Bien sûr, ce n'est pas possible dans tous les milieux, mais si oui, voici des pistes pour que ça se passe bien.

 

  • Est-il capable de s'occuper seul? de ne pas nous interrompre quand on est au téléphone? Si on pense qu'il nécessitera une attention constante, mieux vaut prendre congé. Travailler de la maison, quitte à abattre une partie du boulot en soirée, est une autre possibilité.

 

  • Si on décide de le faire, on demande l'autorisation à notre supérieur et on prévient nos collègues. On s'assure aussi qu'aucun événement important n'a lieu ce jour-là: visite d'un gros client, réunion avec la direction, etc. Aussi, on s'avance au maximum sur nos dossiers, car on sera probablement moins productive avec fiston à nos côtés.

 

  • Avant la visite, on lui explique comment se passera la journée et on lui précise nos attentes. On s'assure qu'il a bien compris en lui posant des questions.

 

  • On apporte: livres, cahiers d'activités, console de jeu portable, lecteur de DVD portatif avec écouteurs, bref, tout ce qu'il faut pour l'occuper. On lui achète aussi un petit quelque chose de nouveau qu'on sortira uniquement s'il commence à s'impatienter.

  • On pense aussi aux tâches qu'il pourrait faire pour nous «aider». Il sera tout fier!

 

  • Si on fait un travail sédentaire, notre enfant aura besoin de bouger au cours de la journée. Alors, on prévoit une pause le matin et une autre l'après-midi et on l'emmène se dégourdir les jambes.

  • On prend congé de lunch cette journée-là! Un repas à la cafétéria de l'entreprise ou au resto peut s'avérer une belle récompense pour lui.

 


À LIRE: La conciliation travail-famille: ils y arrivent!