Vie de famille

11 conseils pour un heureux mariage travail-famille

11 conseils pour un heureux mariage travail-famille

Auteur : Coup de Pouce

Vie de famille

11 conseils pour un heureux mariage travail-famille

Un sondage maison nous a permis de constater qu'environ les deux tiers des répondants avaient encore de la difficulté à concilier travail et vie familiale. C'est aussi votre cas? Lisez ce qui suit.

1 – Lire entre les lignes de notre agenda
Notre agenda est le meilleur complice en matière d'organisation du temps. Que fait-on des espaces vides entre deux activités? On apprend à maximiser toutes les cases de notre agenda. «Je repère les cases vides pour les remplir avec des tâches très précises, raconte Mélanie, conseillère en milieu financier. Ainsi, j'effectue des courses sur l'heure du dîner ou je prends cinq minutes pour payer des factures au guichet automatique avant de visiter une copine.»

Attention! On évite toutefois les débordements. «Évaluez les possibilités de votre agenda, mais allez à l'essentiel. Si vous ajoutez un «il faut que je le fasse» à chaque minute de libre, vous vous imposerez une pression inutile», avise Élise Castonguay, psychologue au Centre de psychologie Gouin.

2- Mot d'ordre: anticipation
Peu importe ce que l'on fait, on essaie de voir «au-delà». Par exemple, on prévoit quelques portions de plus lorsqu'on prépare le souper. Le lendemain, les restes feront d'excellents dîners. Si on n'a pas envie de les manger tout de suite, on les congèle en portions individuelles. Ainsi, lorsqu'on rentrera tard du bureau, on pourra nourrir rapidement notre famille! Un autre exemple: «Je choisis maintenant mes vêtements une semaine d'avance au lieu de le faire à chaque matin, explique Sylvie, chargée de projet dans une agence de publicité. En plus de gagner du temps, je ne fouille plus désespérément dans ma garde-robe en me disant que je n'ai rien à me mettre sur le dos!»

3- Notre patron, un excellent allié
Selon Nathalie Bessette, responsable des ressources humaines au musée Pointe-à-Callière, il existe des programmes qui permettent aux employés de mieux gérer la conciliation du travail et de la famille. Ainsi, notre entreprise pourrait mettre en place une garderie en milieu de travail, offrir des heures de travail adaptées à l'horaire familial, ou encore nous permettre de prendre un congé sans solde ou à traitement différé. «On sait que les gens ont besoin de flexibilité pour rencontrer leurs responsabilités familiales. Un employeur ne peut pas toujours répondre aux envies de ses employés, mais il sera à l'écoute de leurs besoins et il les aidera à trouver d'autres solutions pour les accommoder», explique-t-elle.

4- La communication et l'esprit d'équipe
Peu importe les astuces qu'on développera pour gagner du temps, on doit apprendre à gérer la pression qu'engendre la conciliation travail-famille. Selon Élise Castonguay, psychologue, il est essentiel de communiquer et de savoir bien s'entourer. «Lorsqu'on parle aux gens de notre stress, nous prenons du recul face aux difficultés que l'on vit. Et lorsqu'on relativise, les difficultés nous apparaissent moins importantes. En ayant de bons coéquipiers, tant au travail qu'à la maison, on rend nos tâches plus simples et agréables», explique-t-elle.

5- De l'aide extérieure
Que ce soit pour le ménage ou pour la préparation des repas, il existe des entreprises qui offrent ces services à des prix abordables. «J'ai hésité longtemps avant de prendre la décision d'engager une femme de ménage. Je savais que je devrais couper ailleurs dans mon budget, mais je ne regrette rien! Cette décision m'a permis de me concentrer sur des activités qui me font vraiment plaisir, comme jouer avec mes enfants», raconte Mélanie.

Adresses utiles:
Économie sociale Québec (répertoire d'entreprises)

6- Établir des priorités
Il est facile de se retrouver avec plus de choses à faire que prévu lorsqu'on éprouve de la difficulté à dire non. «Sans dire systématiquement non à nos collègues ou à notre famille, il est essentiel d'établir ses priorités», explique Mélanie, en ajoutant que lorsque les gens connaissent nos limites, ils s'y adaptent.

7- Les devoirs en famille
Nos enfants aussi ont des obligations. Pourquoi ne pas les faire en même temps! On réserve une heure par jour pour effectuer chacun «nos» devoirs. «Alors que mes enfants solutionnent leurs problèmes mathématiques, je m'occupe des comptes avec mon mari ou je termine un dossier du bureau», raconte Sylvie. En plus de donner l'exemple d'un comportement responsable à nos enfants, on pourra consacrer ce temps récupéré à nos activités personnelles.

8- Arrondir les coins
C'est vrai que notre ragoût serait drôlement plus mignon si nos carottes étaient coupées en fleurs! Mais est-ce vraiment nécessaire? «J'avais tendance à en faire toujours un peu plus, jusqu'au jour où je me suis rendu compte que, contrairement à ma patience, le ‘‘un peu plus'' n'avait pas de limite!», précise Sylvie, après avoir coupé de façon draconienne tout le superflu de son ouvrage, sans que personne ne s'en rende compte. «Avant de faire quoi que ce soit, on se pose la question: est-il essentiel que fasse cela?», suggère la psychologue Élise Castonguay.

9- Joindre l'utile à l'agréable
Il est plus facile d'exécuter des tâches qui suscitent notre intérêt. «J'ai horreur de sortir les vidanges et mon chum n'aime pas faire le lavage. Je m'occupe donc du lavage et lui des vidanges!», raconte Mélanie. Si certaines obligations sont inévitables, on tente de les jumeler à des activités qu'on apprécie. On n'aime pas cuisiner? On organise une journée «popotte et potins» avec nos copines. On a horreur de repasser les vêtements? On le fait devant un bon film. Et ainsi de suite.

10- L'efficacité avant la quantité
Il est difficile de se concentrer sur une tâche précise lorsque le téléphone sonne et que les collègues nous sollicitent sans cesse. «Tous les jours, j'arrive au bureau 30 minutes avant tout le monde. Le silence et le calme me permettent de planifier efficacement ma journée. Il est alors possible de travailler sur les dossiers qui nécessitent plus de concentration», précise Sylvie. On essaie donc de répartir nos tâches de la journée selon notre humeur et notre environnement de travail.

11- Travail et famille: deux univers distincts
On essaie le plus possible de ne pas mélanger boulot et famille. «Je n'essaie plus de planifier l'anniversaire de ma plus grande entre deux dossiers ou encore de penser aux préparatifs du souper lorsque je suis en réunion, dit Sylvie. En revanche, quand je suis à la maison, je ne réponds ni aux courriels, ni aux appels de clients. Je perdais un temps précieux à penser à tout en même temps. Mentalement, je n'étais jamais complètement au travail ou complètement à la maison», précise la jeune femme, en ajoutant qu'elle se sent désormais plus professionnelle au bureau et plus présente la maison.

À lire: Faites donc une chose à la fois!

Commentaires

Partage X
Vie de famille

11 conseils pour un heureux mariage travail-famille

Se connecter

S'inscrire