec les enfants

Survivre au temps des Fêtes avec les enfants

� iStockphoto.com Photographe : � iStockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Vie de famille

Survivre au temps des Fêtes avec les enfants

Les festivités du temps des Fêtes peuvent virer au cauchemar si l’enfant n’est pas préparé à ce changement de routine. Conseils pour survivre au congé de Noël avec les enfants.

Les déplacements

Le temps des Fêtes signifie souvent plus de déplacements pour visiter la famille et les amis. Il est alors bon d'informer les enfants de ce qui va se passer. « Si on ne veut pas se faire poser les 150 questions telles que "on mange quand?" ou "on arrive quand?", on les informe, explique Martyne Huot, directrice générale du Réseau Familles D'aujourd'hui et maman de quatre enfants. On a l'impression qu'ils ne comprennent pas, mais ils comprennent bien. On leur dit où l'on s'en va, on leur dit pour combien de temps et on leur explique à l'avance qu'ils ne feront pas dodo dans leur lit. »

Au cours des déplacements, on essaie le plus possible de faire en sorte que les enfants ne manquent pas de sommeil. « On peut prévoir qu'ils dormiront dans la voiture ou leur expliquer tout de suite qu'ils devront faire une sieste en arrivant, mentionne Martyne Huot. On leur amène leur toutou fétiche. Si on voyage à l'heure de la sieste, il faut s'arranger pour ne pas les réveiller en plein milieu, que ce soit pour manger ou parce qu'on est arrivé à destination. »

Prendre le temps, peut faire la différence, ajoute l'experte. « S'arrêter sur la route pour manger et se dégourdir un peu, aller aux toilettes, ça peut faire patienter les enfants beaucoup plus facilement que leur dire "on arrive dans 45 minutes". Ces 45 minutes peuvent être très désagréables pour les enfants et pour les parents! Il faut comprendre que les enfants ont de l'énergie. Au moment où nous n'en avons plus, ils en ont beaucoup. Si on ne les sort pas dehors 15 à 20 minutes pour qu'ils puissent bouger, marcher à quatre pattes et prendre l'air, ils risquent de dépenser leur énergie en pleurant ou en restant éveillés. »

L'habillement

Il faut prévoir les vêtements à emporter en fonction des déplacements. « Si l'on doit changer la couche dans des toilettes publiques, il faut prévoir des vêtements en conséquence, comme des pantalons à boutons-pression, des vestes pour déshabiller bébé en voiture. Cinq minutes après le départ, il fera aussi chaud dans la voiture que dans sa chambre à coucher. On évite donc de voyager avec des habits de neige. »

Selon Martyne Huot, on met la barre très haute au niveau de la tenue vestimentaire, car on veut que son enfant soit beau pour Noël. « Le petit collant que l'on doit enfiler par-dessus une couche, ce n'est pas ce qui va nous faire apprécier notre soirée. Un enfant de moins de 5 ans va avoir un très beau réveillon en pyjama! C'est beaucoup plus confortable et beaucoup plus facile si l'on retourne à la maison après la soirée, car nous n'aurons pas à le réveiller. Les parents ont souvent tendance à apporter trop de vêtements alors qu'on peut remettre les mêmes vêtements le lendemain. »

Mieux vaut s'assurer d'avoir suffisamment de couches, de lait et des médicaments de base. « Même si bébé n'est pas malade avant de partir, si on s'en va à un endroit où il n'y a pas de jeunes enfants, on aime mieux avoir ça avec nous », explique Martyne Huot.

Les jeux

Il est également sage d'apporter des jouets, surtout lorsqu'on se déplace dans un endroit où il n'y a pas d'enfants.

Si l'on a un long trajet à faire, que ce soit en voiture, en avion ou en train, il faut prévoir de petits jouets pour passer le temps. « Ne pas penser à amener juste un jeu avec lequel l'enfant va jouer pendant cinq ou six heures, précise Martyne Huot. Et attention aux jeux qui ne sont pas propices, ni pour la voiture, ni pour l'avion, c'est-à-dire tout ce qui est constitué de petites pièces détachables que l'enfant pourrait avaler. Quand on conduit, non seulement on ne voit pas l'enfant, mais on n'est pas non plus en mesure de pouvoir intervenir facilement s'il arrive quelque chose. »

Les repas

«Penser à asseoir bébé à la table, le soir du réveillon, ce sont des vœux pieux !, lance Martyne Huot. Mieux vaut prendre les devants et le faire manger plus tôt. L'enfant préfèrera dormir à l'heure où les parents se mettront à table. Pour les plus vieux, on peut prévoir une table pour les enfants et leur donner ensuite un film ou quelque chose d'autre à faire. »

Pour les repas, on conseille d'essayer le plus possible de s'approcher de la routine des enfants. « On apporte leurs collations préférées, leurs jus préférés, pour éviter qu'il y ait trop de changements », suggère Martyne Huot.

La soirée et l'arrivée du père Noël

À Noël, les enfants sont excités et impatients: ils savent que l'homme en rouge arrive. « Le père Noël peut donc très bien passer à 21 h au lieu de minuit. Personne ne va le savoir et tout le monde va apprécier la soirée davantage, mentionne Martyne Huot. Je suggère de faire le repas des enfants, le père Noël, la distribution des cadeaux et ensuite le repas des adultes. Généralement, on a fait un bon repas et on n'a pas envie de se presser, mais les enfants attendent le père Noël depuis longtemps. Ça ne dérangera personne qu'il passe plus tôt!»


 

Commentaires

Partage X
Vie de famille

Survivre au temps des Fêtes avec les enfants

Se connecter

S'inscrire