Vie de famille

Sensibiliser les enfants au coût des aliments

Sensibiliser les enfants au coût des aliments

Nathalie Dion Photographe : Nathalie Dion Auteur : Coup de Pouce

Vie de famille

Sensibiliser les enfants au coût des aliments

Comment faire en sorte que notre panier soit le plus avantageux possible? Petites leçons d’économie familiale à transmettre à nos enfants.

Tous les parents veulent offrir les meilleurs aliments à leurs enfants. Pour ce faire, ils dépensent en moyenne 200 $ par semaine, soit environ 12 % du budget familial. Des chiffres qui augmentent d'année en année. Le site SOSCuisine.com, qui fait depuis quelques années le suivi du prix de 1 000 aliments, rapporte une hausse du prix des aliments de l'ordre de 4 % à 5 %, et jusqu'à 20 % pour certains produits, comme le bœuf haché. Une tendance qui ne s'essoufflera pas cette année. Dans un tel contexte, il faut transmettre à nos enfants de bons réflexes de consommateur.

Comprendre les prix
«La première chose à apprendre à nos enfants, c'est que la nourriture ne pousse pas dans les épiceries! lance la nutritionniste Danielle Lamontagne. Que plusieurs personnes sont impliquées dans la culture, la cueillette, l'emballage, le transport, etc., de chaque aliment.»

Un préambule parfait pour leur faire comprendre que «habituellement, plus il y a de gens impliqués, plus l'aliment est transformé et plus il est cher», résume la spécialiste. Une notion assez simple à comprendre, même pour les plus petits. Un bon exemple: les patates versus les croustilles.

C'est la même logique qui fait qu'il est plus économique (sans parler des bienfaits santé) de cuisiner ses repas que d'acheter des produits tout faits. Et aussi qu'il est plus profitable de prévoir nos repas de la semaine et de faire une liste avant de se rendre à l'épicerie. Cela évite de se laisser tenter par tout ce qu'on voit!

Tous les enfants seront également en mesure de comprendre que plus un aliment vient de loin, plus il coûte cher, en règle générale. C'est une des raisons pour lesquelles plusieurs fruits et légumes sont plus coûteux l'hiver. C'est aussi pourquoi il est souvent avantageux d'acheter local.

Acheter futé
Si nos enfants sont d'âge scolaire, on pourra leur donner un truc ou deux sur la façon d'identifier les produits les moins chers.

Par exemple, les produits de marque maison sont généralement plus économiques que ceux de marques connues, de 20 % à 30 % selon Agriculture et Agroalimentaire Canada.

On a aussi tout intérêt à encourager nos enfants à se montrer critiques face aux spéciaux, qui ne sont pas toujours automatiquement intéressants. «Il y a de vrais spéciaux et des faux, souligne Danielle Lamontagne. Économiser 20 cents sur le prix régulier n'est pas ce que je considère un vrai spécial! Mais si l'économie est significative, s'il s'agit d'un produit qu'on consomme déjà et qu'il n'est pas périssable, alors, ça vaut la peine.»

Dans le cas de la nourriture, la question économique n'est pas la seule dont il faut tenir compte lorsqu'on parle d'un bon rapport qualité-prix, selon Danielle Lamontagne. Une explication qu'on réservera pour nos plus grands. «En effet, il est préférable d'insister sur la qualité de l'aliment plutôt que sur son prix, dit-elle. Sur sa valeur nutritive, notamment.» En ajoutant que manger sainement ne coûte pas plus cher que se rabattre sur du prêt-à-manger. «Lorsqu'on choisit des aliments nutritifs et qu'on cuisine régulièrement, on mangera moins au bout du compte qu'une personne qui se nourrit essentiellement de calories vides», explique Mme Lamontagne.

Le rapport qualité-prix tient aussi compte, dans une large part, de nos valeurs personnelles. Alors qu'une personne achètera le poisson le moins cher, une autre optera pour un poisson issu de la pêche responsable et jugera que cela pèse plus lourd dans la balance. À nous de voir ce qu'on souhaite transmettre à nos enfants.

Commentaires

Partage X
Vie de famille

Sensibiliser les enfants au coût des aliments

Se connecter

S'inscrire