Le diagnostic de la diététiste

Un des problèmes de cette famille, c'est la planification des repas. Mélanie assume seule la charge de tout planifier et préparer, ce qui, à la longue, peut devenir épuisant. Voulant satisfaire les goûts et les envies de chacun (et manquant parfois de temps!), elle se rabat sur des produits du commerce. De plus, le fait qu'Aurélya rapporte souvent son lunch intact porte à croire qu'elle passe une partie de l'après-midi l'estomac vide, ce qui ne doit pas faciliter son attention en classe. Car, même au déjeuner, l'enfant ne mange pas beaucoup: une rôtie, un bagel ou un croissant et un verre de lait. Pour ce qui est de Mélanie, son alimentation est équilibrée, sauf les fins de semaine, où elle semble avoir un petit faible pour les croustilles et les sucettes glacées.

Ses conseils

1. Créer une banque de repas favoris pour toute la famille. Ce sera l'occasion pour Mélanie de plonger dans ses livres, magazines ou sites Internet de cuisine préférés, mais aussi, pour le reste de la famille, de s'impliquer dans la planification des repas. L'objectif: dénicher une variété de plats nutritifs et rapides qui feront l'unanimité: des tout-en-un (sautés, plats de pâtes ou de riz, frittatas, pizzas ou autres), des repas de poisson, de légumineuses, de poulet, etc. Ces recettes pourront figurer au menu des prochaines semaines et, si elles passent le test, s'ajouter à une liste de favoris de la famille dans laquelle Mélanie puisera son inspiration.

2. Prendre une heure ou deux pour cuisiner durant le week-end. Il sera alors moins tentant pour Mélanie de recourir aux solutions faciles (le resto et les aliments préparés du commerce) lorsqu'elle n'aura pas l'énergie ou le temps de cuisiner. Par exemple, elle pourrait faire cuire un poulet ou un rôti en prévision des sandwichs, salades, hot chicken et autres recettes de la semaine, mitonner une chaudronnée de soupe, un plat en casserole ou des muffins, ou encore laver et couper les crudités pour les lunchs, salades et recettes des prochains jours. Peu importe si ces aliments n'entrent pas tous au menu de la semaine, ils pourront aisément être congelés (sauf les crudités) pour les semaines suivantes.

3. Impliquer tous les membres de la famille dans le choix et la confection de leurs lunchs. Mélanie pourrait emmener Patrick et Aurélya à l'épicerie, histoire de leur faire découvrir la diversité de pains, de garnitures à sandwichs, d'accompagnements et de desserts disponibles. Par la suite, ils pourraient convenir d'une liste d'au moins cinq lunchs différents (incluant peut-être quelques choix chauds), à utiliser en alternance tout au long de l'année scolaire. Faire participer Aurélya à la préparation de ses lunchs l'aidera à développer son intérêt pour ce repas.

4. Encourager Aurélya à manger un peu plus le matin. Elle n'a pas touché à son dîner? Un solide déjeuner et une bonne collation au retour de l'école permettront de compenser. Et si elle tient mordicus au même sandwich tous les midis? Mélanie pourra en tenir compte en lui offrant ce qui lui manque aux autres repas: plus de grains entiers, des fruits, des légumes ou des produits laitiers, par exemple.

5. Prendre des collations plus nutritives. Du maïs soufflé ou une poignée d'amandes salées plutôt que des croustilles, ou une barre glacée au yogourt ou au smoothie plutôt qu'une sucette glacée, un pouding au chocolat sans gras ou un yogourt crémeux plutôt qu'un bol de crème glacée, par exemple. L'idée, c'est de choisir des aliments qui procureront à Mélanie la satisfaction recherchée tout en étant moins caloriques et plus nutritifs que ceux qu'elle a l'habitude de manger.

Une semaine plus tard

Mélanie est contente de voir que son conjoint l'épaule davantage dans la planification des repas. « On forme maintenant une belle équipe dans la cuisine! » dit-elle. La petite famille prend maintenant plaisir à discuter des goûts et envies de chacun et à penser aux recettes qu'elle aimerait avoir au menu. C'est ensemble (parfois avec compromis!) que la liste des repas de la semaine est établie. Aurélya et papa désirent manger du poisson, par exemple? Il figurera au menu de tous. Mélanie espère se constituer un dossier de trouvailles culinaires qui font l'unanimité. Le week-end, mère et fille se sont mises à couper ensemble les légumes qu'elles achètent à la fruiterie du coin, pour les lunchs de la semaine. Mélanie avoue toutefois qu'elles ne s'entendent pas encore sur le contenu, qu'Aurélya voudrait identique, jour après jour. « Mademoiselle et moi sommes encore en discussion.» À suivre...

 

À LIRE: 8 stratégies pour des lunchs gagnants