Vie de famille

Baby-blues : les pères aussi

Baby-blues : les pères aussi

thinkstockphotos.ca Photographe : thinkstockphotos.ca Auteur : Coup de Pouce

Vie de famille

Baby-blues : les pères aussi

Le baby-blues ne touche pas seulement les mères. Les pères peuvent eux-aussi vivre une période difficile après l’accouchement. Voici les signes à surveiller.

On a beaucoup parlé de la dépression post-partum et du baby blues chez les femmes, mais peu du fait que les hommes peuvent eux aussi vivre une période difficile après l'arrivée de bébé. «Depuis une quinzaine d'années, de plus en plus d'études confirment que les hommes peuvent être touchés par le baby blues», avance le Dr Martin Saint-André, pédopsychiatre au CHU Sainte-Justine. En effet, la vie du nouveau papa est chamboulée comme celle de la mère, surtout si la grossesse a été difficile, que le bébé est exigeant et si le papa se lève la nuit pour s'occuper du poupon.

Concrètement, on surveille quoi? «Les symptômes qui durent plus d'une semaine, comme un manque d'intérêt pour le bébé, l'irritabilité, la tristesse, l'autodépréciation, un manque d'énergie», dit le Dr Saint-André. Heureusement, les nouveaux pères peuvent compter sur le réseau périnatal de leur CLSC, bien équipé pour les aider. Entre conjoints, «il faut échanger à propos de la naissance de bébé et des sentiments parfois contradictoires que celle-ci peut provoquer, et convenir ensemble que ces sentiments sont tout à fait normaux», ajoute-t-il. Cela dit, si notre homme a déjà un historique de dépression, de burn-out ou d'alcoolisme, il peut être bon de consulter.

Commentaires

Partage X
Vie de famille

Baby-blues : les pères aussi

Se connecter

S'inscrire