Vie de famille

Devenir papa: un rôle éclaté

Devenir papa: un rôle éclaté

� iStockphoto.com Photographe : � iStockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Vie de famille

Devenir papa: un rôle éclaté

La famille monolithique a fait son temps. Le rôle du père a éclaté et sa nouvelle définition en est encore à ses balbutiements. Quelle place prend le nouveau papa?

Au Québec, le père moderne est une figure à géométrie variable. Il y a le futur papa, très près de la mère durant la grossesse: celui qui apprend à respirer en même temps que sa conjointe, en vue des contractions. Il y a le père à la maison (5 % des hommes, contre 23 % des femmes, selon Statistique Canada) celui qui s'occupe des enfants pendant que maman est au travail.

Il y a le nouveau père de jeunes adolescents, ceux de sa nouvelle conjointe, ou encore le père tardif qui, au début de la cinquantaine, se promet bien de voir grandir ses rejetons. Il y a, bien sûr, le père séparé ou divorcé - autour de 600 000 divorces au Québec depuis 1968 -, qui a les enfants en garde partagée ou qui ne les a plus du tout. Et puis, il y a aussi le père homosexuel.

Quoi qu'il en soit, le père nouveau s'implique de plus en plus auprès de ses enfants. Mais la route de la paternité est encore semée d'embûches. Et les hommes qui se battent pour la reconnaissance de l'égalité parentale se butent parfois à des préjugés bien enracinés.

De pourvoyeur à père de famille responsable et présent

Autrefois pourvoyeur et principale figure d'autorité, le père s'est vu attribuer une place de plus en plus importante au regard de l'éducation, de la socialisation et des soins à donner aux enfants. Selon une étude du sociologue américain John P. Robinson de l'Université du Maryland, réalisée en 2004, les pères québécois, particulièrement ceux qui ont des enfants en bas âge, sont les champions en matière du temps accordé à leurs rejetons. Ils consacrent en moyenne 20 heures par semaine à leurs enfants, soit autant que les mères, comparativement à une moyenne de 5,3 heures pour l'ensemble des pères canadiens et américains.

Malgré tout, les études sur le comportement des pères démontrent que leur participation suit de près les stéréotypes traditionnels. Leur présence est souvent ponctuelle et sélective, et concerne davantage le jeu et l'éveil, tandis que l'entretien et les soins reviennent la plupart du temps à la mère. Souvent, le père ne se considère pas comme responsable des affaires du ménage et de la famille. Sa contribution est ainsi régie par les demandes de sa conjointe.

Conciliation travail-famille pour les pères

Encore aujourd'hui, l'image du bon père de famille reste associée à celle du pourvoyeur, et l'on justifie facilement ses absences lorsqu'elles sont dues à des contraintes professionnelles. Il est vrai que le marché du travail ne facilite pas toujours l'exercice de la paternité.

Heureusement, les programmes de congés parentaux se sont améliorés au fil des ans. Au Québec, les parents d'un nouveau-né ainsi que ceux qui adoptent un enfant peuvent s'absenter du travail pendant une période pouvant aller jusqu'à 52 semaines consécutives. Ce congé peut être partagé entre le père et la mère, et il s'ajoute au congé de maternité de 18 semaines et au congé de paternité de 5 semaines.

Mais un pas important reste à faire pour que les pères s'impliquent davantage et accordent une plus grande place à leur enfant. En effet, peu de pères profitent encore des congés de paternité ou s'absentent pour des raisons familiales, surtout dans les milieux à forte composition masculine. Même aujourd'hui, par exemple, il n'est pas facilement admis qu'un homme s'absente au travail pour accompagner son enfant chez le dentiste.

La mère encore perçu comme parent principal

Socialement, la mère est encore perçue comme le parent principal et responsable, ce qui relègue inévitablement le père au rang d'assistant. De l'aveu même de certaines féministes, les mères craignent parfois de perdre l'exclusivité dans les relations avec les enfants. Ou alors, elles exigent que le père reproduise fidèlement leurs façons de faire. Voilà qui explique, en partie du moins, le timide engagement des pères dans les affaires familiales. Or, l'égalité parentale dépend étroitement du partage équitable des tâches relatives à l'éducation des enfants.

  

Lire notre dossier Devenir parent.

Le divorce: un coup dur pour la paternité

Le divorce est sans doute le facteur qui fragilise le plus l'exercice de la paternité. Dans les faits, la majorité des pères ne disposent que de quelques jours par mois ou les périodes de vacances pour créer des liens avec leurs enfants. Même dans les cas de garde partagée, la majorité des enfants habitent chez leur mère, et c'est encore plus vrai quand ils ont moins de cinq ans.

Par ailleurs, les chiffres concernant le décrochage paternel sont éloquents. Statistique Canada nous apprend qu'au Québec, 24 % des enfants ne rendent plus visite à leur père cinq ans après la séparation des parents et pour 32 % d'entre eux, le contact avec le père est très occasionnel. On estime que deux enfants sur cinq voient leur père de façon sporadique ou ne le voient pas du tout, soit parce que la relation avec l'ex-conjointe est orageuse, soit parce que le père a fondé une nouvelle famille. Enfin, près de 80 % des hommes séparés ne vivent pas avec leurs enfants issus d'un mariage antérieur.

Le partage des responsabilités

L'observation des pères avant la naissance démontre que plusieurs processus psychoaffectifs amènent l'homme à s'approprier l'enfant. Après la naissance, les choses se compliquent. Pour bien des hommes, comme pour beaucoup de femmes, la première enfance est un domaine réservé à la mère. Et cela, même si les recherches ont démontré depuis longtemps que le père était tout aussi capable de paternage que la mère de maternage.

La question n'est pas de l'ordre du sentiment. Elle concerne plutôt le partage équitable des responsabilités parentales. À ce titre, il reste beaucoup de chemin à faire, autant du côté des hommes que de celui des femmes. La société a à ce chapitre son rôle à jouer. Lorsque les autorités de la garderie, de l'école ou de la clinique appellent au sujet des enfants, par exemple, elles demandent systématiquement à parler à la mère...

Il ne reste qu'à souhaiter que la paternité continue de se redéfinir. Et que tous les pères puissent constater dans les yeux de leurs enfants qu'ils sont importants.

  

Suggestion de lecture

Enquête de paternité, Geneviève Landry et Sébastien Raymond, Éditions de l'Homme, 232 pages, 2009.

  

jeunepapa.com

Sources

Cayouette, P., «Le retour des pères», L'actualité, 15 juin 2006.

 

Dubeau, D., Clément, M.-È., Chamberland, C., «Le père, une roue du carrosse familial à ne pas oublier! État des recherches québécoises et canadiennes sur la paternité», Enfances, Familles, Générations, numéro 3, automne 2005, Paternité: bilan et perspective.

 

Joyal, R., Lapierre-Adamcyk É., «Garde des enfants – Les pères ont-ils raison de se plaindre?», Le Devoir, 26 septembre 2005.

 

Tremblay M. C., «Père un jour, père toujours?», Servicevie.com, 2003.

 

 

Commentaires

Partage X
Vie de famille

Devenir papa: un rôle éclaté

Se connecter

S'inscrire