Vie de famille

Mon enfant fait la fine bouche

Mon enfant fait la fine bouche

iStockphoto Auteur : Coup de Pouce Crédits : iStockphoto

Vie de famille

Mon enfant fait la fine bouche

Il suffit souvent d'un peu d'imagination pour faire manger un enfant qui fait la fine bouche. Mais si un enfant n'a pas faim ou n'aime pas un aliment, rien ne sert de l'obliger à vider son assiette.

Un enfant difficile à l'égard de la nourriture peut mener une bataille sans merci qui peut s'avérer pénible pour le parent le plus patient et le plus compréhensif qui soit. Heureusement, on peut amener un enfant à manger des aliments sains et nutritifs sans que cela soit une source de conflits perpétuelle. Parfois, il peut suffir de créer des personnages amusants de Disney avec des fleurons de brocoli et des bâtonnets de carotte! Voici ce qu'il faut savoir sur les petits capricieux et sur la façon de les inciter à manger davantage qu'une ou deux bouchées par repas.

Enfant normal ou capricieux?

La plupart des tout-petits préfèrent un morceau de gâteau à une tranche de tofu. Les enfants d'âge préscolaire sont de petits êtres remplis d'habitudes et n'acceptent généralement de manger que certains aliments. Des indices peuvent montrer si le comportement de l'enfant est normal ou s'il a un appétit capricieux. En général, un enfant difficile:

  • proteste lorsqu'on lui sert certains aliments comme de la viande ou des légumes ou refuse d'en manger;
  • joue avec sa nourriture plutôt que de la manger;
  • est réticent à faire l'essai de nouveaux aliments;
  • cache certains aliments qu'il ne veut pas manger ou les refile à l'animal de compagnie ou bien à un frère ou à une soeur.

Bien qu'un enfant puisse absorber suffisamment de calories pour grandir et avoir suffisamment d'énergie, son alimentation n'est peut-être pas assez variée. Il y a moyen de remédier à cela.

L'encourager à manger
  • Intégrer des fruits et des légumes chaque fois que c'est possible. Par exemple, rajouter de la courgette ou des carottes râpées à une casserole ou une poignée de petits fruits, de muesli et de fruits séchés à des céréales enrichies de fer.
  • Faire trempette. Une vinaigrette faible en calories peut servir de trempette savoureuse et colorée pour accompagner des légumes crus comme du brocoli, du poivron rouge, des carottes et des choux-fleurs. Si l'enfant trouve que les légumes crus sont difficiles à mastiquer, les faires cuire à la vapeur quelques minutes pour les ramollir.
  • Éviter de servir des collations une heure ou deux avant le repas. Si l'enfant a réellement faim, on lui donne du raisin coupé ou des tranches de pommes plutôt que des croustilles et des biscuits.
  • Faire des repas un moment agréable en famille. Les repas doivent être une occasion de s'amuser. Amener l'enfant à l'épicerie et le faire participer à la préparation du repas. Les enfants sont plus enclins à goûter les plats lorsqu'ils mettent la main à la pâte.
  • Si l'enfant refuse obstinément de manger des légumes, les fruits sont une excellente solution de remplacement.
Faire manger de force?

- Ne pas forcer l'enfant à manger. Les enfants ont tendance à manger au moment où ils en ont besoin - il est important de respecter leur appétit. Si l'enfant grandit normalement et qu'il a de l'énergie, il n'y a pas lieu de s'inquiéter.

- Forcer un enfant difficile à rester à table une fois que toute la famille s'est levée n'est pas une bonne façon de lui inculquer de saines habitudes alimentaires. L'enfant qu'on punit parce qu'il ne finit pas son assiette risque d'associer l'heure du repas à un moment négatif.

- Le dessert n'est pas une récompense. De nombreux parents font miroiter, à tort, le dessert comme une récompense afin d'inciter l'enfant à finir son assiette; cela ne peut que rendre le dessert encore plus intéressant aux yeux de l'enfant qui risque d'être davantage attiré par ce mets. Il est préférable de lui offrir un dessert même s'il ne vide pas son assiette. Une pomme juteuse ou un yogourt frais peut être un bon goûter sucré en soirée.

- Les repas doivent demeurer un moment agréable. On tient des conversations plaisantes et raconte des histoires amusantes, sans faire de commentaires sur ce que l'enfant n'aime ou n'aime pas manger ni faire de critiques sur ses caprices alimentaires.

Si l'enfant perd du poids, est amorphe ou encore vomit ou a des haut-le-cœur lorsqu'il mange certains aliments, il est recommandé de consulter un médecin.

  

Suggestion de lecture

Bonne bouffe en famille, Geneviève O’Gleman, Éditions La semaine, 2010, 287 pages.

  

Source

Plus que des médicaments!

 

 

Commentaires
Partage X
Vie de famille

Mon enfant fait la fine bouche

Se connecter

S'inscrire