«Nous en discutons, mais jamais devant les enfants. Nous tentons d'en venir à un accord ou à un compromis. Il revient ensuite au parent qui avait fait l'intervention disciplinaire de modifier celle-ci, si c'est ce qui a été décidé.»Sylvie, maman de Samuel, 7 ans, Alexandra, 4 ans, et William, 2 ans.

«Sur le coup, il faut essayer de ne pas critiquer l'intervention de l'autre devant les enfants. Sinon, c'est désastreux: un des parents devient le méchant et l'autre, le gentil. Quand on en reparle en tête à tête, il faut avoir l'esprit ouvert et vraiment écouter l'autre. Son idée n'est peut-être pas si mauvaise, après tout.» Nathalie, maman de Catherine, 9 ans, et Roxanne, 4 ans.

«Si la situation exige une réaction immédiate, nous nous parlons en anglais pour trouver un terrain d'entente. Ensuite, nous revenons au français pour faire part de notre décision commune aux enfants.» Sophie, maman de Julien, 8 ans, Étienne, 6 ans, et Édouard, 2 ans.  

 

À LIRE: Mon conjoint prend toujours le parti de nos ados