Vie de famille

La réadaptation des enfants victimes d'agression sexuelle

La réadaptation des enfants victimes d'agression

iStockphoto Photographe : iStockphoto Auteur : Coup de Pouce

Vie de famille

La réadaptation des enfants victimes d'agression sexuelle

Un enfant victime d’agression sexuelle est marqué pour la vie. La reconquête du bonheur et de l’estime de soi sera dure, mais la victoire est possible.

La réalité des agressions sexuelles sur les enfants a longtemps été marquée d'un puissant tabou. Silence, ignorance, déni... laissant plusieurs victimes seules, sans réelle protection, sans aide et sans justice.

On sait que le silence entourant le drame de l'agression sexuelle est entretenu par des éléments puissants: honte, confusion et peur. Souvent, le silence de la victime est maintenu par les perverses manipulations de son agresseur, qui peuvent prendre les formes de la menace, du chantage, de l'intimidation ou des fausses promesses. Il n'est pas rare non plus que cette réalité passe inaperçue aux yeux des personnes bien intentionnées qui constituent l'entourage rapproché de l'enfant: celles-ci ne voient rien, ou ne veulent rien voir. 

Enfants protégés par la loi

Fort heureusement, comme société, nous avons fait de grands pas. La Loi de la Protection de la Jeunesse oblige les témoins à dévoiler et à dénoncer les situations où un enfant ou un adolescent est victime d'agression. Ces dévoilements demeurent toujours une source de bouleversements majeurs pour les victimes et les familles impliquées. Étonnement, incrédulité, angoisse, dégoût... et nécessité d'agir. Interviennent alors plusieurs acteurs qui peuvent jouer un rôle important auprès des personnes impliquées: mesures de protection pour les enfants, mesures judiciaires pour faire appliquer la loi et, surtout, mesures d'aide pour accompagner les victimes et leurs proches. Une aide rendue nécessaire par les séquelles psychologiques qui résultent très souvent des agressions sexuelles.

Soutien familial: une protection pour l'enfant blessé

Bien entendu, chaque situation est unique et on sait que certains facteurs peuvent atténuer les effets néfastes des agressions sexuelles (outre la nature comme telle de l'agression). Un enfant aimé qui a de bonnes relations d'attachement avec ses parents, qui est cru et compris lors du dévoilement, qui est soutenu par son entourage et qui a le courage de s'exprimer sont autant de facteurs de protection contre la blessure de l'agression.

Par contre, sans que l'on puisse vraiment prévoir comment un enfant ou un adolescent sera affecté par une agression sexuelle, celle-ci aura vraisemblablement des impacts jusque dans sa vie adulte. Les victimes d'agression sexuelle ont beaucoup de choses à reconquérir pour retrouver leur équilibre. 

Effacer la honte pour reconquérir l'estime de soi

Souvent, les victimes d'agression sexuelle ne se voient pas avec bienveillance. La représentation qu'elles se font d'elles-mêmes et de leur corps peut être très négative.

Plusieurs éléments concourent à miner leur estime de soi. Le sentiment de culpabilité et la honte les amènent à vouloir se cacher et parfois même se punir. Au lieu de diriger sa colère vers l'extérieur (sur l'agresseur, sur des membres de l'entourage), la victime retourne sa colère sur elle-même, ce qui résulte en sentiments dépressifs et autodépréciatifs.

Il y a aussi cette mécanique subtile par laquelle l'agresseur projette sur sa victime ce qu'il ne tolère pas de lui-même. La victime se retrouve alors éclaboussée par des éléments très négatifs qui ne lui appartiennent pas, mais que dans la confusion elle s'approprie. L'appui indéfectible des proches est nécessaire pour aider les victimes à regagner leur amour-propre tout comme, bien souvent, l'intervention d'une personne formée en relation d'aide.

                              

Apprendre à vivre une saine intimité

L'agression sexuelle, surtout lorsqu'elle est perpétrée par une personne connue de l'enfant (ce qui est généralement le cas), peut venir brouiller les cartes de l'intimité. Après avoir subi un tel abus de pouvoir, la victime fera beaucoup plus difficilement confiance aux autres par la suite. Certains restent parfois si méfiants qu'il leur est impossible d'établir une relation d'intimité.

Parfois, c'est le contraire qui s'installe. La victime, ayant perdu toute estime d'elle-même et ayant de la difficulté à pressentir certains dangers, se livre à n'importe qui. Elle peut alors faire le choix de s'installer dans le péril et d'accepter les outrages.

Se réapproprier son corps et s'autoriser du plaisir

À la suite d'une agression sexuelle, la sexualité peut être associée à une expérience négative ou être vécue avec une profonde ambivalence. Le corps reste marqué par les sensations ressenties lors de l'agression. Les désirs et plaisirs sensuels et sexuels suscitent alors une grande confusion et s'accompagnent de culpabilité. Lorsque ces sensations deviennent trop menaçantes, le corps peut être «mis de côté» et devenir un peu comme «étranger» à la conscience qui l'habite. On se retrouve alors coupé d'une partie de soi-même. Reconquérir le droit à une vie sexuelle dans laquelle on peut s'exprimer et s'autoriser du plaisir est souvent le résultat d'un grand travail sur soi-même, mais qui enrichit d'autant plus son identité.

Calmer l'angoisse de la nuit: du cauchemar au rêve

Le stress et l'angoisse causés par l'agression affectent grandement le sommeil. Les cauchemars récurrents maintiennent le corps en alerte: difficile de se réveiller bien reposé. Les cauchemars constituent parfois une soupape pour évacuer les peurs, conscientes ou inconscientes, mais les cauchemars à répétition qui rappellent un drame vécu sont épuisants. C'est généralement avec une aide compétente qu'on peut arriver à calmer l'angoisse en travaillant sur les images et les émotions du rêve, pour mieux les comprendre et mieux s'en libérer. Pour enfin retrouver le droit de dormir en paix et la liberté de rêver sans crainte. 

Être parent: de l'amour et de la sécurité

Devenir parent, père ou mère, c'est s'attacher à son enfant, s'occuper de ses besoins, contenir ses états affectifs, prendre soin de son corps, c'est être pour lui un modèle. Mais c'est aussi revivre, à travers lui, une foule d'expériences heureuses et parfois malheureuses. Or, s'occuper d'un enfant peut réactiver ses propres blessures d'enfance non guéries. Chez certains adultes, c'est en devenant parent que surgit le besoin d'être enfin aidé pour les violences subies dans le passé. Devenir parent est une puissante motivation pour atteindre le mieux-être qui nous permettra de goûter davantage au plaisir d'élever nos  enfants dans l'amour et la sécurité. Parfois, c'est en devenant parents que ces anciens enfants blessés se tournent enfin vers l'aide à laquelle ils ont droit.

Sources 

Beitchman, J.H. et al. A «Review of the Long-term Effects of Child Sexual Abuse». Child Abuse and Neglect, 16, 101-118, 1992.

Brunet, Louis, Casoni, Diane. «Chaque enfant est unique». Psychologie, Québec, mars 2005.

 

Référence

Ligne téléphonique pour venir en aide et mieux orienter les victimes d'agression sexuelle, dans toutes les régions : 1-888-993-9007 ou à Montréal: 514- 993-9007

 

 

 

Commentaires

Partage X
Vie de famille

La réadaptation des enfants victimes d'agression sexuelle

Se connecter

S'inscrire